Augmentation du prix du ciment : La Direction générale du commerce et de la concurrence (Dgcc) s’explique

7

La perturbation du marché du ciment a débuté vers fin mars après l’arrêt de la production dans deux unités de production du Sénégal en raison de pannes techniques dues à un manque de renouvèlement des équipements de production. Le Sénégal est le premier partenaire du Mali à l’importation du Ciment, soit 90% de l’importation. L’arrêt de la production a donc entrainé une baisse de l’approvisionnement du Mali en ciment ; les importations représentant environ 56% des besoins nationaux estimés à 3.000.000 tonnes par an, soit 8.200 tonnes par jour.

Malgré la reprise de la production, les exportations à destination du Mali restent timides et sont en baisse d’environ 79% par rapport à son niveau d’avant crise en raison de la hausse du besoin du Sénégal en ciment et la forte demande provenant d’autres pays (Guinée Bissau, Gambie et Mauritanie). La hausse du besoin sénégalais en ciment est liée à la construction de la nouvelle ville « Diamniadio » dont la première phase des travaux s’étale sur les années 2014-2020.

La baisse de l’offre de ciment sur le marché national a entraîné la hausse du prix du produit au niveau des commerçants importateurs en passant de 86.500 FCFA/tonne à 115.000 FCFA/tonne pour descendre ensuite à 110.000 FCFA/tonne. Avant la crise, les importateurs profitaient des économies d’échelles, notamment le bénéfice des ristournes qui se situaient entre 2.000 FCFA et 5.000 FCFA/tonne. De plus, les économies d’échelles permettaient aux importateurs d’accumuler des recettes mensuelles à un niveau leur permettant de faire face à leurs charges tout en vendant à des prix concurrentiels. La rotation rapide de l’activité leur évitait de payer des frais supplémentaires, tels que la ration du chauffeur qui comprend les frais de subsistance et des « pénalités d’inactivité ».

Les revendeurs souffrent du lien qui existe entre le ciment et les autres produits. La baisse de la commercialisation du ciment entraine aussi celle de beaucoup d’autres produits. Ainsi, certains ont augmenté leur marge (sur le ciment local et importé) pour leur permettre de prendre en charge leurs diverses dépenses.

Les effets néfastes de la baisse des importations auraient été atténués si les unités locales utilisaient toutes leur capacité de production. En effet, Diamond Cement Mali et CIMAF produisent pendant cette période de l’année environ 3.600 tonnes par jour contre 5.370 tonnes de capacité installée. Ce ciment est cédé au prix de 87.500 FCFA avec déduction de la ristourne dont le montant dépend des distributeurs.

L’inutilisation de toute la capacité des unités est due aux délestages et effacements électriques dont subissent ces cimenteries chaque année à la même période. La cimenterie de la société Ciments et Matériaux du Mali (C.M.M) qui devra démarrer d’ici la fin de l’année pourrait augmenter la production nationale de ciment d’environ 1.300 tonnes par jour.

La hausse du prix du ciment étant liée directement à la baisse de l’offre sur le marché national, des mesures visant l’augmentation de l’approvisionnement du pays devront pouvoir renverser la situation. La baisse récente du prix montre que le marché du ciment est suffisamment concurrentiel et dépend en grande partie du mécanisme de l’offre et de la demande.

 

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Justement , c’est parce que chaque année que ça arrive qu’il faut que le service dont c’est la mission prenne des dispositions. Prévenir , anticiper et corriger . C’est ça la gestion de l’économie qu’on demande : la DGCC. Les importateurs ne sont pas incriminés mais le service concerné . Ou bien vous voulez une exonération ? Pourquoi vous offusquez ? Kailai Tai . Savez vous si nous en connaissons plus que vous ?
    Ce n’est pas la DGCC qui s’explique à la télé mais les responsables de DIAMOND Ciment unité installée au Mali . Ils ne sont pas du tout incriminés . Mais quand même, Diamond Ciment propose de l’autoriser à importer du ciment en tant que producteur . C’est de bonne guerre . Dans quelles conditions ? Allez savoir ? Nos commerçants ne peuvent ils pas le faire ? Ce que nous avions dit : la DGCC va proposer une exonération au gouvernement . Et à ce niveau pour éviter que la situation perdure , ça va être accordé. Il va s’en suivre un Baisse des recettes douanières , pots de vin …. Au Mali, c’est le cycle produit par produit ( Riz , sucre …) . On se beurre avec l’huile , on se sucre avec le sucre …..
    Selon le Président de la Chambre de Commerce , si la demande est de loin supérieure à l’offre , les prix flambent. C’est vrai.
    Mais , c’est justement la mission de la DGCC de prévoir , d’anticiper et de prendre des mesures pour éviter la flambée des prix . Donc , ni Diamond Ciment, ni les commerçants ne sont incriminés.
    La DGCC doit s’expliquer . Pas de polémique.

  2. Vous argumenter dans le vide , sans connaissance dans le domaine ce n’est ni un séminaire d’étudiant, ni un panel
    Il faut être sur le terrain pour comprendre certaines chaque année il y’a la pénurie en cette période mais pour cette année qui vous a mis puce l’oreille , si vous vous voulez comprendre appelé moi je suis un distributeur agréé et importateur de ciment .97701717

  3. Je serais le Ministre du Commerce que j’aurais démit de ses fonction de Directeur du Commerce. IL raconte des histoires. Si je suis son raisonnement, les travaux de la nouvelle ville de Diamnadio ont commencé en 2014 et s’achèvent en 2020.Alors le pic des besoins du Sénégal doivent se situer à quel moment? C’est au moment des fondation de autres élévations donc vers 2016-2017 au maximum. Pourquoi nous n’avons pas connu de hausse en ces années la? Mieux si le ciment des usines du Mali sont cédé à 87500FCFA/tonne, comment ce ciment peut se retrouver aujourd’hui à plus de 115000 alors que l’ Etat n’a augmenté aucune taxe?
    Les vendeurs n’ont aucun manque à gagner Monsieur le Directeur, aucun. Nous assistons juste à un complot hourdi par vous et les vendeurs de ciment. A y voir clair tu perçois ta part et tout est bon dans le meilleur des mondes. Vous êtes un menteur invétéré, dommage que dans ce pays on ne se lève que pour des causes qui n’en valent pas la peine.

  4. Tout ça là nous fatigue. Le Mali a une grande cimenterie qui est aux arrêts depuis très, très longtemps. Pourquoi laisser la population galérée? Et continuer à faire la population les taxes à l’importation dans d’autres pays ? Le Mali est en construction et même deux cimenteries ne peuvent pas suffisamment fournir le Mali en ciment. Dirigeants et économistes Mali, songeons à l’avenir du Mali, le nôtre.

  5. Les Explications de la DGCC à côté de la plaque, pas convaincantes et pas logiques:
    1-En effet, DIAMNADIO 2014-2020 est au 4/5 eme d’exécution . Les besoins de DIAMNADIO ne vont pas explosé en une année de 2018 à 2019. La progression aurait dû se sentir depuis deux ans ou même trois ans.
    2-Si le Mali importe 90 % du volume du ciment importé à partir du Senegal , avec la crise pourquoi les opérateurs ne sont pas tournés vers la cité d’Ivoire ( mêmes coûts de transport, mêmes frais de douanes ).
    3- Comparer a la même période de 2018, la DGCC affirme que les importions ont baissé de 79 %. Si on prend mars avril et mai, cela fait 298 620 Tonnes de baisse . Calculons :
    -Besoins du Mali en ciment: 3 000 000 Tonnes par an.
    -Importations de ciment du Mali (56% des besoins ) , soit 1 680 000 lTonnes / an
    -Dont 90% du Sénégal, soit 1 512 000 Tonnes pr an
    Pour la même période mars-avril et mai: on a 1 512 000 Tonnes /12 X 3 = 378 000 Tonnes par trimestre
    La DGCC dit que ce chiffre a baissé de 79 % , soit 298 620 Tonnes de baisse des Importations du Senegal de mars avril et mai 2019 par rapport aux mêmes mois en 2018. Pendant cette période le Mali n’a importé que 378 000 moins 298 620 Tonnes à partir du Sénégal , soit 99 540 Tonnes . Donc obligatoirement il y a hausse de prix pourquoi ? :
    – parce que des mesures préventives n’étaient pas envisagées et
    – Des mesures correctives non plus ne sont pas prises bien que ça dure trois mois alors que la DGCC produit les notes de conjoncture hebdomadaires . Ce qui devrait donner l’alerte à trois semaines successives de hausse de prix ou a un mois . Donc manque d’anticipation et absence de réaction depuis que la hausse a commencé. On attend, on subi. Évidement, depuis la pression de la presse, on va faire le pompier avec des exonérations: Source de corruption et de réduction des recettes douanières . Le PM va les cuisiner.
    3- la DGCC est à côté de la plaque . La production de la future usine évoquée qui va démarrer n’explique pas la hausse actuelle .
    Les maliens veulent savoir pourquoi il y a hausse de prix du ciment et surtout pourquoi depuis trois mois des mesures idoines n’ont pas été prises ?
    4- La DGCC dit que la hausse de prix du ciment se répercute sur le prix de beaucoup d’autres produitS ? Lesquels ? Rires . Qu’est ce que la DGCC veut justifier ? La hausse des prix généralisée ? Même pour la viande pour laquelle elle a promis un plafond jusqu’en fin 2019.
    Le PM actuel ne croira pas à ça. ATTENTION, aujourd’hui nous avons des bons économistes aux affaires ( PM, Mme BARRY et Mme Safia Bolly ) , ils ne vont pas tolérer des insuffisances intellectuelles pareilles des responsables sous le faux prétexte de la fameuse solidarité gouvernementale très mal interprétée).

  6. M Usma ,
    tous vos critiques sont sans fondement car ce ne sont que des supposons que vous nous balancez.
    C’est vrai qu’il y’a la corruption au MALI mais cela ne doit pas nous amener à intenter des procès d’intention aux journalistes ou aux fonctionnaires sans preuves.

  7. C’est trop facile comme explication sur la pénurie du ciment. Comment vous pouvez dire que la construction de la nouvelle ville de Diamnadio au Senegal est une cause principale de la diminution de l’offre. La construction d’une nouvelle ville qui a commencé en 2014 et qui finit l’année prochaine en 2020. En 2014, 2015, 2016 jusqu’en 2019 il y’ a pas.eu de pénuries alors que c’est le.moment ou le plus de ciments est utilisé pour cette construction. Et c’est à la fin de la.construction que le plus de ciments est utilisé. Quand même qu’elle est cette analyse. Dites nous simplement que l’Etat n’a jamais mis en place aucune politique pouvant faire face à ce genre de situation. Dites simplement que les cimenteries senegalaises ont eu d’autres débouchés pour vendre leur produit et préfère que ces nouveaux débouchés que le Mali et aller savoir pourquoi? Peut-être que les acteurs de ce domaine de ces pays sont plus mieux organisés, plus sérieux car ils anticipent sur les évènements. En plus si l’état avait encadrer les différentes cimenteries (Diamond Ciment et autres). Ils auraient pu anticiper sur cette pénurie. En réalité cette histoire arrange certaines personnes dans le cercle du pouvoir et certains cadres véreux tapis dans l’administration des douanes, direction commerce et concurrence, direction des impôts et autres qui sont devenus eux même des commerçants avec des prete-noms). Merci

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here