La France, vouée aux gémonies au Mali : La Russie peut-elle être une alternative crédible ?

7

Après plus d’un siècle de domination, d’asservissement, d’exploitation, d’appauvrissement, d’acculturation, d’aliénation, du Mali par la France, le peuple insoumis, descendant des vaillants guerriers et grands conquérants comme Soundiata Keita, Babemba Traoré, Dah Mozon Diarra, a décidé finalement de prendre son destin en mains pour dire non à la France. Les autorités actuelles du Mali, déterminées à donner au Mali son lustre d’antan, celui d’Etat insoumis, fier et libre de tisser des relations avec toutes les nations, ont voulu arrondir leurs angles en termes de coopération militaire avec la Russie. Des discussions seraient en cours entre le gouvernement malien et une une armée civile, Wagner, d’obédience russe  afin de peaufiner un contrat qui va de la formation des soldats maliens à la lutte contre le terrorisme en passant par la dotation des Forces armées maliennes des moyens adéquats pour qu’elles puissent mener à bien leurs missions régaliennes. Cette vision de diversification des relations des autorités de Bamako, fait grincer des dents françaises qui voient en ce rapprochement Russo-malien une menace sérieuse de leurs intérêts. Assimi Goita et Choguel Maiga ne sont-ils pas sur les traces de Modibo Keita ? Le Mali va-t-il donner l’exemple aux autres pays francophones qui hésitent encore à s’affranchir de la tutelle française ?

Arrivés au pouvoir le 18 Août 2020 à la suite d’un coup d’Etat, les jeunes colonels du Conseil National Pour le Salut du Peuple, CNSP, sont en train de marquer leur territoire, en s’affranchissant des méthodes classiques de gestion et en se donnant la           liberté de choisir les partenaires du Mali. Courageux, Assimi Goita et ses frères d’armes au pouvoir, veulent raviver l’espoir, voir l’espérance que les pères de l’indépendance du Mali ont suscité. Comme Modibo Keita, le premier président du Mali indépendant, Assimi Goita et son premier ministre Veulent diversifier les coopérations militaires avec d’autres pays, sans rompre avec la France. Ils suivent aujourd’hui la voie tracée par le père de l’indépendance du Mali, Modibo Keita qui n’a pas hésité d’éconduire les militaires français en 1962 et se tourner vers l’URSS, l’ancêtre de la Fédération de Russie. La rumeur du contrat avec Wagner, si elle se confirmait, serait un acte historique salutaire et le peuple applaudirait de deux mains.

Le Choix de l’audace et de la Raison 

Face au péril terroriste au sahel, en général et au Mali, en particulier, et cela malgré la présence de plus de 20 000 hommes armés venus aider ce pays, le Mali va de mal en pis, c’est pourquoi les autorités maliennes ont fait preuve d’une grande capacité de résilience et d’audace en se tournant vers la Russie. Contre vents et marais, elles ont décidé, en toute souveraineté  d’étendre leurs relations dans le domaine militaire avec la Russie, à travers une société  privée dénommée Wagner. Un contrat serait en train d’être peaufiné entre cette armée privée et le gouvernement malien pour non seulement une formation adéquate des soldats maliens, mais aussi une aide logistique et matérielle afin que les forces de défense et de sécurité puissent être à même de défendre l’intégrité de leur territoire et assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.

Quoi de plus légitime pour une nation de disposer des moyens adéquats pour sa défense ?

Les autorités maliennes, après avoir fait une évaluation sans complaisance de la collaboration, dans tous les domaines avec la France, sont certainement arrivées à la conclusion que le bilan  est en déça des attentes du peuple malien. C’est pourquoi elles ont scruté sous d’autres toits, et c’est la Russie qui a attiré leur attention. Ce choix, loin d’être fortuit répond à des valeurs que la Russie et le Mali ont en commun et qui datent des premières heures de l’indépendance. Cette ancienne  coopération a été pensée et murie par nos devanciers, à savoir Modibo Keita, l’ancien Président de la République et d’autres hauts cadres de son administration. Donc pas question pour les autorités actuelles de céder à la pression de la France comme celle de ses collabos occidentaux. Le Mali est un Etat souverain, il est libre de tisser des coopérations avec tous les pays du monde. Cet accord militaire en gestation serait de l’aubaine pour le Mali qui peine à arriver à bout des terroristes.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Quand la France déclare, je cite “Nous avons besoin que la junte respecte les engagements sur la transition politique, essentielle pour la stabilité du Mali, nous avons besoin d’engagements clairs dans la lutte antiterroriste” a-t-elle oublié qu’elle n’était venue, dans le cadre du respect des dispositions de l’invitation de Dioncounda Traoré, que pour se limiter à une intervention exclusivement aérienne et non au sol ? La France aurait – elle un document justifiant son intervention au sol ? Si OUI, elle est invitée, courtoisement, à le mettre à la disposition des Maliens.
    La France a-t-elle un Bilan, à présenter aux Maliens, sur ses 9ans de présence au Mali, dans le cadre de son appui dans la lutte antiterroriste, avec les attaques et les violences enregistrées, au quotidien, par la population innocente malienne, jusqu’à l’empêcher d’aller chercher à manger ?
    Et c’est cette même France qui réclame qu’elle a besoin que les Maliens s’abstiennent de recourir aux services d’une milice dont on a pu constater en Centrafrique ou en Libye, tout le désordre qu’elle pouvait créer”.
    Le Mali n’a jamais atteint, dans son histoire, ce niveau de désordre que l’appui de la France a provoqué au Mali, et cette même France ne se gêne même pas de faire allusion à une milice, mercenaire soit-elle, pour moins de désordre que la France aurait déjà enregistré au résultat de son intervention, après les 9ans d’appuis.
    Faire de la politique n’exclut pas l’utilisation d’une morale vertueuse.

  2. 🙂 PARTOUT EN AFRIQUE ET DANS SES DIASPORAS IL FAUT ENTERRER LES RELATIONS AVEC LA FRANCE, COMME ON L A FAI AU RWANDA 🙂

    QUFAAROHW NE SONT PAS ADAMA NI AWA DENW YEH, NOUS SOMMES DES FAAROHW, SOMMES KAAFRIHW!

  3. L AFRIQUE GAGNE QUOI AVEC LA FRANCE ? A PART DES MIETTES

    EXEMPLE DU NIGER

    Résultat de recherche d’images pour “ELECTRICITE NUCLEAIRE FRANCE”
    En 2019, 80 % de la production française d’électricité d’origine nucléaire est assurée par 4 régions : l’Auvergne-Rhône-Alpes (22,4 %), le Grand Est (21,8 %) et le Centre val-de-Loire (19,2 %) et la Normandie (17,6 %).

    SOCIÉTÉ
    Niger : 13% de la population a accès à l’électricité
    Publié le mardi 29 octobre 2019 | journal du niger
    Société
    © Autre presse par DR
    Société Nigérienne d’Electricité (Nigelec)
    Comment
    Tweet

    Selon le directeur de Nigelec, seuls 13% de la population bénéficient de l’électricité ce qui ne représente pas l’ensemble des personnes vivant dans des zones couvertes par un réseau électrique.
    L’accès à l’électricité reste un problème majeur au Niger. 13% de la population seulement a accès ladite énergie et environ 65 à 70% des personnes vivent dans des zones n’étant pas couverte par le réseau électrique. Le pays continue par ailleurs d’acquérir 60 à 70% de son électricité à l’étranger. Ce pourcentage est en baisse, note cependant le directeur général de la Société nigérienne d’électricité (Nigelec), Alhassane Halid. « A une époque, nous importions 80 % de notre électricité. Aujourd’hui, la production locale couvre la demande supplémentaire et d’année en année, nous réduisons la part des importations », a-t-il indiqué dans une interview publiée par le blog ID4D de l’Agence française de développement (AFD).

    DONC MA REPONSE SERA CLAIRE – A SAVOIR

    ON PEUT PAS AVOIR MOINS QUE DES MIETTES

  4. Les autorités maliennes doivent faire preuve de réalisme et éviter de tomber dans le piège du populisme. Certes la France a été incohérente dans sa politique d’accompagnement du Mali pour le recouvrement de son intégrité territoriale, mais force est de reconnaitre qu’elle reste de loin le plus grand partenaire de notre pays. Beaucoup de Maliens se souviennent de l’intervention de Serval à un moment où le Mali était sur le point de cesser d’exister en tant que pays.
    L’histoire démontre que les pays africains qui ont su cheminer avec la France sont ceux la qui connaissent un progrès économique et social (la Côte d’Ivoire, le Sénégal, Seychelles ou encore le Gabon). Sékou Touré ou Modibo Keïta (pour qui j’ai de l’admiration) ont choisi la voie du divorce total avec la France. Résultats? Ces deux pays végètent toujours dans le sous développement malgré les immenses potentialités. Apprenons donc de nos erreurs et faisons des choix appropriés pour le bonheur des Maliens. Agissons à épargner nos populations d’une troisième génération de pauvreté prolongée.

  5. La France entre le marteau et l’enclume.
    Le Mali! Tu es une grande nation et une grande civilisation ne te soumet jamais aux colons et reste debout.

  6. La France entre le marteau et l’enclume.
    Le Mali! Tu es une grande nation et une grande civilisation ne te soumet jamais aux colons et reste debout.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here