Construction du 2e Pont de Kayes: les raisons d’un report

5
Pont de Kayes : Les camions de 40 tonnes interdit de passage

Après l’inauguration, le 9 octobre 2016, de la station compacte de production d’eau potable de Kalaban-Coro, d’un coût de plus de 9 milliards de FCFA devant assurer l’accès à l’eau potable de plus de 300.000 personnes ; et le lancement, dimanche dernier, à Kolondièba, des travaux de construction de la route Zantièbougou-Kolondiba-Frontière ivoirienne, le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, procédera, demain jeudi, au lancement officiel des travaux de construction du 2e pont de Kayes sur le fleuve Sénégal à Kayes (non loin du 1er pont métallique) et de ses voies d’accès pour plus de 55,587 milliards de FCFA, assurés par le Budget national à 100%..

Un rêve d’un demi-siècle qui se concrétisera. Un souhait maintes fois exprimé par les populations de la ville, à travers des messages oraux et écrits à tous les présidents du Mali ; et même des marches pacifiques.

La construction du 2e pont de Kayes et l’aménagement de ses routes d’accès, qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre des activités de la Politique nationale des transports, des infrastructures de transport et du désenclavement, adoptée par le Gouvernement, en octobre 2015, a pour objectif d’assurer le désenclavement intérieur et extérieur afin de contribuer, grâce à la mobilité des agents économiques, au développement économique et social du pays.

Aussi, contribuera-t-elle, à assurer de façon durable, la continuité du trafic routier sur le corridor Bamako-Dakar ; à améliorer la sécurité routière et à favoriser le développement de la recherche et de l’extraction des ressources minières dans la région de Kayes.

Le marché de construction est conclu entre le Gouvernement et l’entreprise malienne SOMAFREC-SA pour un montant de 36 milliards 588 millions 500 mille 449 FCFA TTC et un délai d’exécution de 24 mois hors saison des pluies.

Quant au marché relatif aux travaux d’aménagement des routes d’accès du 2e pont de Kayes, il est conclu entre le Gouvernement et l’Entreprise chinoise COVEC-Mali pour un montant de 18 milliards 999 millions 399 mille 534 FCFA TTC et un délai d’exécution de 15 mois hors saison des pluies.
Pour assurer la mission de contrôle et de surveillance des travaux de construction et d’aménagement des routes d’accès du 2e pont sur le fleuve Sénégal à Kayes, le marché est conclu entre le Gouvernement et le Bureau d’Études CIRA pour un montant de 1 milliard 879 millions 159 mille 944 FCFA toutes taxes comprises et un délai d’exécution de 27 mois.

Les prestations de la mission de contrôle portent notamment sur la validation des projets d’exécution ; le contrôle des dispositions techniques prévues pour l’exécution des travaux ; le contrôle géotechnique, topographique, administratif et financier ; ainsi que la coordination entre les intervenants. Le financement du marché est assuré par le Budget national à hauteur de 100%.
La ville de Kayes est située sur la ligne du chemin de fer Dakar-Niger construite lors de la colonisation française à la fin du XIXe siècle.

En 2003, le conflit ivoirien, en bloquant les transports vers le Sud, a réactivé la voie ferrée et surtout la construction des deux corridors routiers entre Bamako-Dakar: au nord (Bamako-Kayes- Diboli-Dakar) et au sud (Bamako-Kita-Kénièba-Mahina-Mine-Dakar) de la ville de Kayes.

Ainsi, en raison du trafic routier en augmentation, et notamment des poids lourds reliant Dakar à Bamako, le pont métallique, construit en 1998, sous l’impulsion d’un certain Ibrahim Boubacar KEITA, alors Premier ministre, a connu une usure précoce et a dû être réhabilité en 2009. Les travaux d’un montant de près de 2 milliards de FCFA ont perturbé fortement la circulation, le trafic sur le pont ayant été interrompu pendant 3 mois .

En tout cas, la réalisation de ce pont et de ses voies d’accès constitue un grand ouf de soulagement pour toutes les populations de Kayes qui ont promis de se mobiliser à hauteur de la dimension de l’évènement pour venir dire Merci au Président IBK.

Par Sékou CAMARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Le premier pont de kayes construte sous le regime d’alpha konare avec ce meme IBK chef du gouvernelent a été un veritable echec, chaque fois des refection sue le pont soit disant que le pont n’avait pas été conçu pour les gros porteurs.Alors faites tout monnieur le president SEM IBK et monsieur LE pm SEM Modibo KEITA pour que ce 2 ème pont soit solide et durable avec 2×2 voies auto.

  2. Pour moi , c’est une necessite pour le PRESIDENT et non UN luxe , mai la situation economique de kayes doivent relevee ces defits ansi que d’une part les investisseurs minieres et autres . mais un engouement pour le sort des poplations indigenes , mai les raisons du report peut-etre du a un financement masive ou un dit de campagne et non un fait de terrain, VIVE LE MALI .

  3. Maintenant il retrouver les personnes qui ont passé le marché du pont métallique ainsi que celles à l’époque, chargées d’exécution et de contrôle de l’ouvrage: le pont n’a pas fait 30 ans debout!Il faut commencer à demander des explications aux gens (même s’ils sont à la retraite aujourd’hui) pour éviter de tels dysfonctionnements dans l’avenir!

  4. … ‘ Le lancement des travaux de construction de la route Zantiebougou-Kolondièba à la frontière ivoirienne et celui du 2ième pont de Kayes  dont le coût de réalisation s’élève à des centaines de milliards de nos francs… ‘ … /// …
    :
    Pour le lancement des travaux de construction de la route Zantiebougou-Kolondièba à la frontière Ivoirienne, c’est fait. Pour celui du 2ème pont de Kayes, c’est moins sûr…, c’est si l’agenda du Président le lui permet… ? La cop 22 au MAROC oblige… ! L’encart dans Maliweb, annonçant le lancement des travaux par le Président de la République prévu pour Jeudi 17 Novembre, a été retiré… Patience donc…!
    En attendant la construction du pont de Bafoulabé et de ses voies d’accès…
    La construction de nouvelles voies de chemins de Fer reliant Kita à Kankan en République sœur de GUINEE en passant par Siguiri. Et relier Bougouni à Kankan en passant par Mandiana en République sœur de GUINEE. Bamako à Sikasso en passant par Bougouni… Bon courage Monsieur le Président… Que d’espoir quoi… !

Comments are closed.