Désenclavement Intérieur du MALI : Quatre localités bientôt raccordées aux axes nationaux pour plus de 6 milliards de Fcfa

0

Dans dix mois, les localités de Tominian, Djeli, Yorosso, et Sofara seront raccordées aux principaux axes routiers du Mali. Ce, pour un coût total de 6 263 176 121 milliards de Fcfa. Les cérémonies de lancement des ces travaux ont eu lieu le lundi 26 février, à Tominian et à Djeli, par le président de la République, Amadou Toumani Touré.

Le réseau de routes principales est aujourd”hui fortement développé reliant, d”une part, le Mali aux principaux ports de la sous-région et, d”autre part, en connectant entre elles les principales capitales régionales.

Cependant, de nombreuses agglomérations importantes du Mali, proches du réseau de routes principales revêtues, ne sont pas reliées par une liaison permanente et bitumée.

C”est dans ce cadre que le gouvernement du Mali a développé un programme de raccordement d”agglomérations importantes aux réseaux de routes principales. Un premier programme, financé conjointement par la Banque Islamique de Développement (BID) à hauteur de 86% et par le gouvernement malien (14%) concerne les travaux d”aménagement des voies de raccordement totalisant 38 kilomètres pour un montant de 6 263 176 121 Fcfa.

Les localités concernées sont Yorosso (RN 14 Koury), les bretelles Sofara (RN6 Sofara) Tominian (RN6 Tion) et Djeli (RN6).

La réalisation de tous ces travaux a été confiée à l”entreprise COVEC pour un montant hors-taxes de 5 868 141 121 Fcfa. Le contrôle et la surveillance des travaux, quant à eux, reviennent au groupement de bureaux d”études maliens SOCETEC/GIC pour la somme de 395 035 000 Fcfa.Tominian, la première localité concernée, sera dotée de 12,5 kilomètres de voie de raccordement allant de la Préfecture au carrefour de Tion situé à 33 kilomètres de San. Ici, les travaux prévus coûteront 1 605 421 790 Fcfa hors taxes et consisteront en la réalisation de plusieurs ouvrages : une plate-forme de 10 mètres, une chaussée de 6 mètres revêtue en enduit superficiel bicouche, deux accotements de 2 mètres chacun, revêtu en monocouche et destinés à la circulation non motorisée ainsi qu”à celle des engins à deux roues et, enfin, des fossés maçonnés pour le drainage des eaux.

De plus, la réalisation d”une voie d”accès à Tominian à partir de Tion sur la route nationale n°6 Bamako-Sévaré va permettre, selon le ministre de l”Equipement et des Transports, Abdoulaye Koïta, "de relier ce grand centre de production au réseau de base et favoriser, notamment la dynamique interne de l”économie locale en assurant la compétitivité des produits agricoles à travers la réduction des coûts de transport et l”accès aux marchés". "Ce qui, du coup, contribuera de façon significative à lutter contre la pauvreté et à améliorer la niveau de vie des populations concernées" a poursuivi le ministre Koïta.

Vivant à 43 kilomètres de San sur l’axe Ségou-Mopti, les populations de Djeli ont longtemps enduré les contraintes liées à l”enclavement.

10 kilomètres de délivrance pour Djeli

A seulement 10 kilomètres de la route Ségou-Mopti, cette bourgade est réputée pour sa production abondante de papayes, de tomates, du sésame, de haricot vert, de pastèques et de melons. Malheureusement, toute cette production n”est le plus souvent pas écoulée à cause d”une route qui décourage plus d”un.C”est fort de tout cela que le ministre des Transports a tout d”abord salué "le rôle joué par le président de la République dans la conception et la mise en œuvre du projet". Avant de déclarer que "les avantages que joue ce projet ne se mesurent pas à sa taille, mais plutôt à la transformation qualitative des conditions de vie des populations".

De fait, une telle réalisation dans une zone de production permet de développer les cultures de rente à côté de celles communément appelées traditionnelles.

Il faut surtout retenir que le projet, jugé prioritaire par les autorités, concerne des zones principalement productrices de céréales, de coton et d”élevage. Il contribue à faciliter l”accès aux marchés voisins, en améliorant les revenus des populations et la production agricole et pastorale.

La construction de ces voies d”accès, qui s”intensifiera, selon le ministère de tutelle, permettra aux centres peuplés de contribuer au développement économique du pays. La route aura ainsi un impact positif sur la zone d”influence de l”agglomération, en l”ouvrant au trafic national et international en toutes saisons et en permettant aux populations d”avoir un accès plus rapide aux autres services de santé, sociaux et administratifs.

Ces actions auront un impact important sur la rentabilisation des infrastructures existantes par un accroissement du trafic et par un meilleur drainage de la zone d”influence des routes concernées. Enfin, le projet est en conformité avec le Nouveau Partenariat pour le Développement en Afrique (NEPAD) qui vise à accélérer la croissance économique et à contribuer à la lutte contre la pauvreté tout en réduisant les énormes disparités entre les secteurs ruraux et urbains.

Sans oublier les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui prennent en compte la réduction de la pauvreté, l”accès à l”éducation et aux services de santé et la réduction de la mortalité infantile et maternelle.

Paul MBEN

Commentaires via Facebook :

PARTAGER