Front social : Dans 10 jours, le collectif des fournisseurs marchera sur la primature pour réclamer ses 80 milliards à l’Etat

4

Le collectif des fournisseurs de l’Etat est prêt à user de la force pour récupérer ce que le gouvernement les doit. 80 milliards CFA, c’est trop pour rester les bras croisés. C’est pourquoi le collectif des fournisseurs décide de marcher sur la primature, si rien n’est fait dans les 10 jours à venir. 

80 milliards de FCFA, c’est le montant que l’Etat doit à ses fournisseurs. Lasses d’être trimballés çà et là, les fournisseurs ont créé un groupe de pression sous le nom de Collectif des associations de fournisseurs de l’Etat. Ce collectif a organisé une assemblée générale le samedi 22 juillet, à la Chambre de commerce de Bamako, à l’issue de laquelle il menaçait  de battre le pavé pour forcer l’Etat à payer son dû.

Face à la gravité de la situation, des conciliabules ont été faits, sous la houlette de l’honorable Moussa Tembiné.

En effet, au cours d’une assemblée, tenue le jeudi 24 aoùt 2017 à la chambre de commerce et d’industrie de Bamako, le collectif, présidé par Oumou N’Diaye, a décidé de surseoir à sa marche. 

Pour comprendre tout ça, disons que depuis 2012, nombreux sont les fournisseurs qui  ont livré matériels et autres consommables à l’Etat, à travers des contrats dûment établis. Mais il se trouve que jusque-là, l’Etat ne parvient pas à honorer ses engagements de payer les fournisseurs.

Face à la puissance étatique, les fournisseurs, chacun dans son coin, ont réfléchis à une stratégie pour récupérer son argent.   C’est l’échec de part et d’autre.

Sachant que la force réside dans l’union, les fournisseurs créent un collectif, dirigé par Oumou N’Diaye. Il commence à rencontrer l’ex ministre des finances Mme Bouaré Filly Sissoko. Cette dernière s’engage à dépoussiérer  les dossiers mais sera vite limogée suite au scandale de surfacturation.

Son successeur Mamadou Igor Diarra, dès son atterrissage, est approché par les fournisseurs. Il arrivera à mettre certains d’entre eux dans leurs droits.

L’actuel ministre qui est son successeur M. Boubou Cissé est  décrié par les fournisseurs qui estiment que ce ministre constitue un blocage à l’avancement de leur dossier. 

Suite à des pressions, le Ministre Cissé promet de payer mais il le conditionne à un tamisage pour extraire les vrais fournisseurs des faux et éviter ainsi des cas de surfacturation.

Cette proposition, jadis rejeté par les fournisseurs,  est finalement acceptée. Cependant, face à la lenteur du paiement après cet accord, les fournisseurs sont revenus à la charge et décident ainsi de battre le pavé pour se faire entendre. Dans la foulée, le premier Vice-président de l’assemblée nationale, Honorable Moussa Timbiné a sauté sur l’affaire pour proposer sa médiation. C’est alors que finalement, une rencontre extraordinaire entre différents camps a décidé de surseoir à la marche. Avec ce sursis, le collectif entend donner une période 10 jours à Timbiné. Si toutefois avant ce délai les fournisseurs ne sont pas payés, ils promettent de marcher sur la primature le samedi 05 Septembre.

 

Blo KENE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Comment gerer un pays lorsque personne ne prend d’initiatives. Pourquoi toujours attendre que les dossiers pourrissent et que l’état finisse par se mette à plat ventre?
    En trois ans, comment ne pas avoir réussi à mener des enquêtes administrarives sérieuses d’autant plus que l’e n’a pas les moyens de jeter par la fenêtre? Un proverbe bambara dit: “pas besoin d’être à l’abreuvoir des boeufs pour comprendre qu’on y utilise pas d’ustensiles”
    De toutes façons, ce n’est plus l’opérateur qui corrompt le fonctionnaire au Mali, mais bien le contraire depuis longtemps.

  2. Vous qui insultez le pouvoir c est vous les fils de voleurs en voilà la preuve le ministre des finances ne paiera aucune fausse facture et surfacturation il ne fait que son travail quand on est clean vous critiquez cela aussi vous m aimez pas le Mali t’as d inconscients marchez on vous botera le cul … trop c est trop

  3. L’État ne rejette pas ce payement pour rien! Il y a des fournisseurs fictifs, des surfactureurs, des fournisseurs de produits non standards ou même pacotille. Si l’on vérifie bien peut être juste une petite partie de ces 80 milliards serait conforme a payer…. ce n’est pas un probleme “des contrats dûment établis”; c’est un probleme d’exécution correcte de cahiers des charges….et qui est fou dans ce pays!!? Sinon comment l’état peut dire qu’il ne va pas payer les factures des gens qui l’ont proprement livré ses commandes? C’est simplement la fausse version de l’histoire. Dr Boubou doit tout faire pour ne jamais payer les tricheurs de l’argent public. Si vous avez de vraies preuves il faut simplement aller au tribunal ….vous pourrez même demander de dommages et intérêts pour traine et retard. Mais hélas! Aucun chantage collectif ne doit pousser l’état a débourser l’argent public sur des bases non-justifiées! On trop profite de la vache laitière de l’état au Mali!

  4. Ce Collectif des associations de fournisseurs de l’État a tout notre soutien en l’invitant de se battre pour rentrer dans ses droits. Marcher sur la Primature même sur la Présidence sinon ces gouvernants (IBK et ses cliques) ne vous prendront pas au sérieux. Si vous marchez, vos créances seront payées dans l’immédiat. Du courage Oumou N’Diaye.
    Ce régime IBK est composé de 99,99 % de voleurs de nos impôts.

Comments are closed.