Gestion des ressources de l’Etat : DFM, affiliez-vous à « ma famille d’abord » !

1

« Présidents directeurs généraux et directeurs généraux des services de l’Etat, essuyez vos larmes en attendant le secours des partenaires techniques et financiers »

Futurs Directeurs des finances et matériel, intégrez vite « ma famille d’abord » !

Le conseil des ministres réuni au cours de sa session ordinaire du mercredi 30 mars 2016 vient d’adopter enfin le décret portant modification du Décret n°09-137/P-RM du 27 mars 2009, fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement des Directions des finances et du matériel. Les motifs évoqués partent de constat d’instabilité des directeurs à leur poste, de perte de mémoire relevé au niveau desdites directions consécutif à leur mobilité et aussi l’insuffisance de la maîtrise des méthodes et procédures de finances publiques.

Bravo cette fois au gouvernement pour ce coup de poker réussi et souhaitant vivement que cette mesure soit le début d’une ère nouvelle d’amélioration de la qualité de l’exécution des finances publiques.

Les motivations sont nobles et nous disons merci aux partenaires techniques et financiers (PTF) qui, une fois de plus, viennent de nous imposer encore leur vision, après le cas des textes régissant la comptabilité-matières au Mali. Il faut se rappeler qu’en 2009, ce sont les mêmes PTF qui ont exigé, pour des raisons de transparence dans la gestion des biens acquis sur les ressources du budget,  que le Service du contrôle financier soit représenté au sein des « commissions de réception de matériels » créées au niveau des structures de l’Etat. Cette situation a conféré à ce service de contrôle à priori des procédures d’exécution des dépenses d’être juge et partie à la fois ; laquelle a été décriée en son temps par toutes les autorités impliquées côté malien dans la chaine de dépenses et même de contrôle des services publics.

Par contre, en ce qui concerne le cas des Directions des finances et du matériel, c’est l’inverse qui vient de se produire du côté des acteurs (directeurs, contrôleurs, vérificateurs et inspecteurs, etc.) de cette même chaîne. En effet, la mesure qui vient d’être adoptée résulte d’un vieux combat mené par tous ceux–ci cités, depuis les années 2000, en vue du rattachement desdites directions au ministère en charge des finances, mais qui s’est heurté en 2004 et en 2009 à la volonté des gouvernements d’alors au motif que les ministres se sont estimés toujours suffisamment responsables pour assurer la gestion saine des ressources du ressort de leurs départements respectifs. Voilà encore par la volonté des PTF que le bateau vient d’arriver à port. A analyser de près cette mesure nouvelle, il y a cette fois-ci fort à craindre que les nouveaux directeurs qui vont être nommés ne soient pas affilier « à la famille d’abord », au risque que toute la manne financière tombe dans la même cagnotte et ne contribue pas en toute intelligence à bien préparer 2018 qui arrive à grands pas.

Alors, messieurs les PTF, à quand le tour des présidents directeurs généraux et directeurs généraux des organismes personnalisés de l’Etat pour leur stabilité, eux qui bien que nommés suite à un  appel à candidature sont révoqués au gré des remaniements ministériels? N’oubliez pas qu’ils gèrent aussi des ressources importantes de l’Etat à l’instar des Directeurs des finances et du matériel.

En attendant, retenez vos souffles car il est trop tôt d’applaudir pour le coup imposé qui est en même temps une gifle à notre capacité voire notre élite nationale, car les futurs directeurs vont en toute intelligence vite intégrer « ma famille d’abord » et la suite vous pouvez la deviner.

La Rédaction

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Personne ne dupe ce tour de passe-passe n’a qu’un seul but, après les directeurs nationaux, les agences de l’État maintenant c’est le tour des DFM a ce rallier a la famille présidentielle pour le financement de future présidentielle, il est plus que temps que les maliens disent halte a ce mascarade.

Comments are closed.