Huit mois après l’incendie du marché rose : Les sinistrés appellent le gouvernement à réhabiliter l’édifice d’ici 2015

1

La police privilégie la piste accidentelle : un court-circuit serait à l’origine de l’incendieCela fait huit mois maintenant que le marché rose est fermé. Cette situation est due à l’incendie qui a ravagé l’endroit dans la nuit du 20 mars, occasionnant une perte énorme s’élevant à plus de trois milliards de F CFA. En vue d’une reprise de l’activité, des milliers de chefs de famille occupant cet espace où ne subsistent que ruine et désolation à travers la commission de suivi de l’incendie ont organisé, le samedi 8 novembre dernier, une assemblée générale au cours de laquelle ils ont interpellé les hautes autorités à prendre des dispositions pour réhabiliter le marché rose d’ici la fin de l’année 2014.

Cette rencontre, riche en interventions et complaintes des victimes, a enregistré la présence du président de la coordination nationale des commerçants détaillants.

Cet incendie qui a ravagé le 20 mars dernier le marché rose, faut-il le rappeler, a fait 888 sinistrés ou victimes. Il a détruit au total 421 magasins, occasionnant du coup une perte en matériels et espèces de plus de trois milliards FCFA.

Selon le président de la commission de suivi de l’incendie du marché rose, Gaoussou Coulibaly dit Djery, au moment des faits, l’Etat malien, à travers le ministre du Commerce et le premier ministre de l’époque Oumar Tatam Ly, avait pris l’engagement de réhabiliter l’endroit dans un délai de six mois. Depuis, rien n’a été fait par les autorités dans ce sens à l’exception de la modique somme de 375 000 francs qu’a perçue chaque victime. Cette somme provient des 400 millions de F CFA allouées comme dédommagement aux victimes de l’ensemble des trois marchés de Bamako à savoir le marché de Médine, le marché rose et la place des vendeurs de colas communément appelée Woro Kourou.

A en croire M.Coulibaly, en 1996, un marché de Dakar a été incendié. L’Etat sénégalais contrairement à celui du Mali, s’est vite attelé à reconstruire les lieux et a octroyé à chacune des victimes la somme de deux millions de F CFA pour les aider à redémarrer leur commerce ou activité.

L’Etat malien a toujours l’habitude de faire trainer les citoyens. Il regarde toujours en haut au lieu d’en bas. Ce qui fait que le gouvernement fait toujours des erreurs avec le peuple. Nous, nous ne leur demandons pas plus. On leur demande seulement de reconstruire notre marché. Qu’il nous dise s’il peut ou s’il ne peut pas “. Selon le président de la commission de suivi de l’incendie, les sinistrés s’étaient tournés en premier lieu vers la mairie du district. ” A ce niveau, les responsables avec lesquels nous sous sommes entretenus nous ont signifié clairement que la mairie du district est seulement habilitée à gérer le marché. Mais son seul et unique propriétaire demeure le gouvernement “, a-t-il déclaré.

Selon le président de la coordination des commerçants détaillants, Hama Aba Cissé, cette situation est vraiment désolante car ce sont des milliers de personnes qui tirent leur revenu quotidien de ce marché. En raison de ce problème qui perdure, le président de la coordination des commerçants détaillants a exhorté le gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires pour réhabiliter cet espace dans un plus bref délai.

Ramata S.Kéita

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. je pense que ce n’est pas seulement la réhabilitation de l’édifice et il faudrait penser aux mesures sécuritaires comme les incendies et autres

Comments are closed.