Le Directeur général de l’établissement de microfinance, David Dao face à la presse ” Avec 716 salariés, Kafo Jiginew est la première institution financière en terme d’emplois directs “

0

L’Union des caisses mutualistes  d’épargne et de crédit Kafo Jiginew tiendra les travaux de sa 29ème Assemblée Générale Annuelle le Jeudi 7 juin 2018, au CNPM, à partir de 9H précises, sous la haute présidence du Ministre de l’Economie et des Finances, Docteur Boubou Cissé. Ceux-ci seront l’occasion de passer au peigne fin les rapports de l’exercice 2017 et dégager les perspectives pour 2018. S’agissant de l’exercice écoulé, déroulé dans un contexte favorable, il s’est soldé au 31 décembre par un résultat bénéficiaire de plus de 514 millions de FCFA et un total de bilan de plus de 50 milliards de FCFA.

Ces chiffres ont été révélés par le Directeur général de  Kafo Jiginew, David Dao au cours d’un échange avec la presse, le lundi 4 juin, au siège de l’institution à l’ACI 2000.

Parlant de l’exercice 2017, le Directeur général de Kafo Jiginew dira qu’il s’est déroulé dans de bonnes conditions et surtout dans la suite logique du travail préalable mené les années précédentes par la Direction générale. En effet, depuis sa désignation comme Directeur général de l’institution en 2014, David Dao a mis sur orbite une feuille de route qui prévoyait, essentiellement l’assainissement des finances, la réorganisation et le redémarrage du réseau avec à la clé le rétablissement de la confiance. Car le travail d’une institution de microfinance, c’est l’intermédiation financière qui exige d’abord la confiance des clients et des partenaires de l’entreprise.

Ces efforts de management visaient donc à restaurer la crédibilité de Kafo Jiginew auprès des clients et des partenaires, après une année 2015 dont le résultat a été déficitaire à cause de l’impact de la crise qu’a connue le pays, mais surtout de l’assainissement du bilan et de la mise en conformité avec le taux de l’usure. “ Lors de sa mission de vérification en 2015, la Commission bancaire, après analyse de la situation de l’institution, avait décelé au total 85 insuffisances à corriger. Nous nous sommes attelés à cette tâche et, en fin 2017, le taux d’exécution était de 92% et l’institution ambitionne d’atteindre les 100% très prochainement ” a expliqué David Dao.

Passer d’un résultat déficitaire à un bénéfice d’un demi-milliard de FCFA

David Dao, DG Kafo Jiginew

Grâce à ces actions d’assainissement, explique-t-il, Kafo Jiginew est passée d’un résultat déficitaire de 635 millions de FCFA en 2015 à un résultat bénéficiaire de 356 millions de FCFA en 2016. Cette performance a progressé au terme de l’exercice  2017 pour se porter à 514 millions de FCFA. Le total de bilan a été de plus de 50 milliards de FCFA.

 Nous comptons maintenir ce cap en 2018  et nous nous fixons comme objectif de porter le total de bilan à plus de 64 milliards de FCFA à la fin de cette année et le bénéfice réalisé à 800 millions FCFA. Pour cet exercice on va terminer entièrement le toilettage des comptes des membres : tous les comptes inactifs seront balayés. Nous avons procédé à l’inventaire et à la codification de toutes les immobilisations courant 2017 et cette opération nous a coûté plus de 120 millions de FCFA.

Par ailleurs, en 2017, au niveau du personnel, nous avons procédé à la régularisation de la situation de 167 travailleurs qui n’avaient pas encore de contrats de travail “.

Les efforts d’assainissement, tout comme le respect des ratios prudentiels des autorités monétaires ont permis de renouveler la confiance des clients et des partenaires financiers indispensable pour l’existence même de l’institution. Ainsi, des organismes comme la SIDI, la BNDA et bientôt la Fondation Grameen Crédit agricole ont accordé des emprunts subordonnés à Kafo Jiginew, ces financements étant des quasi fonds propres donc des investissements dans le capital de la société.

40% des crédits destinés aux PME-PMI agricoles

Aujourd’hui, Kafo Jiginew respecte la plupart des ratios prudentiels et indicateurs de croissance et de rentabilité. En ce qui concerne la gouvernance, ce sont les 400 000 clients sociétaires constituant l’assemblée générale qui déterminent l’orientation et mettent en place le Conseil d’administration qui délègue son pouvoir à la direction générale chargé dee la gestion. Le fonctionnement est démocratique. Aujourd’hui, les 716 salariés disposent de leur syndicat, d’un fonds social, d’une mutuelle fonctionnelle, d’un conseil de discipline et de sanctions. Kafo Jiginew est la plus grosse institution financière en termes de création d’emplois au Mali car aucune banque de la place ne crée autant d’emplois directs et même indirects” a ajouté M. Dao.

Née dans la zone cotonnière à Koutiala, Kafo Jiginew a poursuivi son extension pour venir s’implanter à Bamako en 2008 afin de se diversifier vers l’activité urbaine. Cette orientation s’est accompagnée du financement des PME-PMI. Ainsi, sur l’encours de crédit de 36 milliards de FCFA, environ 40% (16 – 17 milliards de FCFA) sont destinés aux PME-PMI dont des entreprises agricoles dans les zones CMDT, Office du Niger, ODRS et des entreprise urbaines. “ Kafo Jiginew contribue beaucoup à la hausse de la production cotonnière dont le Mali est devenu le premier producteur en Afrique. Du début de l’opération tracteur pour la mécanisation de l’agriculture, Kafo Jiginew a financé près de 1000 tracteurs pour les producteurs. Elle est reconnue comme étant la banque des paysans ” insiste t-il.

Relever le défi de la collecte de l’épargne auprès des clients

De nos jours, l’un des grands défis est la collecte de l’épargne. L’épargne locale est plus avantageuse et moins contraignante par rapport aux financements reçus des banques et des organismes financiers internationaux car ces structures imposent souvent des conditions d’éligibilité complexes et difficiles à atteindre aux petites structures de microfinance.

Nous disposons actuellement de 36 milliards de FCFA d’encours de dépôts qui ne sont pas en mesure de couvrir les crédits octroyés. Mais ce qui est important à signaler, c’est qu’après les fonds propres, l’épargne représente une source de financement stable et moins contraignante pour l’institution. Pour renforcer la collecte de l’épargne, nous sommes entrain d’expérimenter un système de collecte sur place avec des équipes mobiles auprès des sociétaires dans leurs commerces ou lieu de travail. Certes c’est une opération coûteuse et risquée, mais cela nous permet de collecter des centaines de millions de FCFA par mois” a-t-il déclaré.

Toujours pour booster la collecte de l’épargne, Kafo Jiginew organise depuis 2014 le concours du meilleur épargnant de l’année. Cette activité n’a malheureusement pu avoir lieu en 2017 à cause de la commémoration des 30 ans de l’institution.

Poursuivre l’assainissement et rentabiliser toutes les 19 caisses de base

Autre défi pour l’institution, à en croire son premier responsable, c’est la poursuite de la reconfiguration du réseau par la fusion des guichets afin d’accroitre la performance des 19 caisses de base et les rendre toutes rentables et viables. En 2017, le nombre de caisses rentables est passé de 7 à 11. Il s’agira aussi de maîtriser davantage leurs charges en améliorant leur efficacité et leur efficience. En 2017 déjà, 14 guichets ont été regroupés et 3 nouvelles ont été créées faisant passer le nombre de guichets de 167 à 156 de guichets. Aussi, David Dao et son équipe comptent améliorer le portefeuille à risque de 90 jours actuellement de 3%, diminuer les pertes des caisses, tout en maintenant la progression de la production du crédit afin de satisfaire de plus en plus les besoins des membres. Dans le cadre du renforcement du contrôle interne, il y a eu la création d’une direction de risque et de la conformité. L’avènement de la biométrie pour l’accès aux comptes des membres a permis de mitiger considérablement les risques de fraude au niveau des comptes des membres.

La direction générale ambitionne également l’élaboration d’un nouveau plan d’affaire, celui en cours actuellement prenant fin cette année.

Après la banque FINAO à Dakar, bientôt une compagnie d’assurance avec la CIF

Par ailleurs Kafo Jiginew est membre de la Confédération des institutions financières (CIF) de l’Afrique de l’ouest basée à Ouagadougou. Cette organisation sous-régionale est composée de six institutions de microfinance (de 5 pays de l’UEMOA) dont deux maliennes : Kafo Jiginew et Nyèsigiso. Dirigée par notre compatriote Alou Sidibé, ancien Directeur général de Kafo Jiginew, la CIF vise à mutualiser les efforts et expériences pour la promotion de la microfinance dans la sous-région.

Selon David Dao, la CIF s’est fixé un certain nombre de chantiers dont la première a été la création d’une banque des institutions de microfinance appelée FINAO (Financière de l’Afrique de l’ouest). Elle est opérationnelle à Dakar depuis début 2018.

Le second gros chantier, c’est la création des compagnies de micro assurances dans chacun des 5 pays. Pour le cas du Mali, le dossier de demande d’agrément de la Compagnie CIF assurance-vie Mali est déjà  déposé auprès de la CIMA basée à Libreville, l’organe panafricain habilité pour la délivrance des agréments. Enfin, le troisième chantier est la dotation des institutions membres d’un logiciel bancaire de référence. Celui-ci aussi est très avancé et permettra à ces systèmes financiers décentralisés de fournir tous les services et prestations que les banques classiques fournissent aujourd’hui.

Avant de terminer cette rencontre, le Directeur général de Kafo Jiginew a remercié l’ensemble du personnel, les responsables des organes de décision,  les clients-sociétaires de son institution ainsi que tous les partenaires qui ne ménagent aucun effort pour sa réussite.

Youssouf  Camara 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here