Mark Bristow, Président et directeur exécutif de Barrick Gold Corporation : «Le complexe minier Loulo-Gounkoto a déclaré et payé au Mali des dividendes cumulés de l’ordre de 120 milliards FCFA en 2020 »

1

Les responsables de la société minière Barrick Gold Corporation étaient face à la presse, le samedi 6 février 2021, au complexe minier Loulo-Gounkoto (commune de Kéniéba, région de Kayes) pour évoquer les résultats obtenus par la société malgré le contexte sanitaire difficile au Mali. Selon Mark Bristow, Président et directeur exécutif de Barrick Gold Corporation, le complexe minier Loulo-Gounkoto de Barrick Gold Corporation a produit au cours de l’année 2020, 680,215 onces d’or, dépassant ses prévisions de l’année malgré la Covid-19 et d’autres défis. « Loulo et Gounkoto ont déclaré et payé des dividendes cumulés de l’ordre de 240 millions de dollars en 2020 soit 120 milliards FCFA. Au cours des 24 dernières années, Barrick et sa société historique Randgold Resources ont contribué à l’économie malienne à hauteur de 7,7 milliards  de dollars soit plus de 3500 milliards de FCFA sous forme d’impôts, de redevances, de salaires et de paiements aux fournisseurs locaux. Sa contribution annuelle représente entre 5 et 10% du PIB (Produit intérieur brut) du pays », a souligné Mark Bristow.

Cette conférence de presse était animée par Mark Bristow, Président et directeur exécutif de Barrick Gold Corporation, en présence des autres responsables de la société minière comme Mahamadou Samaké, Chiaka Berthé, Abbas Coulibaly. Ladite conférence de presse animée en marge du conseil d’administration du complexe minier Loulo-Gounkoto (Commune de Kéniéba, Région de Kayes) rentre dans le cadre des rencontres périodiques de la société minière avec la presse. Après avoir souhaité la bienvenue à tout le monde, Marck Bristow a fait savoir que le complexe minier Loulo-Gounkoto de Barrick Gold Corporation a produit au cours de l’année 2020, 680,215 onces d’or, dépassant ses prévisions de l’année malgré la Covid-19 et d’autres défis. En même temps, dit-il, la société minière a amélioré ses performances en matière de sécurité en réduisant son taux de fréquence des accidents avec arrêt de travail de plus de la moitié comparativement à 2019 et en réalisant ainsi une année entière sans accident de travail dans les mines souterraines. Selon lui, les opérations souterraines ont atteint un niveau d’automatisation de classe mondiale. « Les deux mines souterraines existantes, Yalea et Gara, seront bientôt augmentées par une troisième lorsque la mine souterraine de Gounkoto livrera ses premières tonnes de minerai prévues pour le deuxième trimestre de cette année. Autre avancée technologique majeure, Loulo a mis en service la première centrale solaire de Barrick dans la région « Afrique et Moyen-Orient », qui fournit une capacité de 20MW dans le micro-réseau. Les projets qui devraient s’achever en 2021 comprennent la mise en service d’une usine de traitement des eaux, une expansion de la capacité de production d’électricité et une mise à niveau de la ligne électrique pour soutenir la nouvelle mine souterraine de Gounkoto », a révélé le conférencier. A ses dires, le complexe Loulo-Gounkoto a continué à soutenir et à développer les entreprises locales, dépensant plus de 375 millions de dollars (plus de 187 milliards de FCFA) avec les entrepreneurs et fournisseurs locaux en 2020. Et d’ajouter que son programme d’incubation, conçu pour doter les hommes et femmes d’affaires en termes de compétences commerciales, a permis d’installer 48 entrepreneurs en leur accordant des crédits d’un montant total d’environ 390 000 dollars (195 millions de FCFA). Le conférencier, Mark Bristow, a déclaré que grâce au succès de l’exploration continue, les réserves d’or du complexe étaient désormais plus importantes qu’il y a 15 ans. Pour lui, le district de Loulo se trouve au cœur de l’une des régions aurifères les plus prolifiques du monde. « Loulo et Gounkoto ont déclaré et payé des dividendes cumulés de l’ordre de 240 millions de dollars en 2020 soit 120 milliards FCFA. Au cours des 24 dernières années, Barrick et sa société historique Randgold Resources ont contribué à l’économie malienne à hauteur de 7,7 milliards  de dollars soit plus de 3500 milliards de FCFA sous forme d’impôts, de redevances, de salaires et de paiements aux fournisseurs locaux. Sa contribution annuelle représente entre 5 et 10% du PIB (Produit intérieur brut) du pays », a souligné Mark Bristow. Après l’intervention de Mark Bristow, les autres responsables de la société ont procédé à des présentations. A cet effet, Moussa Kanté, directeur santé et environnement du complexe minier Loulo-Gounkoto, a fait savoir que l’orpaillage est totalement mécanisé avec les chinois. Répondant aux questions des uns et des autres, les responsables de la société minière ont fait savoir que Barrick a contribué au Mali à hauteur de plus d’un milliard de FCFA de mars 2020 à nos jours dans le cadre de la lutte contre la COVID-19. Il faut signaler que bien avant cette conférence de presse, le ministre des Mines, de l’Energie et l’eau, Lamine Seydou Traoré, était en visite dans ledit complexe minier Loulo-Gounko. Au terme de sa visite, le ministre a fait savoir que Barrick est engagé à accompagner le gouvernement du Mali pour que l’or puisse briller pour les Maliens.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. ” … Le conférencier, Mark Bristow, a déclaré que grâce au succès de l’exploration continue, les réserves d’or du complexe étaient désormais plus importantes qu’il y a 15 ans. Pour lui, le district de Loulo se trouve au cœur de l’une des régions aurifères les plus prolifiques du monde.
    « Loulo et Gounkoto ont déclaré et payé des dividendes cumulés de l’ordre de 240 millions de dollars en 2020 soit 120 milliards FCFA.
    Au cours des 24 dernières années, Barrick et sa société historique Randgold Resources ont contribué à l’économie malienne à hauteur de 7,7 milliards de dollars soit plus de 3500 milliards de FCFA sous forme d’impôts, de redevances, de salaires et de paiements aux fournisseurs locaux.
    Sa contribution annuelle représente entre 5 et 10% du PIB (Produit intérieur brut) du pays », … ” …///…

    :
    On comprend pas qu’avec ces chiffres impressionnants ( surtout pour ceux qui n’y connaissent rien ),
    cette Région de Kayes soit si dépourvue d’Infrastructures Développement.
    C’est une des Régions du Mali où les Zones rurales sont les plus enclavés…, et manquant d’eau potable et d’électricité. Le pays fait partie des premiers producteurs d’or du monde… On n’a même du mal à le croire…
    Plus de Trains qui relie la capitale régionale à Bamako…
    Peu ou pas de Routes goudronnées et praticables toutes saisons.
    Kayes la capitale régionale a mis des décennies après l’Indépendance avant d’avoir un deuxième pont. Quant aux autres Cercles de la Région…, à commencer par celui de la Zone aurifère elle-même ( Kéniéba ), les Populations n’ont ni eau potable ni électricité et pas de Routes les reliant aux grandes Agglomérations, praticables toutes saisons…
    Il n’y a toujours pas de PONT à Bafoulabé…
    En effet, avec tous ces chiffres, c’est pas trop tôt que l’or puisse briller pour les Maliens.

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here