Sanctions contre le Mali : La BCEAO Mali vers son mea-culpa avec la reprise partielle des opérations

3

Cette mesure est une bouffée d’oxygène pour l’ensemble de la population. Selon, les informations dont nous disposons, la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a rouvert, le mardi, partiellement ses agences présentes dans notre pays pour assurer le paiement des salaires de ce mois. Pour rappel, le paiement des salaires des fonctionnaires se fait à partir du Compte unique du trésor public (CUT), ouvert dans les livres de la BCEAO.

En fait,laBanque centrale avait, pour raison de sécurité de ses biens et de son personnel, fermé toutes ses agences. Cela, dès le début des événements ayant conduit au renversement du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta par l’armée.

L’instruction d’un embargo sur le Mali décrété le 18 août 2020 par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en réaction à la démission du président Ibrahima Boubacar Keita (IBK), a été suivie à la lettre par la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

La CEDEAO avait décrété un embargo sur les transactions économiques, commerciales et monétaires entre ses membres et le Mali. Le président Macky Sall avait plaidé et obtenu une exception sur les médicaments et certains produits. « Exception qui ne pourrait fonctionner qu’avec des banques fonctionnelles », remarque un opérateur malien.

Dans un communiqué du 24 août 2020, le Syndicat national des banques, assurances, établissements financiers et commerces du Mali (Synabef) et la Fédération nationale de pétrole, assurances, commerces et banques du Mali (Fenpecab) se disent préoccupés par la décision prise par la BCEAO de fermer ses guichets et de rendre le système de compense indisponible.

Les deux structures appellent la CEDEAO à reconsidérer sa position.

Mahamadou YATTARA

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. La CEDEAO n’a aucune competence dans les domaines des transactions commerciales,monetaires et financieres.Elle n’est pas une Communaute Economique , monetaire ert financiere.Ces domaines ne figurent nulle part dans son Traite .Elle n’est meme pas une Union douaniere avec un territoire douanier.L’UEMOA qui est liee institutionnellement av la BCEAO,est sous la direction de son Conseil des gouverneurs et pas sous la tutelle dun Sommet de l’UEMOA.Tout dommage cause par une violation de son Traite est passif de reparation par la CEDEAO et la BCEAO.

  2. Je ne suis point edifie par le Sommet de la CEDEAO.Moi,je me sens insulte par leurs sanctions.Ils n’ont sanctionne aucun Malien innocent .Ils ont plutot cherche a humilier les populations Maliennes.Pour un pays qui souffre depuis 8 ans,ces Chefs d’Etat viennent imposer la fermeture de toutes les frontieres terrestres et aeriennes et l’arret de tous les flux et transactions economiques,commerciales et financieres entre les pays membres de la CEDEAO et le Mali.Et cela ,au mepris total des Traites internationaux ,(le Gatt, L’Aviation Civile,la CNUCED..),A ce stade ,qu’est-ce la CEDEAO?Une Communaute Economique et Monetaire?Une zone monetaire?Rien de tout cela! Meme pas une Union douaniere avec une taxe commune protegeant son territoire douanier.Comment une Organisation telle que la CEDEAO,au nveau de son Sommet, peut s’arroger un tel pouvoir de decision de facon indue.Oui, l’Union Economique et Monetaire de L’Afrique de l’Ouest, dotee d’une Banque Centrale pourrait prendre une telle decision si de telles decisions sont concevables.Mais il n’y a aucun lien institutionnel entre la CEDEAO et l’UEMOA consigne dans un Traite.Le Nigeria,le Ghana,la Sierra-Leone et las Gambie ,meme si l’UEMOA s’accordait avec la CEDEAO sur cette question de sanction,ces pays de la CEDEAO n’ont aucune capacite de prendre de telles sanctions contre le Mali.La Banque Centrale de L’Afrique de l’Ouest ne doit pas appliquer une sanction qui est nulle et non avenue.Ce que le Sommet de la CEDEAO aurait pu faire c’est de se limiter a la suspension du Mali de tous les organes de decision de la CEDEAO.C’est ce que Jacques Chirac a impose a l’Autriche avec l’apparition du Nazisme dans ce pays.

    Répondre

  3. Et si le Mali sort de la CEDEAO, quel serait l’impact?
    Une institution sous-regionale qui n’a pas de tête pr reflechir qui se permet de punir les peuples ! IBK vaut mieux que tout le peuple malien?
    Il est temps que la cedeao s’occupe de qu’elle peut faire de mieux: economie.
    Les volets politiques ne vous reuussit pas!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here