Enquête : Le boycott continue avec méritocratie malienne : « Orange, n’a pas diminué ses tarifs, il n’a fait que créer un palier, la lutte continue»

Le mouvement à l’origine du soutien à Stop aux arnaques de Orange Mali, pour la campagne de boycott, s’est réuni le mardi 5 décembre 2015 à l’école de Dravéla prés de la mosquée, l’objectif de la rencontre, a déclaré le secrétaire général du mouvement, Mody baba Koné, entouré des membres du Bureau, Adama Coulibaly, Mohammed Diarra, « c’est de faire le compte rendu des propositions issue de la rencontre du Carrefour des jeunes avec les autres associations du boycott d’Orange Mali. Le deuxième point à l’ordre du jour étaitt de former une coalition afin de bien coordonner les actions, sensibiliser les populations par rapport aux arnaques de l’opérateur de téléphonie ;.après la formation de la coalition, approcher nos camarades de Stop au arnaque de Orange Mali, il y’avait aussi la question de l’implication des médias dans la campagne de boycott ». Il a affirmé également que toutes propositions émanant des membres de la coalition est la bienvenue et fera l’objet d’une réflexion.

1

Selon les organisateurs, par la voix du secrétaire général, Mody Koné, « ce boycott du 1er décembre a été couronné de succès, cette date est entrée dans l’histoire ». Ils affirment également que pour la première fois Orange à fêté son anniversaire, pour la première fois Orange a fait 3 promotions en une semaine. Il a déclaré : « Nous exprimons fierté et proximité à l’endroit de tous les braves citoyens, qui sans tenir compte de leurs préoccupations multiples, se sont joints à cette cause noble, en laissant leur intérêt individuel au profit de l’intérêt général. Cette action citoyenne résulte d’un don de soi que nul ne saurait évaluer à juste titre. Cependant, la lutte ne fait que commencer. Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni les plus rapides mais plutôt les plus courageux ».

Pour sa part, Mamadou Sissoko a expliqué que l’objectif du mouvement est d’éclairer et défendre l’intérêt des populations maliennes par rapport à un certain nombre de préoccupations : « Nous avons soutenu cette campagne  de boycott avec Stop arnaque à orange Mali, parce que nous avons jugé qu’elle met en exergue l’intérêt supérieur de la nation, des populations et non des intérêts partisans ».

Par contre, le mouvement Méritocratie s’indigne devant cet état de fait de voir certaines publications qui ont tendance a entacher l’objectif de la lutte commune sur la page Stop arnaque,. Le mouvement a déclaré : « Le mot d’ordre lancé par l’autre partie, qui à tendance à suspendre  le boycott qui prend effet à partir du lundi,  nous, nous ne nous reconnaissons pas de ces gens- là. Notre mouvement n’observera pas de trêve, le mot d’ordre reste maintenu, Comme tout bon mouvement citoyen, il a vu le jour il y a deux an. Nous avons des statuts et règlements qui régissent le bon fonctionnement, Astou  Cissé est l’initiatrice, notre soutien à été capital »,

Sur la question de satisfaction de leur revendications, ils affirment que » la promo maligne de l’opérateur téléphonie,  Orange Mali ne peut pas influencer les populations , Orange Mali n’ a pas fait de réduction de tarif contrairement à ce que pensent les gens, il n’a fait que créer un palier »

Sur les points de revendication, ils affirment : « Chère Orange, sachez que le peuple malien est plus déterminé que tu ne le crois. Le peuple ne te demande pas des promotions de 200%, non. Nous voulons les réductions de nos dépenses téléphoniques pour pouvoir économiser. Coût d’appel à 60F ; SMS, 10f ; service client gratuit ; messagerie vocale gratuite,bBaisse des couts de forfait Orange money ».

Alassane Cissé

ENCADRES

Orange a le produit et nous la monnaie

Un membre du mouvement affirme : « Nous sommes le 3eme opérateur, nous sommes les consommateurs. Nous avons notre destin en mains nous sommes l’eau, Orange le poisson. Sans nous, elle meurt. Le 8 décembre, le boycott continue »..

A l’endroit, c’est un geste simple, éteignez vos puces orange le 8 décembre à partir de 00 h jusqu’au 10 décembre à 23h59, un sacrifice énorme de 72 h c’est votre seul arme donc rendez-vous « Nous avons une vision traduit en  plan d’action que nous comptons mettre en œuvre, a t-il martelé . Il affirme également : « Si après le Boycott du 7 et  8 Orange ne réagit pas, nous allons lance un boycott de 72 heures. S’il ne réagit toujours pas avant le 12,  le 13 on lance une semaine de boycott. Si pas de réponse avant le 21 ,  1 mois de boycott sera décrété. Après ce mois de boycott, la phase finale : On n’utilisera plus Orange jusqu’à ce qu’il revienne à de meilleurs sentiments. À Orange de voir, ils ont le produit et nous avons la monnaie. Chacun est libre d’agir à sa convenance. »  Les écarts des tarifs entre le Mali et les pays voisins sont inacceptables. A la question de la trêve observé par les autres membres, ils diront  « nous ne nous reconnaissons pas de ces gens là

L’ASCOMA ? Hum !!!

A la question de l’approche de l’association des consommateurs du Mali (ASCOMA) les uns et les autres affirment peut être l’ASCOMA et Orange Mali sont de connivence. Nous ne nous faisons pas absorber par l’ASCOMA, nous sommes proches des populations et défendons l’intérêt supérieur des populations.   Sur les points de revendication à l’opérateur de téléphonie, les membres du « Mouvement Méritocratie » exige la réduction du coût « exorbitant, la qualité de la connexion. Le Mouvement Méritocratie exige  l’augmentation du débit, la diminution des prix (appels et forfait internet), la suppression du répondeur payant, la réduction des frais Orange Money, le don d’un forfait de dédommagement à tous les abonnés au prorata de leur consommation moyenne mensuelle.

La colère des usagers

« On veut payer pour ce qu’on consomme et pas plus », réclament les boycotteurs qui ont passé toute la journée du 1er décembre sans utiliser les produits de Orange. Même les 150 à 200% de bonus offerts par l’opérateur dans le cadre de la célébration de son anniversaire, ne les ont pas fait fléchir. « Rien ne nous détournera de notre objectif, celui de dénoncer avec force les pratiques tarifaires d’Orange Mali, un boycotteur qui invite les autres abonnés à se joindre au mouvement.

Pour comprendre la colère de ces usagers, il fallait consulter un tableau des tarifs postés sur les réseaux sociaux quelques semaines avant le mouvement. Il est indiqué qu’au Sénégal 500 MO sont offerts à 2000 FCFA avec un haut débit. Au Mali, pour 500 MO, il faut débourser 4700 FCFA avec un débit qui laisse à désirer. Au Niger, 1 Giga fait 1000 FCFA pendant qu’au Mali le même Giga coûte 7.500 FCFA. Aussi les coûts de la communication téléphonique jugés trop onéreux. « Au Mali, l’appel coûte 108 FCFA/mn contre 60 FCFA/mn dans la sous-région. Le SMS coûte 25 FCFA tandis que les autres pays sont à 10 FCFA, 15 FCFA pour le SMS. Un des problèmes et pas des moindres est le répondeur payant. Au bout de quatre sonneries vous êtes automatiquement dirigés vers ce répondeur. Et aussi quand il y a un problème de réseau vous êtes automatiquement dirigés vers le répondeur. Ainsi l’opérateur coupe 2 ou 3 FCFA sur vos crédits. Imaginez 12 millions d’abonnés qui tombent en  moyenne deux à trois fois par jour sur le répondeur de leurs correspondants, ça fait combien de millions en une journée ?

Alassane Cissé

PARTAGER

1 commentaire

  1. Que la lutte continue ne baisse pas les bras jusqu'à la satisfaction totale de notre cause qui est l'interêt général de tout le monde à bon entendeur salut merci

Comments are closed.