Entraves à l’autoroute Bamako-Ségou : Les poteaux de l’EDM-SA et la Somagep-SA en cause

0
autoroute Bamako segou
La maquette autoroute Bamako segou

Si l’emprise de l’autoroute Bamako-Sénou aux environs de Yirimadio, occupée essentiellement par les poteaux électriques de l’Energie du Mali (EDM-SA) et les installations de la Société malienne de gestion de l’eau potable (Somagep-SA), était libérée, nul doute que la voie serait ouverte à la circulation en février 2015.

 

Prévue pour être ouverte à la circulation en février 2015, les travaux du chantier de la phase I de l’autoroute Bamako-Ségou avancent à la cadence normale, suite aux multiples descentes du ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement sur le terrain.

L’entreprise chinoise CRBC en charge de la construction de cette importante route nationale, est à pied d’œuvre pour être dans les délais. Le bureau chargé du contrôle du chantier assure que le délai sera tenu, à condition que l’emprise du chantier soit totalement libérée du côté de Yirimadio, notamment à partir de l’aile droite du carrefour de Waraba Tchatcho et ce jusqu’au niveau du poste de contrôle.

Les poteaux de l’EDM-SA ainsi que les installations de la Somagep-SA constituent un blocage dans l’avancée du chantier. Invitées à libérer l’emprise du chantier, ces deux sociétés chargées de l’électricité et de l’eau peinent à s’exécuter.

Qu’à cela ne tienne ! La CRBC, sous le contrôle du bureau d’études Cira, n’a pas attendu la réaction des sociétés concernées pour déclencher les travaux à Niamana aux environs d’ATT-bougou. Pour Issa Koné, du bureau d’études Cira, si l’emprise est libérée à temps, on gagnera du temps pour donner satisfaction à l’Etat du Mali.

Le responsable de Cira en charge du contrôle de cet important chantier de développement et de désenclavement a confié que suivant les instructions du ministre Mamadou Hachim Koumaré, les travaux se déroulent à un rythme normal. Et à M. Koné d’ajouter qu’à ce jour l’avancement global des travaux du chantier est de l’ordre de 87,10 % pour un délai consommé de 89,35 %. Ces pourcentages, dit-il, prennent en compte le délai supplémentaire de 3 mois accordé à l’entreprise.

Zhao Ahmed Amadou Bamba, chargé de mission/chargé de communication, a profité de l’occasion pour remercier au nom du ministre Koumaré, les populations de Fana, Markacoungo, Zantiguila, Kasséla, Baguinéda, Dialakorobougou et Niamana, de leur sagesse et de leur bonne compréhension.

“Le fait de libérer les emprises par la volonté de permettre le bon déroulement des travaux du projet démontre votre sens de civisme face aux intérêts communs. Donc, les remerciements vont à l’endroit des populations des villes et villages”, leur signifiera-t-il.

Aux occupants des magasins situés dans l’emprise du projet de Yirimadio jusqu’au poste de contrôle de Niamana, M. Bamba, a invité ses frères et sœurs, au nom du ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, à libérer l’emprise du projet de l’autoroute pour faciliter le travail de l’entreprise.

Parlant sous le contrôle de son ministre, il a répondu aux questions qui lui ont été posées, en donnant l’information que grâce au bon Dieu, la deuxième phase se fera et que le ministre Mamadou Hachim Koumaré est en train de mettre tout en œuvre pour transformer le rêve en réalité.

Le dossier serait bien avancé à propos de la phase II de l’autoroute Bamako-Ségou qui fait partie des priorités de S. E. Ibrahim Boubacar Kéita, président de la République, chef de l’Etat.

Z. B.

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER