OFFENSIVES DES FORCES DE SECURITE DANS LA CIRCULATION ROUTIERE : Une réponse aux directives du président de la République?

0

         Le  centre-ville et les artères principales qui le relient aux quartiers périphériques du District de Bamako, sont, ces deux jours, bien quadrillés par les agents chargés de la sécurité routière: ceux de la police, de la douane et de l’Office National des Transports (ONT). Cette grande offensive s’explique-t-elle par un travail de routine qui a lieu périodiquement? Ou est-ce une réaction au réquisitoire du président de la République à l’endroit de ceux qui sont chargés de veiller à ce que la circulation routière soit fluide et sécurisée?

            En tout cas, ces deux jours, ces agents manifestent une détermination à faire en sorte que la situation sécuritaire s’améliore dans le District de Bamako et environs. C’est pour cette raison que chaque jour, on observe une grande affluence d’agents sur la voie publique.

UNE ACTION DIVERSEMENT INTERPRETEE

            Cette initiative est diversement interprétée par les usagers des routes. En effet, pour certains, les agents ont enfin décidé de prendre le taureau par les cornes, afin de traduire dans les faits les préoccupations du président de la République qui, on se souvient, lors de la sortie récente d’une promotion de la police, est monté au créneau pour dénoncer principalement deux choses: l’incivisme des usagers et le laxisme des agents chargés de veiller à ce que les populations circulent dans les conditions de sécurité requises sur les voies publiques.

            Dans ce sens, ATT a fait allusion à l’anarchie des conducteurs d’engins à deux roues, mais aussi aux surcharges des véhicules de transport en commun, ainsi qu’à la délivrance désordonnée de permis de conduire. Toutes choses qui, selon lui, sont de nature à provoquer des accidents de la circulation routière. Si cette sortie des agents de la circulation routière s’inscrit effectivement dans ce sens et qu’elle sera pérenne, cela sera salutaire pour les usagers des routes qui ne savent plus à quel saint se vouer et cela voudrait dire que, dans les mois à venir, on pourrait espérer que les accidents de la circulation routière diminueront à la grande satisfaction de tous les citoyens.

UNE SITUATION CATASTROPHIQUE

            Mais, si ce n’était pas le cas, alors, il y a de quoi s’alarmer, étant donné que la situation actuelle de la circulation routière est catastrophique, en raison du fait que la courbe des accidents de la circulation ne fait que monter en flèche. Il faudra bien qu’on trouve une solution à cette question récurrente dans un bref délai et ce, dans l’intérêt de toute la population malienne.

            Espérons, en tout cas que les éléments des structures compétentes en la matière prennent conscience de la nécessité d’accomplir efficacement cette mission combien noble et exaltante. Mais, d’ores et déjà, de mauvaises langues font circuler la rumeur, selon, laquelle, la sortie des agents dans la circulation routière ces jours-ci ne serait pas un fait du hasard. Selon eux, c’est en raison de l’approche de la fête de ramadan qu’ils ont décidé de sortir, afin de rançonner les usagers de la circulation routière dans le District de Bamako. Cela serait alors, une manière pour eux de se renflouer plutôt les poches que les caisses de l’Etat afin de bien passer la fête.

LA SECURITE DES USAGERS DES ROUTES EST-ELLE NEGLIGEE?

            Si cela s’avérait, ce serait grave, parce qu’on continuerait à croire que la sécurité des usagers est négligée par les agents chargés de cette mission. En plus, on se demandera si les recommandations du président de la République ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Dans tous les cas, la lutte contre l’insécurité de la circulation routière ne pourra aboutir qu’avec le développement d’une synergie entre les services techniques et les plus hautes autorités du pays. Déjà, les efforts déployés par les agents de l’ONT à travers les actions d’information et de sensibilisation des usagers ont fait tâche d’huile par rapport à certains aspects. C’est pourquoi beaucoup de gens estiment qu’il est nécessaire de poursuivre cette expérience dans l’intérêt de tous les usagers de la circulation routière.

            Par ailleurs, il est nécessaire et urgent que les plus hautes autorités du pays poursuivent les efforts de dotation en matériels logistiques les forces armées et de sécurité. Car, ne dit-on pas que la sécurité n’a pas de prix?

Moussa SOW

Commentaires via Facebook :

PARTAGER