Tracasserie routière au poste de Hèrèmakono : AJCAD prend des agents de police la main dans le sac

1

La pandémie de coronavirus ainsi que la livraison de reçus pour le paiement des contraventions en circulation routière n’auraient pas permis à mettre fin aux tracasseries routières en République du Mali. L’Association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie (AJCAD) a saisi le directeur régional de la police de Sikasso sur une violation des règles établies par des agents du poste de contrôle de Hèrèmakono, à Sikasso.

« Le paiement, sans aucune forme de délivrance de quittance à souche du trésor public, de la somme de 20 000 FCFA par personne, pour celles qui étaient en règle, c’est-à-dire avaient leur pièce d’identité à jour. Le paiement, sans aucune forme de délivrance de quittance à souche du trésor public, de la somme de 20 000 à 30 000 FCFA par personne, pour celles qui n’étaient pas en règle (défaut de pièce d’identité). » Voilà décrit, par l’Association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie (AJCAD), le comportement des agents de police au poste de contrôle de Hérémakono, à la frontière entre le Mali et le Burkina précisément à 45 km de Sikasso.

Dans cette correspondance adressée au directeur régional de la police de Sikasso, le 30 juin 2020, la Coordination régionale de Sikasso de l’AJCAD Mali informe sur ces « comportements très peu orthodoxes et illégaux des agents de la police au poste de contrôle frontalier de Hèrèmakono ».

La Coordination régionale de Sikasso précise que le comportement observé constitue une violation flagrante non seulement des mesures de prévention contre la covid-19, mais aussi du Code de déontologie et de la législation en vigueur au Mali. En effet, selon AJCAD, « Des agents au poste de contrôle de Hèrèmakono ont escorté dans un tricycle (Katakatani), de la frontière du Burkina Faso au poste de Hèrèmakono, un nombre important d’étrangers en dépit de la fermeture des frontières décrétées par les autorités et en flagrante violation des règles sécuritaires et sanitaires ».

Les membres de l’AJCAD précisent que cette escorte a été faite moyennant le paiement d’une certaine somme par personne. Ils indiquent que ces genres de comportements sont fréquents dans ce poste frontalier.

  1. Togola

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Très bonne initiative des jeunes. C’est un combat noble. Je vous applaudis. Continuez, ne lâchez pas. Au même poste de Heremakono un policier a jeté par terre le billet de 1000f gagné à la sueur de mon front, au soleil, que je lui remis au lieu des 2000f qu’il réclamait. J’avais ma pièce à jour pourtant. C’est souvent la bagarre à ce poste. De l’autre côté au Burkina poste de koloko c’est 1000f qu’on paye. J’ai même constaté une qu’on a fait payer les voyageurs maliens seulement au poste de gendarmerie suivant parce que les voyageurs burkinabè s’étaient plaints de ce qu’ils ont payé au poste du Mali. C’est des injustices pareilles que les responsables de la CEDEAO doivent corriger aux frontières intérieures de la communauté. Quelle honte !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here