Transport ferroviaire : Le schéma de sortie de crise de Transrail-SA

1

En désaccord sur un schéma de sortie de crise de la société Transrail-SA, chargée de l’exploitation du chemin de fer Dakar-Bamako, les Etats du

Sénégal et du Mali, actionnaires à hauteur de 10 % chacun dans ladite société,   comptent   se   retrouver   bientôt   à   Bamako   pour   trouver   une solution définitive au problème.

“Conscients de l’urgence d’une solution rapide, nous avons dĂ©cidĂ©, mon collègue chargĂ© des Finances et moi-mĂŞme, de nous rendre Ă  Bamako avec des experts pour discuter avec nos homologues maliens des modalitĂ©s de sortie du groupe NAdvens   et   la   phase   transitoire,   avant   la   mise   en   place   des   rĂ©formes institutionnelles prĂ©vues”, a dĂ©clarĂ© samedi le ministre des Infrastructures, des

Transports   terrestres   et   du   Désenclavement,   lors   du   vote   du   budget   de   son département au parlement sénégalais.

Le schéma de sortie de crise

Abordant   le   schéma   de   sortie   de   crise   de   Transrail-SA,   le   ministre   Mansour Elimane Kane a indiqué que dans le cadre de la réforme envisagée, les Etats du Sénégal et du Mali vont créer deux sociétés d’exploitation commune et un organe unique de régulation, pour remplacer la société en charge de l’exploitation de la ligne ferroviaire Dakar-Bamako. Il reconnaît cependant l’échec de la concession intégrale faite à Transrail.

D’oĂą, selon lui, les consĂ©quences drastiques sur le transport et les infrastructures ferroviaires. “Sur  instructions   des   autoritĂ©s   sĂ©nĂ©galaises   et   maliennes,   il   sera bientĂ´t   mis   fin   à   la   concession   intĂ©grale.   Cette   dĂ©cision   est   irrĂ©vocable. L’actionnaire de rĂ©fĂ©rence avait donnĂ© son accord, avant de se dĂ©sister. C’est qui a poussĂ© les Etats Ă  chercher d’autres solutions”, a-t-il ajoutĂ©.

Avec L’Enquête

PARTAGER

1 commentaire

  1. La renovation complete de la ligne du Chemin de fer Dakar /Koulikoro et
    des locomotives est un probleme economique qui recouvre aussi une grande portee politique.Seule la Chine est capable de financer et d’effectuer ces investissements colossaux.Voila la problematique bien posee.Nous avons deja precise ici les procedures d’approche de ce projet:Le projet doit etre mis dans le pipeplane d;une Grande Societe Contractante de la Chine ,en occurrence “China Railways Engineering Corporation”qui a un revenu de plus de 86 milliards de dollars,Il fera l’objet de structuration en liaison avec les possibilities de remboursement lees aux ressources naturelles des pays et de leur valorisation en parterneuriat avec cet investisseur,de negociation donc,dans le cadre des projets d’infrstructures de grande dimension en Afrique au Sud Sahara et soumis aux institutions financieres du Gouvernement Chinois pour financement.Le fait que les deux pays possedent deja “des lignes de financement”,des enveloppes avec la Chine facilitera l’execution de ce projet prioritaire.

Comments are closed.