Edito : Révision constitutionnelle, démarche arbitraire et revancharde

3

La création par le Premier ministre du Comité d’Experts pour la réforme constitutionnelle et la nomination de ses membres le 14 janvier 2019 traduisent la volonté du pouvoir de faire cavalier seul dans le processus de révision constitutionnelle. Une démarche unilatérale et exclusive au moment où l’ONU recommande un dialogue inclusif au Mali. Point de consultation, encore moins de concertations des forces vives du pays. Bamako aura choisi de prendre sa revanche sur l’histoire récente du retrait forcé d’un projet de révision constitutionnelle. C’est que le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga est persuadé d’avoir réduit toutes les forces de résistances du genre de « touche pas ma constitution » ou de « antè abana », et que sa méthode répressive et de diviser pour régner est la seule qui vaille pour soumettre les plus irréductibles parmi les Maliens indociles qui oseraient lever le petit doit. En autorisant le Premier ministre à prendre les décrets de ses prérogatives présidentielles, IBK valide la méthode boubeyiste de mater les contestations politiques qui naitraient de cette ultime initiative de révision constitutionnelle. A tort, car si le Président IBK est tenu par le délai-ultimatum onusien de six mois après l’élection présidentielle – il n’aurait pas dû minimiser la portée de l’accord de Ouagadougou en 2013 qui disposait de la même teneur- la constitution vaut pour des objectifs politiques et des termes beaucoup plus importants, au-delà de la mise en œuvre de l’accord d’Alger. En effet, c’est indéniable que toute démarche unilatérale et exclusive de révision constitutionnelle, ce jour au Mali, serait arbitraire, égocentrique, revancharde et anarchisante. L’inclusion recommandée par les Nations-Unies permettrait, pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens, de reconnaitre à chaque fille et à chaque fils de ce pays, son importance tirée de ses valeurs intrinsèques, car tous en ont à bien des égards. Personne ne sera Léviathan par là, à chacun appartenant une portion de la souveraineté nationale – qui appartient au peuple- qu’on se le retienne pour dit.

B. Daou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Si nous sommes un peuple digne,si on pense réellement que« nous fûmes alors que d’autres n’étaient pas»,cette révision constitutionnelle ne peut avoir lieu que si :
    1-Tous les membres des groupes armés sont désarmés.
    2-L’armée et l’administration maliennes sont présentes sur tout le territoire national.
    Le couple IBK -SBM a fait le choix de la confiscation du pouvoir une priorité expliquant leurs attitudes actuelles très dommageables à L’UNITÉ NATIONALE.
    ON VEUT FAIRE PLAISIR À DES ALLIÉS DE CIRCONSTANCE AFIN DE RESTER AU POUVOIR.
    Qui pouvait imaginer cela de IBK quand en 1995 ALPHA OUMAR KONARE a décidé de ne pas répondre à l’invitation du président français Jacques Chirac de se déplacer à Dakar pour l’accueillir ,trop de maliens ont crû que c’est son premier ministre connu pour le respect de la dignité de L’HOMME MALIEN qui le lui en a conseillé en oubliant sciemment la conviction panafricaine du premier président de l’ ère démocratique.
    Il a fallu qu’ IBK soit au pouvoir pour que les maliens découvrent son vrai visage.
    N’EST PAS ALPHA OUMAR KONARE QUI VEUT?
    IBK EST,EN RÉALITÉ,UN ASSOIFFÉ DU POUVOIR.SANS CONVICTION RÉELLE.
    Il est prêt à tout pour le pouvoir.
    Sa collaboration avec les putschistes et les musulmans pour le conquérir,ensuite sa connexion avec les groupes armés pour le conserver.
    LA CONSERVATION CONTINUE CAR IL FAUT RESPECTER LE DEAL CONTRACTÉ AVEC LES GROUPES ARMÉS PENDANT LES DERNIÈRES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES EN PROCÉDANT À L’ APPLICATION EFFECTIVE DE L’ACCORD.
    Si le couple délinquant IBK -SBM échoue à faire passer la constitution,la France n’aura aucun mal à les DÉGAGER sachant pertinemment qu’ ils sont illégitimes.
    Le candidat IBK a passé la nuit à kidal alors que le président IBK n’y a jamais mis pied.
    Nous avons là un homme qui ne voulait pas négocier avec les mêmes personnes en 2013 tant qu’ ils sont armés..
    Le choix autoritaire de faire passer le projet de révision constitutionnelle s’explique par la volonté du couple IBK -SBM de faire plaisir aux séparatistes,s’ils ne veulent pas subir la colère du président MACRON.
    Si IBK ne veut pas montrer au reste du monde qu’ effectivement «NOUS FÛMES QUAND D’AUTRES N’ÉTAIENT PAS »ceux des maliens qui ont décidé de protéger le Mali doivent en faire leurs préoccupations.
    LA CONSTITUTION QUI EST EN PRÉPARATION NE DOIT EN AUCUN CAS PASSER.
    Elle symbolise l’humiliation que nous subissons depuis 2012.
    ELLE EST CERTAINEMENT LE DERNIER ACTE D’UN COMPLOT OURDI CONTRE LE MALI EN FRANCE À TRAVERS LE MNLA APPUYÉ PAR DES TRAITES AU SUD À PARTIR DE 2011.
    Si elle passe,le Mali ne sera plus celui qui nous a été légué par les pères fondateurs.
    La seule constitution qui compte est celle sortie d’une conférence nationale SOUVERAINE.
    IBRAHIM BOUBACAR KEITA n’est plus légitime à proposer une constitution aux maliens.
    Il n’a pas été élu par les maliens,mais maintenu pour satisfaire des intérêts personnels et géopolitiques.
    Que les maliens le lui fassent savoir.
    C’est une question de vie ou de mort.
    Qu’ on fasse découvrir à SBM qu’ aucune stratégie sécuritaire ne peut contenir la colère du peuple.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue .

    • SANGARÉ, TU VOIS TRES BIEN LA SITUATION PRÉSENTE.

      – IBK ET SBM VEULENT RÉALISER LES REVES GÉOPOLITIQUES COLONIAUX DE LA FRANCE.

      – NOUS NE DEVONS PAS LES LAISSER ORGANISER UN SIMULACRE DE RÉFERENDUM, CAR ILS VONT FALSIFIER LES RÉSULTATS: IL FAUT VITE TUER LEUR PLAN DIABOLIQUE DANS L’OEUF.

      – IBK ET SBM VONT NOUS DIRE QUE LA RÉVISION EST PASSÉE MEME SI AUCUN MALIEN NE VOTE, SI NOUS LES LAISSONS FIXER UNE DATE POUR CE SIMULACRE DE RÉFERENDUM.

      – CEUX DEUX HOMMES AVEC LEUR SUITE SONT DES CRIMINELS, ILS SAVENT BIEN QU’ ILS SONT ALLÉS TROP LOIN ET ONT FAIT LE CHOIX ENTRE DEUX OPTIONS POSSIBLES:

      —1– ARRETER LEUR TRAITISE QUI A COUTÉ LA VIE Á DES DIZAINES DE MILLIERS DE
      MALIENS ET S’ ATTIRER LES FOUDRES DE LA FRANCE AVEC UN FORT RISQUE DE
      “KADHAFFIsation” ET CONFISCATION DE TOUS LEURS BIENS VOLÉS AU PEUPLE.

      —2– PROVOQUER UNE RÉELLE GUERRE CIVILE AU MALI ET S’ ENFUIR TOUT EN LAISSANT LA
      GESTION DE CETTE NOUVELLE CRISE Á LEUR “CHERE-PATRIE-FRANCE”. EN CE MOMENT
      LE MALI CESSERA D’ EXISTER ET NOS PEUPLES CONNAITRONS LA CONQUETE
      COLONIALE VERSION 2.0 AVEC AVEC EN FACE DIRECTEMENT L’ ARMÉE FRANCAISE.

      CES DEUX CRIMINELS SONT COMME DES BRAQUEURS DE BANQUE: IL OSE RISQUER LEUR VIE POUR L’ ARGENT…

      IL FAUT LES STOPPER Á TEMPS…

      • ERRATUM:
        CES DEUX CRIMINELS SONT COMME DES BRAQUEURS DE BANQUE: ILS OSENT RISQUER LEUR VIE POUR L’ ARGENT…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here