Referendum : Entre dialogue…et division, ne jetons pas l’eau du bain avec le bébé !

6

Depuis mars 2012, la république du Mali, ce pays à la diversité culturelle exceptionnelle, traverse l’une des crises les plus spectaculaires de son existence. Qui l’aurait cru ? Mais, il en est ainsi aujourd’hui. Le bateau «Maliba » a tangué. A peine sauvé du naufrage, le pays se sort petit à petit, mais difficilement de sa crise, qui lui a été imposée, pour diverses raisons et par différents acteurs. A chaque tentative de progression vers la stabilité, tout est mis en œuvre pour freiner le mouvement. Que dire des agitations soulevées contre le processus d’accord d’Alger, suivi de la mise en œuvre de ses recommandations, notamment les autorités intérimaires, les DDR, le désarmement et la réinsertion des ex-combattants. Aujourd’hui, le processus de révision constitutionnelle défraie la chronique. Cette affaire, dont certains en ont  fait un fonds de commerce politique, ne devrait pas nous divertir. Le Mali est par excellence un pays de dialogue. Cette valeur est la condition siné qua non qui nous a toujours permis de relever les défis. Qu’est ce qui n’a pas marché ?  Le président a bien compris cela et d’ailleurs pour cela, il a décidé le report du référendum. Ceux-là qui exigent l’annulation pure et simple du projet de révision ou qui réclament le départ du Chef de l’Etat doivent savoir qu’   Entre dialogue…et division, il ne faut pas jeter l’eau du bain avec le bébé. L’instrument juridique, objet de débat, est le fruit d’un dialogue fécond de l’ensemble des forces vives en 1992. En vérité, dans le projet, il faut reconnaître quelques avancées significatives en des points, mais également  des régressions comparativement  à la constitution de 1992 Pourquoi, ne pas recourir cette fois-ci à ce principe pour  consolider notre jeune démocratie ? Retrouvons-nous autour de la table pour discuter sur les points qui semblent n’être pas bénéfiques pour la masse populaire.Notre salut réside dans cela. Personne d’autre ne viendra refaire ce Mali  à notre place. C’est par le biais du dialogue entre le peuple et les dirigeants qu’on construit un pays et non à couteaux tirés. Plus nous sommes désunis, plus l’ennemi gagne du terrain. Sachons raison  garder.
Traoré Henriette Samaké

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Maliennes et maliens, sachons raison garder comme le dirais l’autre. IBK doit sauver ce pays en ayant l’humilité de retirer ce projet qui divise les fils du pays. Raison ou pas, un bon chef doit éviter à son peuple un bain de sang et tenir compte de l’avis d’une franche importante de la société.
    Le MALI n’a pas besoin de souffrir encore d’avantage. De grâce maninga(KEITA) prend de la hauteur en bon musulman, retire ce projet.
    Aucun malien ne peut mettre en doute ton amour pour ce pays, à cause de Dieu retire ce projet, tu en sortira grandi.

  2. Merci MADAME de votre analyse.La Politique est un fonds de commerce pour certains de nos concitoyens, en mal d’audience alors que le Pays traverse une crise historique.
    Regardez, comme un seul HOMME, les OCCIDENTAUX luttent contre leur ennemi commun.
    Nous sommes toujours près à nous “ventre au plus offrant “au nom de la” démocratie”.
    Le président MODIBO KEITA et ses compagnons ont de la FRANCE ce vaste territoire sans un coup de FEU (dialogues ,diplomatie) Et voilà comment on le paie ;par des comportements irresponsables au moment ou le pays à besoin de nous .Les conditions historiques militent en faveur de la révision de notre loi fondamentale qui a d’ailleurs remplacé une.L’intolérance gagne de plus nos cœurs.Ce qui n’est pas une chose.
    Que Dieu bénisse le MALI

    • DAO tu viens de tuer le President Modibo Keita pour la deuxieme fois par ton discours combine lointain de ses ideaux, toi tu ne connais pas le President Modibo Keita du tout. Ensuite je demande a la journlaiste si elle fait veritablement une difference entre le bebe et l’eau de bain? Kalilou tu as raison.

  3. Madame on dit ne jettons pas le bebe avec l’eau du…A moins que votre objectif soit de conserver l’eau et jetter le bebe
    Dites au regime ” Famille dabord ” que nous on dit NON !!!! An te A bana

  4. Il faut que ce régime sache que le peuple malien a toujours été un peuple docile, à ce titre il faut le respecter, il ne demande qu’à ce faire respecter et c’est tout.
    De toutes les façons qu’on le veule ou pas IBK ira à cette révision constitutionnelle car avec son orgueil personnel mal placé et le comportement haineux de son entourage, il se trouve aveugler et totalement déconnecté de la réalité sur le terrain. Voyez comment Me TAPO se comporte face à DRAME, cela rappelle les interventions du Ministre de l’éducation Bacari TRAORE en mars 1991 et qui lui avait coûté la vie par la vindicte populaire du 24 mars 1991 sur la route de djicoroni, son corps avait été brulé sur le goudron à la rentrée de la rue 14 de medinacoura face à la pharmacie de l’hôpital ophtalmologique IOTA. Bacari avait exactement parlé comme ça en minimisant les actions du mouvement populaire démocratique de cette époque. Attention! Attention! Attention! Me TAPO cessez de regarder les autres maliens de façon haineuse et comme des pestiférés sinon le retour de la manivelle peut s’avérer impitoyable de leur part. Nous sommes dans l’œil du cyclone, seul Allah pourrait nous faire sortir de cette turbulence exacerbée par le comportement d’IBK et de son entourage.
    L’entourage d’IBK lui miroite une situation mirobolante si bien qu’il se trouve sur une autre planète différente de notre cher Mali, mais il l’apprendra à ses dépend et très prochainement.
    Il faut qu’IBK aide le peuple malien à l’aider dans sa tâche, il suffit de le respecter et c’est tout.

  5. Madame, ce bébé est un bébé démon, ce qui veut dire qu’il mérite d’être noyé et jeté avant l’eau de bain. 👹

    Après avoir tout donné aux criminels armés sans rien recevoir en contrepartie si ce n’est de l’humiliation sous toutes ses formes, IBK veut leur donner ce qui y a de plus sacré dans le pays (la loi fondamentale).

    Nous avons en face des gens qui continuent de tuer, de violer dans l’impunité la plus totale. Puisqu’ils sont hors-la-loi et ne veulent pas changer et respecter la loi, on nous dit que c’est la loi qui doit changer pour les respecter.

    Si c’est cela l’accord de paix, nous leur demandons de mettre leur accord, leur Kidal et leur paix dans le derrière, nous n’en voulons pas. C’est simple non ?

    Comme si cela ne suffisait pas, IBK qui devrait être condamné et fusillé pour haute trahison pense avoir assez fait pour ce pays au point d’être sacré monarque à vie.

Comments are closed.