Baccalauréat 2020 : des épreuves sous haute surveillance pour empêcher la fraude

0

Les épreuves du Baccalauréat malien, ont débuté ce lundi 19 octobre  au Mali. Pour cette session 2019-2020, ils sont plus de 139 000 candidats répartis entre 312 centres sur l’ensemble du territoire malien. À Bamako, l’examen se déroule plutôt dans le calme. Aucun cas des suspicions de fraude ou de fuites des sujets n’a été constaté dans les centres visités. Dans les régions du Nord et du Centre, les épreuves se déroulent normalement.

Au centre d’examen du lycée Kankou Moussa de Daoudabougou, composent des candidats en série Terminale sciences économiques(Tsco). Ici, les mesures sont strictes. Des sacs entassés à l’entrée de l’établissement et les forces de l’ordre veillent à l’entrée et la sortie des gens. Selon le chef de centre Ibrahim Maïga, 750 candidats ont été déployés dans ce centre. « Aucun candidat n’a le droit de sortir avec le sujet encore moins son brouillon avant la fin de l’épreuve », précise-t-il.

Même constat dans cet autre centre à Badalabougou. Il s’agit du lycée les Castors où des candidats de la série terminale sciences sociales(TSS) passent l’examen. Pour le chef du centre Abou Maïga, l’accès à l’établissement est interdit à toute personne étrangère n’ayant pas un mandat. Il rassure que « des dispositions sont déjà prises pour remplacer le sujet d’une épreuve une fois qu’un cas de fuite aurait été constaté »

En revanche au lycée Mamadou Sarr, sur la rive Gauche, certaines irrégularités ont été signalées par le responsable du centre. Ce centre accueille les élèves de la série Terminale Langue Littérature(TLL). Selon Moussa Guindo, responsable du centre, ces problèmes étaient liés à la vérification des pièces d’identité de certains candidats qui ont été résolus.
En raison de la covid 19, chaque salle de classe compte 25 éleves. Le port du masque est exigé dans les centres visités.

A la fin des épreuves de cette première journée, des candidats se disent confiants. Pour eux ces premières épreuves ont été abordables. Mais d’autres soutiennent qu’elles étaient difficiles. Toutefois, ils se disent optimistes quant à la suite de l’examen.

Dans le centre et le nord du pays ces épreuves de baccalauréat se déroulent sous haute surveillance. A Koro, on pouvait constater ce lundi une forte présence des surveillants mais aussi des forces de l’ordre. Alors qu’à Bankass et Youwarou, les épreuves se sont déroulées normalement. Ces localités situées dans la région de Mopti sont confrontées à l’insécurité. Pas d’incidents signalés dans le Nord du pays également confrontées à l’insécurité. Dans les régions de Gao et Tombouctou, cette première journée du baccalauréat s’est bien déroulée. A Ménaka où de nombreuses irrégularités sont signalées chaque année, les autorités scolaires assistent à une véritable huée des candidats libres (CL) vers la région. Ce qui fait craindre des cas de fraude.
Après la fuite des sujets qui a émaillé l’examen du diplôme d’études fondamentales DEF, le ministère de l’Éducation nationale dit veiller au grin. Selon le secrétaire général du département, « les mesures idoines ont été prises» pour prévenir toute fuite de sujet au baccalauréat.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here