Congrès extraordinaire du SYPESCO : Adama Fomba aux commandes

0

Le Syndicat des professeurs de l’enseignement secondaire des collectivités (SYPESCO) a tenu le mardi 22 décembre 2015, au Lycée Technique, son congrès extraordinaire pour mettre en place une nouvelle équipe dirigeante. C’était en présence du représentant du Haut conseil des collectivités, Birama Diabaté, du représentant de la Commission de l’éducation de l’Assemblée nationale, Bakary Woyo Doumbia, et des représentants de syndicats invités.

À l’ouverture des travaux, le président de la commission nationale de gestion de crise-Sypesco, Moulaye Koniba Coulibaly, a déclaré qu’une nouvelle date vient de marquer de toute son empreinte l’histoire du Sypesco, après celle du 22 février 2014, date de leur premier congrès. Rappelant le contexte de la création de leur syndicat, le président de la commission nationale de gestion de crise-Sypesco a laissé entendre que leur syndicat a été créé en 2010, à la suite d’une divergence au sein du Sypces, entraînant du coup une scission. Selon lui, ils ont décidé de prendre leur destin en main, car ils ont  été victimes d’une trahison.

À l’en croire, ce congrès extraordinaire fait suite à la suspension du mot d’ordre de non-évaluation à la date du 4 avril 2015, après un mois de grève révolu. «Cette décision impopulaire a plongé le Sypesco dans une crise sans précédent», a-t-il soutenu, précisant qu’à la demande de la majorité du bureau exécutif national, une cellule de crise a été mise en place.  Cette cellule, explique-t-il, a autorisé la suspension de l’ancien secrétaire général conformément  à l’article 25 du règlement intérieur du Sypesco. Et avec l’accord de la majorité.

Dans son intervention, le représentant du Haut conseil des collectivités, Birama Diabaté, a souligné que les travailleurs des collectivités territoriales en particulier les enseignants constituent le moteur du développement de notre pays. Quant au représentant de la Commission de l’éducation de l’Assemblée nationale, Bakary Woyo Doumbia, il a fait savoir que «si ça ne va pas à l’éducation, les autres segments du pays vont traîner». Selon lui, il faut travailler pour que l’école sorte de l’ornière. Il souhaite par ailleurs que les enseignants puissent revendiquer leurs droits tout en accomplissant aussi leurs devoirs.  Il a aussi demandé aux membres du Sypesco d’avoir peur des responsables qui prennent des pots-de-vin.

À l’issue des travaux, c’est Adama Fomba, professeur de lettres à l’IFM de Kati, qui a été élu, à l’unanimité, secrétaire général du Syndicat des professeurs de l’enseignement secondaire des collectivités (Sypesco). Pour trois ans. Il dirige un bureau de 51 membres.

Après avoir remercié les membres du syndicat qu’il est appelé à diriger désormais avec clairvoyance et honnêteté, Adama Fomba a placé son mandat sous le signe de l’unité, du changement au sein du Sypesco en particulier, et au sein de l’enseignement secondaire en général.

Fombus

PARTAGER