DEF, session 2021 : Dernier clou aujourd’hui sur le cercueil

0

Les examens qui ont démarré lundi prennent fin aujourd’hui mercredi. Cette année, ce sont au total de 229250 qui sont partis à l’assaut des épreuves dans les 1705 centres d’examens.

L’année scolaire tire à sa fin avec une série d’examens. Le bal ouvert la semaine dernière avec le brevet de technicien s’est poursuivi dès lundi avec le diplôme d’études fondamentales qui s’achève demain. Pendant trois jours, les candidats au nombre de 229.250 sont appelés à se frotter aux différentes épreuves, notamment la rédaction, la biologie, les mathématiques, pour espérer décrocher le diplôme qui donne droit à l’entrée dans les écoles secondaires.

L’effectivité du démarrage a été donnée lundi par le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga qui a visité l’école fondamentale de la Base B. « Nous souhaitons que vous réussissiez cet examen car vous êtes l’avenir du Mali », le ton est donné.

Sous haute sécurité

 Dans la capitale malienne, c’est sous haute sécurité policière que les candidats composent. Dans chaque centre de composition, des véhicules de la police sont stationnés. Cet examen, il faut le rappeler, se déroule dans un contexte où la Synergie des enseignants de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 a poursuivi son mot d’ordre de grève de douze jours, allant du lundi 09 au jeudi 12 août, du lundi 16 au mercredi 18 août et du lundi 23 au vendredi 27 août 2021 après l’échec des négociations entamées.

La synergie court derrière l’application « immédiate » de l’article 39 de la loi portant statut particulier du personnel enseignant qui dispose : « toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du Statut général s’applique de plein droit au personnel enseignant de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Éducation préscolaire et spéciale».

L’ordonnance du président de la transition en date du 16 juillet dernier qui fixe la grille indiciaire unifiée des personnes relevant des statuts des fonctionnaires de l’État, des Collectivités territoriales, des statuts autonomes et des militaires «abroge toutes dispositions antérieures contraires».

La revendication de la coalition des sept syndicats d’enseignants n’a pas bénéficié d’écho favorable de la part du gouvernement.

Fani

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here