Examens de fin d’année : Quand les enseignants grévistes outrepassent leur liberté syndicale

6

Au Mali, les examens de fin d’année démarrent, ce lundi 9 août 2021. Le gouvernement a mis en place les dispositions nécessaires pour le bon déroulement des épreuves. Les syndicats de l’éducation veulent s’y opposer. La guerre semble déclarée.
« Quand on ouvre une école, on évite, vingt ans plus tard, d’ouvrir une prison », indique-t-on. À l’antipode de ce passage formidablement attribué à l’écrivain français Victor Hugo, on pourrait souligner que lorsque nous fermons une école, on ouvre une prison quelques années plus tard.
L’instruction est donc un passage obligé, pour la formation de citoyens modèles. C’est une véritable voie de démarcation entre l’homme et les bêtes, qui n’ont nullement besoin d’éducation ou d’instruction pour vivre.
Le gouvernement déterminé
Après le déroulement, presque normal, de l’année scolaire 2020-2021, la synergie syndicale de l’éducation au Mali tente d’empêcher les enfants de la République de participer aux examens de fin d’année. Ces syndicats de l’éducation appellent à une « désobéissance civile », à travers la « mobilisation générale et totale de toutes les enseignantes et de tous les enseignants pour la fermeture jusqu’à nouvel ordre de toutes les structures de l’éducation à compter de ce lundi 9 août 2021 », alors que les épreuves du Brevet de Technicien (BT), niveau 1 et 2, démarrent le même jour.
Cette nouvelle démarche des enseignants semble être une déclaration de guerre aux autorités de la transition, qui tentent, tant bien que mal, de sauver cette année scolaire, pour une rentrée normale en 2021-2022. C’est pourquoi elles se sont orientées, après l’échec des négociations, vers les enseignants des établissements d’enseignement privés pour le déroulement de ces examens. D’ailleurs, dimanche 8 août 2021, le ministère de l’Éducation nationale, à travers un communiqué, a réaffirmé cette volonté du gouvernement de démarrer les épreuves du BT 1 et 2, ce lundi.
Se ressaisir devient un devoir
« La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres », dit-on généralement. Si la grève est un droit, empêcher les autres de travailler l’est-il ? En tout cas, l’issue d’une éventuelle guerre entre le caillou et l’œuf est vite prédite. Quand l’on détient l’appareil d’Etat, l’on dispose de tous les moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs.
Le plus aberrant dans cette démarche des syndicats de l’éducation est que parmi les signataires de leur circulaire du samedi dernier figure un membre du Conseil national de transition (CNT). Celui-ci aurait sûrement oublié qu’en Afrique, on se tait lorsqu’on mange. On ne peut pas cracher dans le plat que l’on mange.
Dans cette situation, ce qu’il faut rappeler, c’est que pour la stabilisation du front social, le président de la Transition, Col. Assimi Goïta a signé une Ordonnance fixant « [la] grille indiciaire unifiée des personnels relevant des statuts des fonctionnaires de l’État, des collectivités territoriales, des statuts autonomes et des militaires ». La goutte d’eau qui a débordé la vase.
Cette Ordonnance qui « abroge toutes dispositions antérieures contraires », en son article 4, est vite devenue la croix et la bannière entre les autorités de la transition et les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, attachés à leur statut, comme à la prunelle de leurs yeux. En tout cas, les enseignants feraient mieux de se ressaisir.
La rédaction
Source : https://saheltribune.com

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. L’Etat doit prendre toutes ses responsabilités et le “Mali koura” est en marche et les enseignants veulent l’arrêter. La loi est claire. Qu’ils reviennent à de meilleurs sentiments pour le bonheur de tout un Peuple. Trop c’est trop!.

  2. Au lieu de supprimer la subvention aux écoles publiques qui forment des enfants pour l’avenir du pays, il faut annuler la subvention aux parties politiques qui n’apportent rien ai pays sauf créer des conditions de coups d’État retardant le développement de la Nation

  3. Un membre du CNT en désobéissance civile ? Cela traduit irresponsabilité de certains signataires de 15 octobre et leur inconscience professionnelle. Courir derrière argent.

  4. Par respect pour l’amitie’ qui existait entre AL MARHOUM tonton LIEUTENANT-COLONEL B. COulibaly et tonton General S. Sidibe’ dit Bebel, vous me permettrez d’appeler Dedeou Ousman…. tantie!
    Tantie, j’ai une tres bonne idee du departement de l’ Education que vous dirigez. Les problemes qui existent au niveau de ce secteur sont nombreux. Nous savons que plusieurs ecoles maliennes n’enseignent plus. Letat physique de la majorite’ des ecoles est mauvais et plusieurs membres du corps enseignant n’ont pas le niveau necessaire pour enseigner. Les meilleurs enseignants travaillent dans les ecoles prive’es tout en continuant a’ etre des salarie’s de la Fonction Publique.
    L’etat etant une continuite’, il faut respecter le contrat qui a ete’ signe’ en appliquant l’Article 39. Vous pouvez trouver l’argent necessaire pour l’application dudit contrat au niveau de votre budget en prennant les mesures suivantes:
    1- LES ECOLES PRIVE’ES NE DOIVENT PLUS RECEVOIR DE FINANCEMENT DU DEPARTEMENT DE L’EDUCATION. LES ELEVES QUI SONT DANS CES ECOLES, VIENNENT DES FAMILLES AISE’ES. LES FRAIS QUE LES PARENTS PAIENT POUR L’EDUCATION DE LEURS ENFANTS DOIVENT COUVRIR TOUS LES BESOINS DE CES ECOLES PRIVE’ES.
    2- PROCEDEZ A’ UN RECENSEMENT DU PERSONNEL DE L’EDUCATION. CELA VOUS PERMETTRA DE SAUVER L’ARGENT UTILISE’ POUR PAYER LES ENSEIGNANTS FIFCTIFS DE VOTRE DEPARTEMENT.
    3- COMPAREZ LES LISTES DU CORPS ENSEIGNANT AU NIVEAU DES ECOLES PRIVE’ES A’ CELLES DES ENSEIGNANTS DES ECOLES PUBLIQUES. TOUS LES ENSEIGNANTS QUI TRAVAILLENT DANS LE SECTEUR PRIVE’ MAIS QUI CONTINUENT A’ PERCEVOIR LEURS SALAIRES DANS DES ECOLES PUBLIQUES, DOIVENT ETRE RADIE’S ET MEME ARRETE’S POUR AVOIR COMMIS UNE FRAUDE! Vous sauverez ainsi plusieurs milliards de FCFA TOUT EN ELIMINANT LA FRAUDE DE VOTRE DEPARTEMENT!
    L’ARTICLE 39 PEUT TRES BIEN ETRE APPLIQUE’ ET L’ARGENT EXISTE DEJA POUR SON APPLICATION!
    NB.
    Tonton General S. Sidibe’, vos trois epouses que je suis entrain d’eduquer, sont beaucoup plus belles que les vieilles epouses que vous avez a’ Bamako (Dedeou, Djeneba Ballo et Oumou Traore’!) LOL!!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here