Front Scolaire : Des élèves anticipent les congés

0

              Conformément à l’arrêté ministériel, c’est aujourd’hui en principe que les congés de Noël débutent pour prendre fin le 7 janvier mais, comme à leurs habitudes, certains établissements scolaires du District de Bamako, par la volonté des élèves, ont anticipé les congés. N’est-il pas temps d’arrêter avec ces pratiques qui ne font que dégrader l’image de notre système éducatif?

                Depuis quelques années, l’école malienne se caractérise par une certaine stabilité, ce qui est à l’actif des autorités, notamment le président de la République. Rappelons que depuis son élection à la Magistrature Suprême, le président de la République a fait de la quiétude à l’école son cheval de bataille. Sa lettre de cadrage réserve une place importante à l’éducation.

L’URGENCE DE CONSOLIDER LES ACQUIS

                Le ministre de l’Education Nationale, le Pr. Mamadou Lamine Traoré, depuis son arrivée à la tête du département, s’est impliqué pour que l’école retrouve ses lettres de noblesse. C’est ce qui explique en partie cette accalmie et qui a conduit à la signature de la convention pour une école apaisée et performante. Tous les partenaires de l’école (gouvernement, AEEM, parents d’élèves) ont apposé leur signature. Ce document important signé au Palais de Koulouba exprime la volonté de toutes les parties prenantes de sortir l’école de la crise qui l’a secouée pendant plusieurs années. Il y a donc nécessité de converger les efforts pour faire aboutir cette ambition.

                Il faut rappeler que de nos jours, des infrastructures importantes ont été mises en place, entre autres (construction des écoles, des salles de classes, équipement des locaux, fournitures scolaires).

                Alors que le régime ADEMA n’est jamais parvenu à maintenir la quiétude, on se rappelle encore des années folles (1993-94-96-97 où les cours ont été fortement bouleversés. Ce qui a conduit en 1994 à la fermeture des classes au niveau du supérieur et du scondaire. L’année blanche a été décrétée par Ibrahim Boubacar Kéïta, Premier ministre à l’époque des faits.

                De nos jours, si on assiste à une accalmie au sein de nos établissements, il faut préciser que cependant, la prudence doit être de mise. Car, avec l’AEEM, sait-on jamais? En tout cas, depuis quelques jours, on assiste à des débraillages dans certains établissements secondaires, notamment dans la zone ACI sise à Hamdallaye. Des élèves ont anticipé les congés de Noël, toute chose qui doit être bannie dans nos établissements.

Mamadi TOUNKARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER