Le déchiffrement d’alphabet Kélényaka : Pour la promotion de l’écriture nationale !

0

Le club des amis des langues nationales du Mali a organisé jeudi dernier un exposé sur le déchiffrement des 24 nouvelles lettres d’alphabet, dénommée  ‘’Alphabet Kélényaka’’.

C’était   dans  une salle de formation de  l’Académie Malienne des Langues   (AMALAN), en présence de M.  Monsson  Bagayoko dit  Yaya, l’initiateur du projet. 

Dans sa présentation, M. Monson Bagayoko dit Yaya a expliqué qu’il s’agissait à travers  cet exposé de promouvoir des lettres purement africaines en vue  de permettre à la population Malienne de pouvoir lire et écrire avec notre  propre alphabet.

« Ces 24 lettres ne contiennent aucune écriture empruntée. Elles sont 100% Maliennes », précise-t-il.

Selon lui,  ces alphabets sont le fruit d’une réflexion de 4 ans pour assurer l’indépendance linguistique du Mali et de manière générale celle de l’Afrique toute entière. Le projet a démarré en 2013 pour finir en 2016.

En effet, aux dires de l’initiateur du projet, dans le mot Kélényaka on entend ‘’Kélénya’’ qui signifie ‘’union’’ et ‘’Ka’’ veut dire habitant. Donc le mot ‘’Kélényaka’’  signifie tout simplement ‘’le pays des peuples unis’’.

Aussi, explique-t-il, l’alphabet KélényaKa’’ est neutre, c’est-à-dire, il n’a ni majuscule, ni minuscule. « La syllabe est la réunion de consomme et de voyelle », signale M. Bakayogo selon qui, ces alphabets peuvent amener l’évolution dans notre pays.

Enfin, après avoir indiqué que plusieurs jeunes dans le district de Bamako ainsi que dans certaines régions ont déjà bénéficié des cours de ces 24 lettres, l’initiateur du projet a estimé que son invention est une chance pour notre pays d’étudier enfin avec notre propre invention.

Parce que, déplore-t-il, du temps colonial jusqu’à ce jour,  les africains soufrent dans les domaines éducatifs, car nous étudions dans une langue étrangère. « Il est temps que nous mettons en valeur notre propre langue nationale », conclura M. Bagayoko.

Hinda Traoré

(Stagiaire)

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here