Communales 2016 : IBK dans une campagne de trop ?

0

Le PARENA est remonté contre ce que certains appellent «la campagne déguisée du président de la République en faveur des listes du RPM ». C’est l’avis du secrétaire général du PARENA, Djiguiba Keïta dit PPR, pour qui il n’est pas interdit à IBK d’aider son parti, mais la sagesse lui recommande d’éviter de profiter des moyens de l’Etat dans le contexte de la campagne électorale en cours.

Premier reproche: le dimanche 13 novembre, le président de la République qui est rarement visible sur le terrain, dans le pays profond, était dans la commune rurale de Kolondiéba. Il y était pour lancer les travaux de bitumage de la route Zantiébougou-Kolondiéba. Pire, le jeudi 17 novembre, à 24 heures de la clôture de la campagne, IBK devrait être à Kayes pour poser la première pierre du 2e pont sur le fleuve Sénégal.

Selon le secrétaire général du PARENA, d’importants moyens financiers et logistiques de l’Etat ont été mobilisés pour des visites qui n’ont que l’apparence de voyages d’Etat. «En violation de son statut, le président de la République de tous les Maliens interfère dans la campagne communale en utilisant les maigres moyens de l’Etat pour un soutien déguisé aux listes du RPM », a déploré PPR le 15 novembre.

Pour le PARENA, un chef d’Etat qui se met au-dessus de la mêlée aurait reporté ces poses de première pierre au lendemain des communales. PPR est persuadé que le président de la République veut influencer le choix des maires. « Il veut aider le RPM à mettre la main sur toutes les mairies du pays…avec les maigres moyens de l’Etat », a poursuivi PPR.

S’agissant des moyens de l’Etat, les responsables du PARENA ont dévoilé que les crédits alloués à la présidence de la  République, dans le cadre du budget d’Etat 2016 (près de 20 milliards de CFA), sont épuisés depuis septembre. «Pour assurer le fonctionnement régulier de la première institution du Mali, la Directrice financière de la présidence est obligée de recourir à des avances du Trésor ou des prêts consentis par des opérateurs économiques. Ces avances et ces prêts seront apurés à l’ouverture des crédits 2017», a révélé le secrétaire général du PARENA.

Toujours au chapitre de la manipulation politique, le PARENA estime que le marché des spécimens et des bulletins de vote a été attribué à onze imprimeries différentes. L’attribution de ce marché a été coordonnée par un cadre qui est aujourd’hui membre du bureau politique national du RPM. Problème : la traçabilité du bulletin unique est sujette à caution.

En effet, le bulletin unique réalisé dans onze imprimeries différentes n’est pas à l’abri de duplication, donc de manipulation partisane. D’ailleurs, depuis le 14 novembre, les responsables du PARENA sont informés de la circulation de bulletins pré-votés. C’est en prélude d’un «vote frauduleux pré-arrangé », a estimé PPR.

En clair, le parti du bélier blanc indique que tout est fait pour offrir les mairies du Mali au parti présidentiel. Le fond d’insécurité grandissante et l’absence de l’Etat dans de nombreuses circonscriptions complètent la liste des anomalies du scrutin du 20 novembre prochain.

Soumaila T. Diarra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER