Organe unique de gestion des élections : La Synergie 22 plaide pour la publication d’un chronogramme clair, précis et réaliste

0

Cette plateforme des Organisations de la société civile (OSC) dit avoir pris acte de la création et l’opérationnalisation de l’Organe unique de gestion des élections (OGE)

Fidèle à une tradition instituée, il y a quelques mois de cela, la Synergie 22 a rencontré ce jour 28 juin 2021, à la Maison de la presse les hommes des médias. L’objectif visé par la tenue de  cette énième conférence de presse, était d’informer ces derniers sur la situation évolutive, par rapport à l’organisation des élections, qui doivent mettre fin  à cette période transitoire en cours.

Comme à l’accoutumée, la conférence de presse était animée par le président de cette plateforme, Dr Ibrahima Sangho, assisté de quelques membres de ladite synergie.

Dr Sangho dans ses propos luminaires, a d’abord fait un rappel historique des organes crées, en faveur de l’organisation des élections en République du Mali. Notre pays, a t-il expliqué, a eu à expérimenter plusieurs types d’administrations électorales, à savoir : l’Organe unique de gestion des élections, de 1992 à 1996, à travers le ministère de l’Administration du territoire ; l’Organe unique de gestion des élections, de 1997 à 1998, avec la CENI  et les Organes de gestion et de supervision, de 1999 à nos jours, avec le ministère de l’Administration du territoire, comme organisateur principal ; la Délégation générale aux élections avec comme missions l’élaboration et la gestion du fichier électoral et le financement public des partis politiques et la CENI comme organe de suivi et de supervision de l’ensemble du processus électoral.

Le conférencier du jour, a ensuite partagé avec l’auditoire les différentes recommandations auxquelles la synergie tient beaucoup. Pour une transition apaisée et inclusive, elle a recommandé : qu’un chronogramme clair, précis et réaliste, soit publié pour définir la période des réformes et celle des élections nécessaires de fin de transition ; que la Société civile, les partis politiques et les autorités de la transition développent et mettent en œuvre une stratégie d’éducation civique et électorale afin d’informer et de sensibiliser les citoyens et citoyennes sur les réformes à entreprendre et les élections de fin de transition etc.

S’agissant des  élections crédibles inspirant une confiance à toutes les parties prenantes : la Synergie 22 demande : d’intégrer la publication en ligne des résultats des scrutins par centres et bureaux de vote, au fur et à mesure de la proclamation des résultats ; de revoir à la hausse le nombre actuel de 147 députés déterminés suivant le recensement administratif de 1996, en prenant en compte les chiffres du dernier recensement de la population ; de changer le mode de scrutin actuel pour l’élection des députés à l’Assemblée nationale (majoritaire uninominal ou plurinominal à deux tours) etc.

Quant à une meilleure gouvernance après la transition, cette  plateforme des OSC conseille : de revoir les modalités de désignation des membres de la Cour constitutionnelle ; de relire les attributions de celle-ci ; de supprimer la simple participation  de (15%) aux élections dans les critères de l’aide publique aux partis politiques et de mettre les verrous pour l’appréciation des coups d’État ou putschs, afin d’éviter les  problèmes de qualification et d’empêcher toute amnistie aux putschistes.

 

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here