COP21 : IBK ne devrait pas y participer

1
Notre pays a l’honneur au COP21 : Le Mali désigné porte-parole des pays africains

Dans les jours à venir, le sommet mondial sur le climat se tiendra à Paris. Notre président IBK, auto-désigné professeur de latin-grec y participera. Comme d’habitude, il tiendra un discours pour tenter de faire croire qu’il est immensément cultivé. Il doit faire attention, car il y aura normalement les présences de l’ancien professeur à Sciences Po Paris et à H.E.C Paris, François Hollande, et de l’ancien professeur de droit constitutionnel à Harvard, Barack Obama.

 

Devant pareilles sommités du savoir et de la puissance, nous demandons humblement à notre président IBK, titulaire d’un DEA 14 ans après son baccalauréat, d’être humble. Nous ne voulons plus être couverts du ridicule des applaudissements ironiques et narcissiques.

 

IBK, un pâle environnementaliste

 

IBK a été conseiller technique au Fonds européen de développement. Il a dirigé l’O.N.G Terre des Hommes pour le Mali, le Burkina-Faso et le Niger. Il devait à ce titre s’occuper de la nature en général et du fleuve Niger en particulier au Niger et au Mali. Qu’a-t-il accompli de visible et qui soit resté dans ce cadre ? Rien, absolument rien. Par la suite, IBK fut Premier ministre pendant 6 ans et 10 jours, une éternité dans la vie politique malienne. À part dénoncer, constater, se lamenter, qu’a-t-il accompli pour protéger le lit du fleuve Niger ? Absolument rien.

 

Qu’a-t-il accompli pour que les eaux usagées de produits chimiques ne soient directement déversées dans nos fleuves ? Rien, absolument rien. Qu’a-t-il fait pour éviter l’emploi du cyanure, de l’arsenic, du mercure dans certaines de nos exploitations minières ? Rien, absolument rien. Qu’a-t-il accompli dans l’affaire des engrais frelatés ? Rien, résolument rien. Qu’a-t-il accompli sérieusement pour contrer l’avancée de la désertification ? Rien.

 

En tant que président de l’Assemblée nationale, quel partenariat a-t-il cherché à nouer pour le bien de notre nature ? Rien. Ramener un vieux faux jeton symbole du déficit de patriotisme  soi-disant planter un million d’arbres, c’est faire naître mort-né un ambitieux projet pour le Mali. Un projet dans la vie peut être bon, mais s’il est porté par une mauvaise personne, il perd tout son sens. Qu’on rende d’abord au Mali ce qu’on a volé aux Maliens.

 

Il est temps pour IBK et pour sa cour de comprendre que l’eau, c’est la vie. Donc, de bien veiller à préserver le lit du fleuve Niger à le protéger de tous les déchets industriels qui y sont balancés impunément. Matin, midi et soir. Notre inculte ministre Dramane Dembélé, voulant justifier l’occupation du lit du fleuve Niger, compare Bamako à la ville italienne de Venise. Quelle honte ! Comment peut-on comparer le jour et la nuit ? Les ennemis de la patrie ont l’esprit maléfique pour expliquer leur crime, leur incompétence. Le Mali, son avenir, n’est pas leur affaire. En plus de leur inculture, ils sont d’un déficit chronique de patriotisme. Après avoir été des réfugiés politiques et économiques, serons-nous demain des réfugiés climatiques ? Tout nous achemine vers là. Nos terres agricoles sont spéculées de façon dramatique. Demain, ça sera encore la faute encore aux autres. Où sont nos intellectuels ? Où est Aminata Dramane Traoré ?

 

Prenons garde encore une fois

 

Alpha Oumar Konaré a sa maison parisienne. Ce n’est pas innocent. IBK a  peur de déclarer publiquement ses biens. Des anciens et actuels ministres en exercice ont installé leur famille en France et au Canada. Le désamour pour la patrie prend de l’ampleur jour après jour. On n’installe pas sa famille à la légère ailleurs. Le ministre Mamadou Igor Diarra n’a pas installé sa femme Nana Keita, et leurs enfants innocemment au Canada. Vous croyez un instant que ces gens aiment le Mali ? Ministre au Mali et famille ailleurs.

 

Unissons nos forces pour que toutes les réintégrations qui se feront dans le cadre de l’accord de paix le soient dans le domaine des eaux et forêts. Nous avons besoin des hommes et des femmes pour contrer l’avancée du désert. Évitons encore une fois des réintégrations à la douane, aux impôts. Ce n’est pas servir le Mali. C’est se servir. C’est le mauvais exemple. Le désert nous menace, alors faisons face.

 

IBK, il ne sert à rien de venir encore pleurer. Pour une fois, soyez utile à notre commun Mali. À paris, la redoutée, tout se sait et tout sera tout. Par Allah.

Boubacar SOW

boubacarsow@hotmail.fr

 

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.