Menace sur les forêts classées : La fermeté des autorités s’impose

0

La conservation et la gestion des ressources naturelles et de l’environnement est inscrite dans la Constitution du Mali, notamment dans son article 15 qui dispose que:
"Toute personne a droit à un environnement sain. La protection, la défense de l’environnement et la promotion de la qualité de la vie est un devoir pour tous et pour l’Etat".

La politique nationale de protection de l’environnement s’appuie sur ce principe, ainsi que sur le processus de décentralisation qui permettra de mieux impliquer et responsabiliser les acteurs à la base.

Malgré cette politique nationale de protection de l’environnement et l’existence de nombreuses structures de protections, aussi des législations en la matière, notre environnement en général, et les forêts en particuliers, se portent mal et même très mal.

Ainsi, on constate en de nombreux endroits une rupture de l’équilibre entre les utilisations pour la satisfaction des besoins des hommes et des animaux et la conservation des ressources de l’environnement

En effet, depuis un certains temps, des actions de déforestation se multiplient. La pression la plus visible et la plus inquiétante est celle provoquée par les populations riveraines et certaines grandes personnalités qui s’adonnent à l’exploitation illégale ou s’installent illégalement dans les forêts qui sont pourtant classées. Par exemple, dans la forêt classée de Tienfala, on y remarque de nombreuses concessions rurales appartenant à des personnalités.

Dans celle de Lougani dans la région de Sikasso, on constate également une forte pression sur les ressources forestières (braconnage, déforestation, pâturage). La forte migration vers cette région à cause de l’orpaillage accentue le fléau.

Toutes ces pressions, faut-il le souligner, portent atteinte à la fois au couvert végétal, à la diversité floristique et aux espèces animales les plus protégées.

Il faut aussi ajouter que de plus en plus et par cupidité, des opérateurs économiques se lancent dans le secteur, faisant parfois fi de la législation, en matière de coupe de bois, malgré l’existence d’un plan d’aménagement.

Conscient de cette situation alarmante, le ministère de l’environnement et de l’assainissement, en collaboration avec la direction des Eaux et Forêts est bien décidé à mettre fin aux occupations illicites des forêts classées. C’est pourquoi des visites de terrain ont été entreprises ces derniers temps sur toute l’étendue du territoire. Sauf un manque de volonté, si non nous pouvons affirmer sans risque de se tromper que tous les moyens, en tout cas législatifs, sont réunis en faveur du département en charge de l’environnement pour éradiquer l’agression des forêts classées. Dans tous les cas, les forêts classées par définition sont des domaines privés de l’Etat qui ne peuvent faire l’objet d’occupation, encore moins de coupe de bois et de cultures.

Néanmoins les populations riveraines sont  habilitées à y prélever, pour leurs besoins, du bois mort.
En somme, il faudra plus de fermeté de la part des autorités pour déguerpir les occupants illicites des forêts classées.
  Moussa E Touré, juriste de l’environnement et de la santé, tél : 76383729, E-mail : [email protected]

Commentaires via Facebook :