Cour d’Appel de Bamako ! Dominique Da et Tsogni Francis Ellie condammnés à 7 ans pour vol qualifié

    0

    000FCFA volés et au paiement de 2 000 000 de FCFA à titre de dommages et intérêts.

    Dominique Da, né en 1987 au Burkina Faso et domicilié à Magnambougou et Tsogni Francis Ellie, né en 1980 à Douala, Cameroun, étaient accusés de vol qualifié au préjudice de Boubacar Karamoko Traoré, pour la somme de 7 911 000 FCFA.

    Courant 2010, une dame se déclarant Togolaise trouvait Boubacar Karamoko aux Halles de Bamako et changeait 200 euros auprès de lui. Le lendemain matin, elle revenait et déclarait à ce dernier que son mari handicapé était à l’Hôtel et qu’il disposait d’une importante somme d’argent  à  changer.

    Convaincu de la sincérité de la dame, Traoré rassembla 7 911 000 FCFA et la suivit à l’Hôtel Noble. Arrivé dans la chambre, Boubacar s’est vu attrapé et ligoté des pieds à la tète avant d’etre frappé et enfermé à clé. Sauvé par des passants qui ont alerté la policie, Boubacar porta plainte.

    Les investigations aboutirent à l’arrestation de Dominique Da, puis à celle de Tsogni, qui a reconnu avoir fait le guet pour confirmer que Boubacar Karamoko arrivait seul, avant de rejoindre le groupe.

    Il est ressorti de leurs déclarations que chacun d’entre eux avait reçu une certaine somme : 100 000 FCFA pour Dominique et 1 million pour Tsogni. A la barre, Dominique Da n’a pas reconnu les faits, en sa qualité de gérant de l’Hôtel Noble et affirmera avoir reçu 100 000 FCFA d’un certain Wemba.

    L’avocat de la partie civile, Me Bréhima Coulibaly, dira que les deux accusés savaient à l’avance ce qui devait se passer. Le coup avait été d’abord préparé à l’hotel Mirabeau. Fatou, la soi-disant Togolaise, qui connaissait Dominique, l’a associé à cette affaire, a-t-il expliqué.

    Pour le ministère public, représenté par Hamet Sam, Dominique avait ouvert le lieu aux malfrats et Tsogni était bel et bien dans le coup. L’avocat de Dominique, Me Boubacar Makalou, a plaidé que les vrais auteurs n’étaient pas présents à l’audience, s’étant enfuis vers l’Algérie.

    Il a donc demandé à la Cour de faire tout pour pouvoir arrêter les vrais auteurs et, les accusés ayant déjà passé 4 ans en prison, il l’a suppliée de leur accorder le bénéfice des circonstances atténuantes.

    Quant à l’avocat de Tsogni Francis, Me Boubacar Mallé, il n’a pas remis en cause la culpabilité de son client, mais que la Cour sache que, malgré la participation de Francis à la commission de l’infraction, les auteurs de ce crime n’avaient pas l’intention de donner la mort à leur victime, mais seulement voulu lui dérober son argent.

    Le Ministère public a estimé que les faits étaient très graves et a demandé l’application de la Loi, conformément à la nature de l’infraction. Malgré la pugnacité des avocats de la défense, la Cour a condamné les deux acusés à 7 ans de prison ferme, au remboursement de la somme dérobée et au paiement de 2 millions de FCFA à titre de dommages et intérêts.

    Adama Bamba

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER