Fais divers : Aussitôt marié aussitôt divorcé : Le marié était un SDF qui s’est fait passer pour un baron

    3

    C’est l’histoire du mariage le plus rocambolesque qui puisse arriver. Il s’est passé à la Mairie de SOGONIKO le Dimanche 22 Novembre 2020. En effet, sieur ID s’est fiancé à une belle Senegalo- Malienne du nom de NS. Les démarches relatives aux fiançailles se sont normalement déroulées jusqu’au jour du mariage. La mauvaise nuit se reconnaissant dès le crépuscule, le marié est arrivé largement en retard et en taxi de surcroît prétextant que le véhicule apprêté pour la circonstance était tombé en panne en cours de chemin. Jusqu’ici les choses semblent s’expliquer. Une fois dans la salle, les convives découvrent un homme transpirant à grosses gouttes, habillé en haillon, les cheveux crépus, chaussé d’une botte. Le marié du jour semblait directement sorti des bois. La salle n’en croit pas ses yeux…le maire est perdu. L’homme qui était là, s’est-il trompé de chemin ?  Mais non ! c’est bien le prince du jour. On était loin de l’habillement des grands jours. Puisque que le vin était déjà tiré, il fallait le boire. La cérémonie se déroule sans sourire. Jusqu’ici, les choses peuvent encore s’expliquer. Après les cérémonies, la mariée doit être conduite chez son époux à Senou. Là aussi l’époux n’avait pas tout dit. Après Senou, le convoi se lance dans un long voyage sur un chemin poussiéreux parfois caillouteux.  Village après village, le convoi s’enfonce dans la brousse et les murmures s’intensifient.  Personne ne comprend plus rien. La mariée s’impatiente. Après des heures de course, le cortège s’immobilise. On découvre alors deux cases en banco et sans porte blotties nulle part dans la nature.  Les uns et les autres ont d’abord cru que c’était un point d’escale avant de reprendre la route mais non, c’est bien la maison nuptiale. Choquée, la mariée failli perdre connaissance mais elle tient le coup. Face à l’évidence, le convoi a dû rebrousser chemin. Une fois dans la belle famille, les femmes étant ce qu’elles sont n’ont pu s’empêcher de s’éclater en sanglot. Le mariage a alors pris l’allure d’un deuil. La forte délégation venue du pays de la Teranga pour la circonstance n’y avait rien compris au départ face à la tristesse de la maman de la nouvelle mariée qui est Sénégalo/malienne. D’autant plus que les parents venus du Sénégal n’avaient pas été mis pleinement au courant de la situation dramatique. Ce n’est que plus tard que la mère de la mariée leur avait expliqué l’objet de sa tristesse. Il faut tout de même reconnaitre que certains hommes sont courageux et ne reculent devant rien.

    Amadingué Sagara

    Commentaires via Facebook :

    3 COMMENTAIRES

    1. DEMANDEZ A PROPOS DES MARIAGES DE NOS ARRIERES GRANDPARENTS ET NOS GRANDPARENTS, MEME CEUX DE NOS PARENTS, BEAUCOUP N AVAIENT RIEN ET POURTANT ILS AVAIENT TOUT, LA DIGNITE, L HUMANISME, QUE LES ARABO MUSULMANS ET LEUR ISLAM ONT PIETINES!

      RETOURNONS A NOUS MEMES, LE RICHE DU JOUR PEUT DEVENIR LE PAUVRE ET V S.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here