Projet CODEES : Le D.G en fuite avec plus de 500 millions de FCFA !

    0

    De bouche à oreille, la nouvelle a fait le tour mercredi dernier entre les membres de la Coopérative pour le développement économique et social (CODESS). En effet, le patron du projet Coopérative pour le développement économique et social, un Béninois dit-on, a disparu avec plus de 500.000.000 Fcfa appartenant à la clientèle de la coopérative ainsi qu’à ses actionnaires.  Un projet que le sieur Stéphane pour certains ou encore Gomez pour d’autres, a crée, il y a seulement quelques mois-avec pour vocation de financer les projets des adhérents à la coopérative par l’octroi de prêt remboursable mensuellement et suivant un taux.

    C’est ainsi qu’ils seront plusieurs centaines de personnes à adhérer la coopérative et à déposer leur caution (estimée à plusieurs centaines de millions de FCFA), pour avoir un prêt auprès de la coopérative (le montant est variable selon la somme demandée). Mais, voilà plusieurs semaines maintenant que le patron de la CODEES est introuvable, voire injoignable. L’alerte a été donnée par certains agents commerciaux de la CODEES, informant la clientèle qu’ils n’avaient aucune nouvelle de leur chef. Autrement dit, l’homme serait tout simplement en fuite. Aussitôt informées, ils étaient plus d’une centaine d’adhérents à la coopérative, sinon clients, à prendre d’assaut avant-hier soir, les locaux de la Brigade d’investigation judicaire pour réclamer la tête de ce dernier. Sur place, ils rencontreront l’inspecteur Papa Mamby Keita, à qui ils expliquèrent ce qui vient de leur arriver. Aussitôt, l’Epervier du Mandé a mis en branle son réseau, tout en leur promettant qu’il fera tout pour mettre la main sur ce dernier.

    Aux dernières nouvelles, l’homme se trouverait au Burkina Faso, selon les révélations de l’inspecteur Mamby Keita.  En attendant, les pauvres victimes poursuivent leur navette entre la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali ; l’Assemblée Nationale, histoire d’expliquer leurs déboires.

    Nous y reviendrons.

    Amaye MAKI

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER