Surprise ! Google, Apple, Facebook, etc. ne sont toujours pas vos amis !

    0

    Ces dernières semaines ont vu fleurir des annonces de géants du Web (les Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft ou Gafam) s’engageant à protéger la vie privée de leurs utilisateurs.

    Voire, par exemple, Google et Apple souhaitant chiffrer les communications des téléphones Android et iOS, ou encore Yahoo, Twitter, Microsoft et Facebook qui vous alertent si un Etat (pas uniquement celui dont vous êtes ressortissant) essaie d’accéder à vos données.

    Une bienveillance héroïque – alors que les gouvernements mondiaux préparent des lois pénalisant ce genre de démarche – qu’il faut considérer à sa juste valeur : comme du vent.

    On a fait ce qu’on a pu

    Oui, ils vous protégeront de ce qu’ils annoncent, du moins tant qu’une contrainte légale ne les obligera pas à négocier, voire à y renoncer avec une mine contrite, après avoir montré à leurs utilisateurs que, « oui madame, oui monsieur, on a fait tout ce qu’on a pu pour vous protéger, mais les méchants législateurs sont plus forts que nous ».

    D’ailleurs, ne nous y trompons pas, c’est là que réside leur intérêt pour la neutralité du Net, l’espoir d’échapper à toute contrainte gouvernementale, voire à prétendre qu’en tant qu’espace neutre, c’est aux pouvoirs publics de supporter les coûts d’infrastructure sans en tirer de bénéfices (tels que le droit de surveiller les activités s’y déroulant)

    La gratuité, oui : celle des communs !

    Car ce faisant, ils défendent aussi leur droit à faire des bénéfices par tous les moyens à leur disposition. Et ces moyens consistent aussi bien à eux-mêmes exploiter vos données privées qu’à faire de l’optimisation fiscale pour ne pas payer ou si peu d’impôts, de sorte qu’ils vous exploitent pour générer de l’argent, et ensuite se servent de votre crédulité pour se faire passer pour des victimes quand les gouvernements se plaignent de leur attitude peu coopérative.

    Ainsi, rien que sur les Gafam et la TVA, la perte estimĂ©e pour l’Etat français (et ne parlons pas du reste du monde) est de l’ordre d’1 milliard d’euros. Imaginez avec toutes les autres taxes, et le reste des acteurs du Web…

    Ne nous laissons pas abuser par leurs effets de manche. Leur modèle économique affecte notre vie de tous les jours, tout autant que le développement de « l’ubérisation“ bouleversera notre manière de travailler. Car certes, leurs services sont gratuits ou ultra-compétitifs, mais ils gagnent de la sorte plus que si nous achetions leurs services au prix d’une intégrité totale, et ce faisant nous contribuons à l’affaiblissement des autorités nationales, et donc aux services publics que nous chérissons tant par ailleurs.

    Le pouvoir d’achat (mot honni entre tous) a moins de valeur que le bien-vivre ensemble ! Et à ce petit jeu, continuer à croire en la bonne foi de la gratuité telle que la proposent les Gafam n’amènera que plus d’emprise des multinationales sur nos vies quotidiennes et moins de pouvoir de vivre.

    Défendons notre gratuité, et que vivent des communs au service de tous !

    Publié le

    PARTAGER