Recrutement dans la Fonction Publique de l’Etat : Les diplômés des Sciences de l’éducation exigent d’être pris en compte

0

L’Association des étudiants et diplômés en sciences de l’éducation (AEDSE) a animé, le 5 juin 2021, une conférence de presse  à l’Amphithéâtre  Kary Dembélé de l’Ecole Normale Supérieure (Ensup). Makan Sissoko, président de l’AEDSE, Oumar Aboubacrine, secrétaire  général du Comité AEEM (Association des élèves et étudiants du Mali) de l’Ensup, Souleymane Ag Mohamed, membre de l’AEDSE étaient les principaux conférenciers. Ils ont, à l’occasion, dénoncé avec la dernière rigueur l’injustice, le deux poids deux mesures des autorités  du pays  à l’endroit  des diplômés des sortants en science de l’éducation. Depuis la création de la filière des sciences de l’éducation en 2000, dénonce avec  mécontentement  le président  de l’Aedse, Makan Sissoko, il n’y a eu qu’un seul recrutement à l’endroit des diplômés de cette filière par  l’Etat : c’était en 2011. A  l’occasion, seulement  l’Etat n’a pris que 24 personnes  sur  des centaines  de milliers  de diplômés  à la quête d’emploi. Depuis, proteste Makan Sissoko, il n’y a eu aucun autre concours à l’endroit des sortants de cette filière  dans la fonction publique.  Nous  avons tenu cette conférence  de  presse  pour d’abord, poursuit  Makan Sissoko, président  de l’Aedse, attirer  l’attention des autorités du pays sur cette injustice à l’endroit  des diplômés  sortants de la filière des sciences de  l’éducation du Mali. Nous rappelons aux  autorités, ajoute Makan Sissoko,  que tout le monde à droit  de  tenter sa chance  dans les concours  d’entrée à la fonction publique de l’Etat. «Qu’un citoyen, un  diplômé  ne vaut  pas mieux qu’un  autre. Que tout  le monde doit être traité  sur  le  même  pied d’égalité, de la même façon par l’Etat. C’est pour  cette  raison  que nous voulons  désormais qu’à chaque concours, notre  filière soit représentée. Peut  importe  le  nombre de candidats que l’Etat  va prendre,  minime soit-il, nous voulons prendre part au concours de la fonction publique comme les sortants des autres filières. Nous  pensons que nous méritons  plus que  d’être  formés puis laissés pour compte. Nous  voulons que  des solutions  idoines  soient trouvées à  cette  maladresse», a fait savoir Makan Sissoko. A l’endroit de ces camarades étudiants et sortants de la filière des sciences de l’éducation. Makan Sissoko a appelé à l’union, au rassemblement pour faire bouger  les lignes afin de pallier  cette  injustice.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here