Affaire TF 11247 : Un proche d’IBK aux manĹ“uvres

0

Au Mali d’aujourd’hui, certains citoyens seraient au-dessus de la loi. Ils n’ont que faire de la justice, des suspensions de travaux ordonnĂ©es par le Gouvernorat ou la Mairie. Le constat d’huissier, datĂ© du 7 janvier dernier, rĂ©vèle en effet que l’espace querellĂ©, le TF11247, faisait l’objet de travaux. Bazoumana Fofana, le vrai propriĂ©taire des lieux, n’en revient pas. Selon des informations, c’est un proche du Chef de l’Etat, M. Ibrahim Boubacar KeĂŻta, de surcroĂ®t membre du gouvernement, qui inciterait la partie adverse Ă  ne pas attendre la dĂ©cision de justice.

Pis, ledit proche d’IBK pousserait toujours la partie en question Ă  poursuivre ses travaux. Et pourtant il n’est pas censĂ© ignorer que l’affaire Ă©tait pendante devant les tribunaux. Et que pour Ă©viter des troubles Ă  l’ordre publics, des affrontements et des violences, les autoritĂ©s administratives du District de Bamako avaient invitĂ© les deux parties Ă  surseoir Ă  tous les travaux.

Du gouvernorat Ă  la Mairie de la Commune II, les agents de l’Etat ont en tout cas fait ce qu’ils devraient faire. EncouragĂ©e par ce proche d’IBK, la partie adverse a rĂ©cemment mis la pression sur le terrain.

L’huissier de justice commis par Bazoumana Fofana a ainsi pu constater la prĂ©sence des engins, des matĂ©riaux, un Caterpillar, un camion et plusieurs personnes sur le site querellĂ©. C’Ă©tait justement le 7 janvier  du procès – verbal dressĂ©, il ressort que le Caterpillar Ă©tait entrain de gratter la terre tandis que le camion dĂ©versait des matĂ©riaux de construction sur les lieux.

Or la veille, c’est – Ă  – dire le  janvier 2016, une Ă©quipe de la Mairie faisait un constat sur le site. L’on peut lire dans le rapport que tout l’espace avait Ă©tĂ© ” amĂ©nagĂ© jusqu’au fleuve en totalitĂ© “. Curieusement, l’extrait de l’espace trouvĂ© sur le site Ă©tait de 4 ha 67 a 44 ca. Il ressort Ă©galement que 2ha 47a ont Ă©tĂ© amĂ©nagĂ©s en plus.

Pourquoi ? A quelle fin ? Est – ce Ă  dire que Babou et Mamadou Yara seraient au – dessus de la loi malienne ?

Pour en avoir le cĹ“ur net, Bazoumana avait pris soin de demander des renseignements Ă  la Direction Nationale de l’Urbanisme et de l’Habitat. Deux correspondances, datĂ©es des 23 et 28 dĂ©cembre 2015, ont Ă©tĂ© adressĂ©s Ă  cet effet. Bazoumana voulait exactement savoir si l’autorisation de lotissement du titre foncier N°11247, sis Komogun eu Commune II, dĂ©livrĂ©e le 15 mars 2004 par le Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme Ă  M. DionkĂ© YaranankorĂ© Ă©tait prĂ©sentement valide ou caduque.

Comme toute rĂ©ponse, le Directeur National de l’Urbanisme et de l’Habitat, dans sa rĂ©ponse du 8 janvier 2016, dira : ” Suite Ă  vos lettres….J’ai l’honneur de porter Ă  votre connaissance que l’autorisation de lotissement est dĂ©livrĂ©e sur instruction de documents comprenant le titre de propriĂ©tĂ©. Elle devient nulle et de nul effet si les travaux de viabilisation n’ont pas dĂ©marrĂ© dans un dĂ©lai maximum de deux (2) ans. Toutefois, cette autorisation peut ĂŞtre prorogĂ©e avant le dĂ©lai autorisĂ© ou ĂŞtre sollicitĂ©e de nouveau si les travaux n’ont pu commencer pour diverses raisons.

En ce qui concerne l’opĂ©ration de viabilisation en cours, des actions sont entreprises par mes services ai sujet de sa rĂ©gularité… “. A notre avis, l’autorisation de 2004, faite sur la base de combines et mise en demeure par la justice, ne pouvait encore survivre. L’attitude de la partie adverse s’expliquerait surtout par sa proximitĂ© avec le pouvoir. Ce pouvoir a pourtant tout Ă  perdre Ă  ne pas faire triompher la justice. Pour l’instant, c’est ce Ă  quoi s’attend Bazoumana Fofana.

B. Koné

 

PARTAGER