Gestion désastreuse et opaque de l’ACI : L’étau se resserre autour de l’Ex-Pdg

0

L’étau se resserre autour de l’ex-Pdg de l’Agence de cessions immobilières (Aci) Mamadou Tiéni Konaté, dans la mesure où l’Aci est plongée dans d’énormes difficultés financières, suite à sa gestion jugée solitaire et opaque, dénoncée en son temps par les travailleurs. Une mission de contrôle se trouve actuellement à l’Aci afin de voir clair sur le dossier de la vente des bâtiments publics. Comme si cela ne suffisait pas, Mamadou Tiéni Konaté vient d’être assigné en justice par le jeune propriétaire immobilier, Baba Maïga, pour avoir porté honneur à sa dignité lors de l’émission “Débat Politique” de Radio Klédu du 1er avril 2021. L’audience est prévue pour le 17 mai prochain, au Tribunal de la Commune II.

Rien ne va plus aujourd’hui à l’Agence de cessions immobilières (Aci). Cette société, qui faisait la fierté de la nation, traverse d’énormes difficultés financières. Aujourd’hui, on parle de plus de 3 milliards de nos francs de déficit. A cause essentiellement de la mauvaise gestion.

Voilà, pourquoi, l’Etat a décidé de mettre l’Aci sous administration provisoire depuis quelques mois afin de redresser la barre. Après le limogeage du Pdg, Mamadou Tiéni Konaté, l’ancien secrétaire général du département, Amadou Maïga (ingénieur en construction) a été désigné comme administrateur provisoire. Et il faudra attendre beaucoup de mois pour que le nouveau patron puisse faire sentir sa touche dans le cadre de redressement de cette société.

Aujourd’hui, c’est la gestion opaque de Mamadou Tiéni Konaté qui est dénoncée par les travailleurs alors qu’il avait été nommé à l’époque par les plus hautes autorités dans le but de sortir l’Aci du marasme.

Le hic est que son passage à la tête de la société est aujourd’hui un mauvais souvenir pour l’ensemble des travailleurs, qui avaient pourtant dénoncé ses pratiques à plusieurs reprises lors de leurs assemblées générales. Comme ce fut le cas, le 24 novembre 2020, dans la salle de réunion de l’Aci, après la réussite d’une grève du 18 au 20 novembre 2020.

Au cours de cette assemblée générale des travailleurs, le secrétaire général Hamidou Dembélé a tenu à préciser que “cette rencontre après la tenue de la grève est un moyen de veiller sur les intérêts matériels et moraux des travailleurs et d’alerter au besoin qui de droit pour les manquements constatés qui entravent le bon fonctionnement de la société”. Avant de dénoncer haut et fort la gestion solitaire et opaque de la Direction générale comme source des difficultés que traverse l’Aci.

Après avoir regretté l’augmentation substantielle des salaires de deux dirigeants sociaux en période de déficit, les travailleurs ont également dénoncé plusieurs actes qui ont surtout impacté le rendement de la société. Il s’agit de l’achat de parcelles du portefeuille immobilier invendable de la Bank of Africa-Mali pour environ 900 millions de Fcfa, le paiement indu d’un montant de 120 millions Fcfa à un concurrent qui dit avoir aménagé une voie d’accès suite au lotissement de Kati-Samakébougou, le paiement indu de 110 millions Fcfa de dommages et intérêts à une partie civile alors que l’Aci a été déclarée hors de cause, l’escompte des traites émises par l’acquéreur de l’hôtel dont les frais d’un montant d’environ 850 millions Fcfa ont considérablement grevé les charges.

Sans oublier l’établissement et la remise de titre foncier d’un bâtiment administratif de l’Etat alors que le client ne s’est pas acquitté de la totalité du prix de cession, la vente d’un bâtiment administratif de l’Etat hors de toute concurrence après recommandation du Vérificateur général de revenir à la procédure de vente aux enchères, le non-respect de la procédure de vente aux enchères de certaines parcelles de l’Aci-2000 et de Souleymanebougou. Cela, malgré l’engouement de la clientèle pour ces sites et ceci en ignorant totalement le ministre de tutelle, rappelant le respect strict de ces procédures.

Autres griefs des travailleurs, c’est le non-paiement des droits dus à l’Etat avec comme conséquence la non délivrance des titres fonciers entrainant de nombreux contentieux. Et surtout le contrat de bail opaque signé entre l’Aci et un opérateur économique de la place sur le Centre commercial au Grand marché. Selon les travailleurs, ce contrat draine environ 1 milliard de Fcfa au titre des impayés de loyer.

Face à ces irrégularités, les travailleurs avaient saisi les structures de contrôle. C’est ainsi qu’une mission de l’Inspection des domaines et des finances a séjourné à l’Aci afin de fouiller dans la gestion de Mamadou Tiéni Konaté.

Selon nos informations, une autre mission se trouve présentement à l’Aci, cette fois-ci pour voir clair dans la vente des bâtiments publics.

C’est dire que l’étau se resserre aujourd’hui autour de l’ex-Pdg de l’Aci. A cause de cette affaire, il ne dort plus. De surcroit, il est déjà dans le collimateur du jeune propriétaire immobilier Baba Maïga, qui vient de porter plainte contre lui devant le Tribunal de grande instance de la Commune II. L’audience est prévue pour le 17 mai prochain.

On se rappelle que lors de l’émission “Débat politique” de la Radio Kledu animé par Kassim Traoré, du jeudi 1er avril 2021, Mamadou Tiéni Konaté avait porté des accusations “gratuites” sur le plaignant. Voilà, pourquoi, ce dernier a décidé d’assigner l’ex-Pdg de l’Aci devant la justice afin de laver son honneur et sa dignité.

Affaire à suivre !

                   El Hadj A.B. HAIDARA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here