Centre du Mali: renforcement de la présence militaire dans le secteur de l’attaque

3

L’armée malienne renforçait mercredi sa présence aux environs de deux villages dogons du centre du pays attaqués lundi, a-t-on appris de sources concordantes, tandis que des habitants faisaient état de l’utilisation de nombreuses motos dans les raids meurtriers.

Depuis l’apparition en 2015 dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs “groupes d’autodéfense”.

Les villages de Gangafani et de Yoro, près de la frontière burkinabè, ont été frappés lundi soir par des “attaques terroristes” qui ont fait 38 morts et de nombreux blessés, a annoncé mardi soir le gouvernement dans un “bilan provisoire officiel”.

“Un contingent des forces de défense et de sécurité a été dépêché sur les lieux pour sécuriser les populations et leurs biens, et traquer les auteurs de ces attaques”, a ajouté le gouvernement.

Selon un élu de la région, “la situation a été calme la nuit. Mais après un événement comme ça, les populations ont évidemment peur”.

“Nous avons appris que l’armée allait renforcer sa présence aujourd’hui dans le secteur. C’est une bonne chose si ça se réalise”, a déclaré cet élu à l’AFP sous le couvert de l’anonymat.

Un fonctionnaire retraité habitant dans le cercle de Koro, dont dépendent administrativement les deux villages attaqués, Amidou Maïga s’est étonné que les assaillants aient pu arriver massivement à moto, malgré les restrictions de circulation dans la zone.

“Le président malien seulement la semaine dernière a encore interdit la circulation des motos. Or, les assaillants sont arrivés à plus de 100 motos. Donc on doit renforcer la sécurité”, a-t-il dit.

“Les populations ont peur. Il y a un poste militaire avancé à moins de 30 km de Yoro. il faut le renforcer”, a-t-il estimé.

Lors d’un déplacement dans le village dogon de Sobane Da, proche de Bandiagara, où une attaque le 9 juin a fait 35 morts, dont 24 enfants, le président Ibrahim Boubacar Keïta a notamment annoncé l’interdiction de la circulation des motos dans plusieurs localités de la zone.

Des mesures de ce type ont déjà été imposées à plusieurs reprises dans des secteurs du centre du Mali pour prévenir les attaques.

Les violences qui déchirent cette région depuis quatre ans ont culminé avec le massacre le 23 mars, attribué à des chasseurs dogons, de quelque 160 Peuls dans le village d’Ogossagou, près de la frontière avec le Burkina Faso.

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. RINZ 20 Juin 2019 at 10:22
    “Seules les troupes maliennes peuvent assurer ce travail de sécurisation au Mali…Dogons et Peuls sont maliens
    C’est un problème interne pour lequel ni Barkhane ni la Minusma ne peuvent intervenir …”

    Chuuuuuuut !

    Frère RINZ, aurais-tu par hasard perdu la tête ???
    Comment oses-tu écrire des choses pareilles ???

    Bien sûr que c’est un problème de sécurité INTERNE, et donc un problème qui ne concerne que le MALI. 😎😎

    Bien sûr qu’à chacun de ces massacres de villageois, nos forces de l’ordre pourtant cantonnées à quelques petits kilomètres à peine, restent cachées dans leurs camps alors qu’elles sont prévenues de l’horreur, et attendent prudemment le LENDEMAIN pour se rendre sur place !😎😎

    Mais même si on VOIT et que l’on CONSTATE tout ça, CE N’EST PAS UNE RAISON POUR LE DIRE !!!😆😆😆

    RINZ, tu dois te rappeler LE PRINCIPE FONDAMENTAL en vigueur chez nous, à savoir :
    Article 1: NOUS NE SOMMES JAMAIS RESPONSABLES OU FAUTIFS DE RIEN, jamais !

    Article 2 : TOUT CE QUI ARRIVE CHEZ NOUS EST TOUJOURS DE LA FAUTE “DES AUTRES” QUELS QU’ILS SOIENT, toujours !

    Donc, fort de ce principe FONDAMENTAL chez nous, tu ne dois surtout pas admettre et reconnaître que ce problème ne concerne que NOS PROPRES autorités et NOS PROPRES forces de l’ordres, et dois au contraire t’indigner et accuser “l’inefficacité” (voire la “complicité”) de Barkhane et de la Minusma !😅😅😅😅😅

    Chez nous RINZ, il en va de ta……CRÉDIBILITÉ !😎

  2. Seules les troupes maliennes peuvent assurer ce travail de sécurisation au Mali…Dogons et Peuls sont maliens
    C’est un problème interne pour lequel ni Barkhane ni la Minusma ne peuvent intervenir …
    C’est même un problème de police…A ce propos que fait la police dans ces territoires ?..
    Les policiers en pays Dogon ou chez les Peuls n’ont-ils des informations ?

    Ces affrontements interethniques sont la pire menace pour un pays…On imagine le travail énorme qu’il faudra pour cimenter les ethnies dans le même amour du pays…

  3. ““Un contingent des forces de défense et de sécurité a été dépêché sur les lieux pour sécuriser les populations et leurs biens, et traquer les auteurs de ces attaques”

    EXTRAORDINAIRE !!!

    Nos armées vont “securiser les populations et leurs biens” de village DÉJÀ attaqués (!!!…), et elles vont “traquer” les auteurs….. TROIS JOURS APRÈS le massacre (!!!…)

    Par contre, quand la tuerie à eu lieu, pendant que le massacre faisait rage durant de longues heures et que les assassins étaient sur place, nos mêmes courageuses armées ont prudemment attendu LE LENDEMAIN avant de montrer leur nez!

    Si ce n’était pas si pathétique, ce serait hélas à mourir de rire…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here