Farabougou : Cinq mois de siège

6

Les habitants épris de vie libre et active qui a été subitement confisquée par  des djihadistes depuis le 6 octobre dernier. Eux qui nourrissaient le pays en sont réduits à présent à vivre de l’assistanat.

La privation de liberté de mouvement et la faim avaient saisi ce village, deux ennemis qui vont rarement ensemble et qui cependant s’étaient ligués contre trois milliers d’âmes,  une espèce d’alliance des abîmes. L’écho de leurs cris de détresse  est parvenu au monde, plus particulièrement aux autorités transitoires : « Nous avons faim, nourrissez-nous ! Nous sommes assiégés, libérez-nous ! »Un début de famine vite circonscrit. Des vivres continuent d’arriver aux populations. Puis, soufflait le vent de la libération. Si les troupes aéroportées ont extrait les habitants des fourches de djihadistes à l’intérieur du village, toute sortie à un kilomètre demeure périlleuse. . Les habitants épris de vie libre et active qui a été subitement confisquée par des djihadistes  comme des oiseaux mis en cage.

 

Persistance menace

 

Les forces spéciales sont entrées sans tirer le moindre coup de feu. Ainsi le jeu de menaces, d’épreuves de forces simulées, a trouvé place à Farabougou. Si la stratégie ne possède pas d’autre moyen que le combat, il convient de rappeler explicitement qu’il suffit parfois d’offrir ou de simuler le combat pour obtenir un résultat équivalent à celui du combat réel.  Quand les forces spéciales ont pris pieds dans ce village encerclé, Bamako signifiait aux djihadistes par un acte-message le combat dont il se donnait les moyens. De même, la mise en état d’alerte maximale des forces de défense et de sécurité sur l’ensemble du territoire national aux lendemains des menaces proférées par Ansar Dine d’Iyad Ag Ghali  de plus laisser de répit aux soldats équivalait à un message.

Il se pouvait que la surprise et le découragement entraînât la résignation au moins temporaire des djihadistes à battre en retraite. Un pronostic déjoué par leur présence autour du village, empêchant tantôt les paysans de moissonner ou de battre le riz, tantôt mettant le feu aux champs, aux machines agricoles, s’ils ne les emportent pas.

Au moment où l’étau djihadiste se resserrait sur Farabougou, pour la première fois le Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) qui s’est dit favorable à un dialogue avec les « djihadistes modérés ». Faut-il en rire ou en pleurer ? D’aucuns se sont barricadés derrière le constat que  « l’épreuve de feu a montré ses limites » faisant écho au désidérata du gouvernement malien d’emmancher des négociations.  

Il y a un parfum d’hypocrisie dans le système international. Il se trouve toujours des Etats pour jouer le rôle de marchands d’armes ou qui financent le terrorisme. L’ONU sait bien qui arme les groupes islamistes dans le Sahel, qui les finance. Pour l’instant le système international n’envisage pas d’isoler le Qatar et l’Arabie Saoudite qui sont les alliés des puissances occidentales.

Georges François Traoré

 

 

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. BERG, n’essayons pas de couvrir notre armée quand elle faillit à son devoir pour ensuite dissimuler sa lâcheté derrière d’autres considérations.

    Quels que soient les enjeux inter communautaires, les hommes armés sont venus, ils ont tué 13 personnes et mis le village sous siège quand la force légitime de l’état arrive, ce doit être pour prendre sa responsabilité. Je n’ai jamais pris des cours de droits mais même si c’était les membres d’une même famille j’imagine mal qu’il puisse exister une disposition de la loi qui dise que comme les tueries se font à l’intérieur d’une même famille, on peut se tenir à l’écart.

    Nous devons regarder la réalité en face et dire la vérité à nos pédérastes de soldats. Ces Colonels qui ont pris les choses en mains ne sont que des pédés, c’est la seule explication à la situation de FARABOUGOU. 💡💡💡💡

  2. La situation réelle de Farabougou ne nous a pas été donnée jusqu’à Présent !!! Sinon on serait devant une bataille conventionnelle pour le liberer car c’est à cela que nos armées sont formées. Qu’on nous exactement ce qui se passe a Farabougou, c’est le devoir des autorités.

  3. C’est la faute à la France et à la MINUSMA ! C’est elles qui refusent de donner des renseignements aux FAMA pour qu’elles donnent une bonne correction à ces apprentis terroristes de FARABOUGOU. 😜😜😜

  4. This is another cause military build up must continue. Our military though willing to fight have shown itself under leadership of Vice President Goita too weak to overcome seize at Farabougou plus eradicate terrorists so that citizens may fulfill their daily living needs with due security. This is not good performance for Goita who want to be voted president.
    Hopefully plan that will bring change to Farabougou plus eliminate terrorists will soon be applied. Goita chance of becoming president is heavily influenced by this condition. If he unable to manage this it is most likely he unable to manage partition of north Mali conspiracy thus not capable of being president Mali need or president Africa need in Mali.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here