Mali: libération de deux Mauritaniens kidnappés le 18 juillet

2

Deux Mauritaniens enlevés au Mali le 18 juillet en compagnie de trois ressortissants chinois ont été libérés mardi 27 juillet, a indiqué une source proche du gouvernement mauritanien. Les cinq hommes avaient été enlevés lors d’une attaque contre un site de construction d’une route à quelque 55 km de la ville de Kwala, dans le sud-ouest du Mali, non loin de la frontière mauritanienne, selon l’armée malienne.

Les deux Mauritaniens «ont été libérés cet après-midi par leurs ravisseurs et se trouvent désormais aux mains des autorités mauritaniennes», a dit à l’AFP un responsable du ministère mauritanien de la Communication, confirmant une information de l’Agence mauritanienne d’information (AMI, officielle). «Ils se trouvent à Vassala, sur la frontière sud-est avec le Mali. Ils sont en bonne santé», a ajouté cette source, qui n’était pas en mesure de donner de détails sur les circonstances de leur libération ou sur l’identité des ravisseurs.

Ce responsable ayant requis l’anonymat et l’AMI n’a pas non plus donné d’indications sur le sort des trois ressortissants chinois enlevés en même temps qu’eux. L’agence de presse mauritanienne Al-Akhbar avait rapporté que les assaillants, arrivés à moto, avaient incendié des réservoirs de carburant avant de s’enfuir avec les otages. Des équipements de chantier avaient également été détruits, avait indiqué l’armée malienne, sans plus de détails.

Les rapts, à la fois de Maliens et de ressortissants étrangers, sont monnaie courante dans le pays, foyer de violences djihadistes, intercommunautaires ou crapuleuses qui ensanglantent cette partie du Sahel depuis des années. Cinq catholiques maliens avaient été kidnappés le 21 juin après leur départ de Ségué, une localité située sur le plateau dogon (centre) peuplé en grande partie de catholiques. Quatre d’entre eux avaient été libérés deux jours plus tard et le cinquième à la mi-juillet. Le journaliste français Olivier Dubois, enlevé dans le nord du Mali le 8 avril, est pour sa part toujours aux mains de ses ravisseurs.

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Personne ne dit que la Mauritanie est complice, même si c’est sur le territoire mauritanien que les terroristes se réfugient après leurs massacres commis au Mali, au Niger, au Burkina. Pourquoi n’y a-t-il jamais eu d’attaque sur le territoire mauritanien ? Ce n’est certainement pas parce que ce pays a la plus forte armée du Sahel mais parce qu’il a fait un deal avec les djihadistes. Après le Burkina de Blaise Compaoré, la Mauritanie est leur base de repli. Mais qu’on réfléchisse sur cet conte-adage Bambara : Le petit kapokier, un jour, a demandé à sa mère pourquoi les fesses de celles-ci sont noircies. La mère lui a répondu :”C’est l’oeuvre de djufin fin finyé (le vent noirceur de fesses). Quand viendra son heure, tu le connaîtras”.
    Il n’y a jamais eu d’attaque au Burkina tant que Blaise Compaoré était au pouvoir, mais aussitôt ce dernier parti, le Burkina s’est changé en champ de massacre des djihadistes. On doit se poser des questions.

  2. La Mauritanie n a aucune responsabilité dans cette affaire.C est les autorités de l appareil sécuritaire qui sont défaillantes et la négligence coupable des entreprises chargées de construire cette route qui abandonné leur matériel dans la brousse comme de vulgaire pacotille. Tant le mali ne prendra pas des mesures restrictives contre la circulation des grosses motos dans les zones d insécurités.. Tous les attaques et actes de banditisme sont perpétré par ses engins qui le mode logistique préféré des bandes armées., il sera difficile de mettre terme a l insécurité. C est motos sont pires que les armes légères en circulation. Dans un pays ou une personne peut acheter cash une centaine de motos et l amener dans une destination inconnu dans l indifférence totale des services de sécurité. aussi comment une personne peut se procurer des dizaines de bidons de carburant sans qui on sache la destination finale .Le seul pays en guerre ou des motos osent passer devant des camps militaires la nuit sans y laisser des plumes alors sérieusement aucun corps étrangers ne doivent même pas s approché de ses zones sensibles et stratégiques a 100m et ses voies d accès.Au fama plus de sérieux ,de vigilance ,de surveillance et d imagination mais surtout une plus grande protection pour toutes les autorités tous confondues ainsi que pour tous les acteurs de la paix et de la réconciliation au mali ,je veux dire la cma ,la plateforme et les autres groupes signataires de l accord d Alger .Les ennemis de la paix rôdent .Vive la paix vive la réconciliation au mali et la stabilité au mali et partout en Afrique

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here