Mort d’Abdelmalek Droukdel au Mali: l’armée française livre les détails de l’opération

0

Abdelmalek Droukdel, chef du groupe terroriste al-Qaïda au Maghreb islamique, a été tué par les militaires français le 3 juin dernier dans le nord du Mali. L’opération militaire ayant permis cette élimination s’est déroulée dans la région de Tessalit, non loin de la frontière algérienne. Ce jeudi matin, l’état-major de l’armée française a dévoilé le déroulé des faits.

Ce mercredi 3 juin, en début d’après-midi, dans une zone désertique et difficile d’approche, tout est allé très vite. Alors que les services de renseignement, épaulés par l’allié américain, savaient depuis deux jours qu’il y avait dans la région une cible d’intérêt, les militaires français sont parvenus à identifier un véhicule 4×4 dans un amas de rochers, non loin de Tessalit.

C’est alors qu’ont surgi les hélicoptères. Deux Caracals avec, à leur bord, une quinzaine de commandos appuyés par deux hélicoptères de combat. À cet instant, les terroristes, au nombre de cinq, ne se trouvent pas dans le véhicule, ils bivouaquent à quelques mètres de là, assis sur une natte.

Un seul survivant parmi les terroristes

Sur les images tournées pendant l’opération, on les voit fuir soudainement dans toutes les directions, se cachant dans les rochers et faisant feu sur les soldats français déposés au sol. « Quand on fait ces opérations, indique l’état-major, le but n’est pas de tuer, mais en face ce sont des combattants, ils ne se rendent pas. » Les forces spéciales n’ont fait qu’un prisonnier, un second couteau membre de l’escorte.

Parmi les morts formellement identifiés figurent Abdelmalek Droukdel et Toufik Chaïb, le responsable de la propagande. Conformément aux lois de la guerre, ils ont été enterrés sur place. Des téléphones et un ordinateur ont été saisis, leur contenu permettra de préciser les raisons de la présence au nord du Mali de l’émir d’Aqmi, espère l’état-major.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here