Sécurité des frontières : Maliens et nigériens font front commun

45

Face à la menace terroriste et divers crimes transfrontaliers, les deux pays réfléchissent aux conditions pratiques de mise en œuvre de patrouilles mixtes et ou parallèles

La porosité des frontières de nos pays exige des mises en synergie pour répondre aux menaces terroristes et autres crimes transfrontaliers. C’est dans cette logique que s’est tenu hier, à l’hôtel Salam de Bamako, un atelier bilatéral sur l’organisation de patrouilles coordonnées et conjointes Mali-Niger. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le représentant du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, Moro Diakité, en présence de la représentante du ministère en charge de la Sécurité du Niger, Mme Rabiatou Ganda, et du chef de la mission de l’Organisation internationale de la migration (OIM) au Mali, Bakary Doumbia.

 
La rencontre est justement organisée par l’OIM, en collaboration avec le gouvernement du Japon. Elle a pour but principal de présenter et discuter les défis et opportunités liés à l’organisation de patrouilles coordonnées et conjointes entre notre pays et le Niger.
La session s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet gestion coordonnée des frontières au Niger, au Burkina Faso, en Mauritanie et au Mali financé par le Japon. L’exercice entend contribuer aux objectifs des politiques et stratégies définies dans les pays du G5 Sahel en vue de renforcer la sécurité et la stabilité régionale.

 
Les participants sont des représentants des directions générales de la police, de la surveillance du territoire, de la police des frontières, des douanes, et de la gendarmerie. Ils vont discuter du concept des patrouilles conjointes et coordonnées, de ses avantages et défis, des bases juridiques pour l’organisation de ces patrouilles ; de leur organisation pratique et des options de mise en œuvre. Les partenaires techniques et financiers prennent part à la rencontre.

 
L’atelier, a rappelé le chef de la mission de l’OIM au Mali, Bakary Doumbia, fait suite aux recommandations de l’atelier régional de Niamey tenu en juillet 2015 et de la réunion des directeurs en charge de la gestion des frontières des pays concernés. Son organisation va fournir un support technique afin de permettre aux pays de poursuivre des actions dans la gestion de leurs frontières communes. « Une discussion sur le rôle des patrouilles coordonnées et conjointes représente un atout pour élargir la portée de la coopération bilatérale entre le Mali et le Niger », a assuré Bakary Doumbia.

 
Mme Rabiatou Ganda a salué la pertinence de la rencontre qui se tient dans un contexte sécuritaire difficile pour nos deux pays qui font face à la menace terroriste et divers crimes transfrontaliers. L’atelier va permettre surtout de discuter de cas pratiques de patrouilles mixtes ou cordonnées dans le but de prévenir les menaces et/ou organiser une riposte.
Moro Diakité s’est réjoui de la tenue de cette rencontre qui cadre avec l’initiative régionale visant à renforcer la sécurité des frontières dans le Sahel. Le projet de gestion coordonnée des frontières au Sahel qui couvre le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Mali vise à améliorer les connaissances et les capacités humaines, techniques et matérielles aux frontières des pays concernés, a-t-il rappelé.
« La gestion des frontières constitue un enjeu de première importance pour la sécurité de l’ensemble de la région du Sahel. Pour la cas spécifique du Mali, la difficulté réside dans la porosité de ses frontières tenant à la fois de l’immensité du territoire, de l’étendue de la bande sahélo-saharienne et de la longueur des frontières, soit près de 7000 km partagés avec 7 États voisins », a chiffré le représentant du ministère de la Sécurité et de la Protection civile.

 
Pour lui la sécurité des frontières entre nos États nécessite la création de conditions permettant aux responsables des unités frontalières de sécurité, de communiquer entre eux en vue de faciliter les échanges d’informations sur les activités du banditisme et de la criminalité.

 
Moro Diakité a dénoncé la prolifération des crimes transfrontaliers sous la forme de vols à main armée, de trafic d’armes légères, de vols de bétail, de trafic illicite de drogue, de trafics d’enfants, de véhicules et d’engins à deux roues.

 
« La préoccupation profonde de nos États est que le terrorisme international n’a pas reculé en dépit de la campagne antiterroriste en cours. Il est impérieux pour les États du Sahel de faire montre d’une plus grande détermination et de renforcer leur coopération dans les secteurs de la prévention et de lutte contre le terrorisme en mettant en œuvre les instruments continentaux et internationaux », a préconisé Moro Diakité.

 
Pour lui, un échange sincère d’informations et de renseignements entre les services maliens et nigériens, à travers la formation du personnel et les patrouilles mixtes et/ou parallèles et la création de réseaux de communication transfrontalière, dotés d’équipements et de moyens logistiques adéquats, est indispensable.

B. COULIBALY

PARTAGER

45 COMMENTAIRES

  1. Le plus en plus, nous assistons à une recrudescence du terrorisme et toutes formes d’actions de vandalisme dans nos frontières. Fort de ce constat, notre pays et le Niger décident de solidariser afin de bouter ce phénomène hors de nos frontières travers une initiative sécuritaire. Cette initiative est à point nommé car la lutte anti-terroriste ne peut se gagner sans une solidarité commune.

  2. ” La gestion des frontières constitue un enjeu de première importance pour la sécurité de l’ensemble de la région du Sahel.”
    Effectivement, comme le dit l’adage l’union fait la force, je pense qu’en le faisant, cela favoriserait une meilleure sécurisation de nos frontières communes. Donc, cette initiative est la bienvenue.

  3. Pour ma part, je pense que pour venir a bout de ce fléau mondial qu’est le terrorisme, il faut fédérer nos forces. En effet, cette initiative entre notre pays et le Niger est fort encourageante dans la lutte anti-terroriste.

  4. De plus en plus, nous constatons impuissamment à la recrudescence des actions terroristes dans le monde qui crée ainsi une psychose mondiale. Aujourd’hui, c’est le Mali qui en fait les frais. C’est une interpellation pour dire que, nous sommes tous vulnérables face à cette calamité et nous devons être unis pour lutter farouchement contre celle-ci. En outre, le seul moyen de venir au bout de ce phénomène planétaire est la solidarité, la vigilance, l’engagement de chacun et de tous. Et je trouve cette initiative salutaire entre notre pays et le Niger et partant tous les pays du G5 sahel.

  5. « La préoccupation profonde de nos États est que le terrorisme international n’a pas reculé en dépit de la campagne antiterroriste en cours. Il est impérieux pour les États du Sahel de faire montre d’une plus grande détermination et de renforcer leur coopération dans les secteurs de la prévention et de lutte contre le terrorisme en mettant en œuvre les instruments continentaux et internationaux », a préconisé Moro Diakité.
    C’est de bonne guerre en tout cas car nous partageons des frontières communes et après les actions menées en internes il faut des actions sous régionales et même régionales pour définir une stratégie de lutte commune afin d’éradiquer ce fléau qui menace la vie de nos nations.

  6. D’énormes progrès ont été réalisés dans le domaine de la sécurité mais il faut mettre l’accent aussi sur la coopération sous-régionale et former nos forces afin qu’elles puisset être capables de riposter face à la menace terroriste car le terrorisme est une nouvelle forme de guerre à laquelle nos soldats africains ne sont pas préparés malgré le fait qu’ils se battent pour relever ces défis.

  7. Vraiment que la coopération entre nos différents pays puissent porter ses fruits et que l’Afrique puisse venir à bout du terrorisme. Que le sommet de la CEDEAO puisse prendre des décisions idoines pour que le terrorisme ne triomphe pas de nos institutions et de nos états.

  8. La solidarité des états Africains est la bienvenue. Ainsi, la coopération des différents services de sécurités et la coordination de leurs actions permettra à l’Afrique de vaincre ce fléau. Que des structures comme INTERPOL soit restructuré et participe à cette lutte.

  9. Le terrorisme ne connait pas de frontières comme le président de la république l’a dit.
    Alors il faut que les populations et les pays se donnent la main pour que le monde puisse dépasser cette phase difficile de son histoire et écrire une nouvelle page de son histoire qui sera assez bien joyeuse. Halte au terrorisme !

  10. Au-delà de la coopération internationale demandée par le président Poutine dans la lutte contre le terrorisme il doit avoir la coopération au sein des nations même. L’action de la CEDEAO et de l’OIM est salutaire et montre la solidarité des Africains ainsi tous les fils et les filles des différents pays doivent coopérer avec les services de sécurités et de renseignements en leur fournissant des informations pour l’avancée de leurs investigations dans la traque de ces terroristes.

  11. Nous en appelons à la bonne volonté de tous les pays partenaires pour aider le Mali et le Niger qui ont décidé d’unir leurs forces pour mettre hors d’état de nuire les terroristes qui menace toute la sous région.
    Ce combat ne peut être celui d’un seul pays;alors unissons nous pour le mener à bien.

  12. Étant donné que la paix est une denrée rare,il faut se donner tous les moyens de la rechercher et la sauvegarder lorsqu’elle est menacée.
    C’est pourquoi je préconise que tous les pays se joignent au Mali et au Niger dans cette mission pour mettre fin aux forfaits de ces barbares dans nos régions.

  13. Le terroriste est un phénomène qu’il faut attaquer sur plusieurs fronts avec des moyens conséquents pour pour pouvoir venir à bout.
    Si le Mali et le Niger ont compris les choses sous cet angles,je pense nous pourront rapidement éradiquer ces assassin des nos différents pays.

  14. Nous saluons l’engagement commun de ces deux pays voisins de lutter efficacement contre ce fléau qu’est le terrorisme.
    C’est en mettant nos forces ensemble que nous arriverons à bout des ce forces du mal.

  15. Le phénomène terroriste est devenu un phénomène international.
    Pour pouvoir y remédier efficacement,les pays doit effectivement se donner les mains pour être plus efficaces.

  16. Les états africains sont appelés à former une union pour freiner cette violence au Nigeria, au Cameroun, au Mali et au Niger. Mettons-nous ensemble

  17. Le Mali a toujours mené une lutte contre le terrorisme. Après l’UE, les Etats Unis apportent leur expertise au Mali à travers ces accords car nul n’est à l’abri d’imminente attaque aujourd’hui. Le Nord malien se présente comme une base arrière pour le terrorisme donc un soutien de grande portée pour réussir à les contrer

  18. Les organisations internationales doivent unir leurs forces pour mettre fin à l’avancée du terrorisme en Afrique et maintenant le monde entier dont nous saluons les Etats Unis pour son soutien

  19. Le terrorisme est un frein au développement. C’est une manière de créer la psychose dans le monde. Ce n’est pas une affaire de Mali et Niger mais plutôt une gangrène mondiale

  20. Tout le monde doit se mobiliser contre cet acte qui est devenu est fléau mondial. Je pense que tous les pays voisins sont sous la menace de ces terroristes

  21. Je pensent que tous les pays de l’Afrique de l’ouest devrait de même car de nos jours aucun pays africain n’est sous la menace du terrorisme. Les pays de l’Afrique de l’ouest devrait se mettre ensemble pour protéger leur frontières de plusieurs dangers permanent dont le terrorisme est les plus à craindre. Comme on le dit si bien” l’union fait la force”

  22. Tous les terroristes sont les ennemis de notre pays et celui du Nigeria. C’est dans le but d’éradiquer le terrorisme sur le territoire des deux pays. Le Nigeria et la Mali sont deux pays très menacer par le terrorisme.

  23. C’est une bonne chose vue que le Bko Haran est dans les deux pays, il est tout à fait salutaire que les deux pays collaborent ensemble pour la protections de leurs frontières, des personnes et des biens.

  24. La lutte contre le terrorisme et lutte universelle et ardente. Le fléau sévit partout dans le monde entier, même les grandes puissances sont sous la menace, elle est devenue comme un bâton dans les roues dans l’évolution du monde. Les terroristes nourrissent en eux et son motiver par des arguments diaboliques et déraisonnables.

  25. Le terrorisme est une plaie qui s’agrandit de plus en plus, tout le monde entier est menacé par le fléau. Le gouvernement malien est entrain de tout mettre en œuvre pour que la population malienne soit protégée contre ce fléau cette union avec le Nigeria argumentera encore la lutte.

  26. La lutte contre le terrorisme est une lutte très ardant. Le terrorisme est fléau qui vit partout dans le monde entier. Main dans la main nous pourrons combattre le terrorisme. Le Mali et le Nigeria ont compris cela raison pour laquelle, les deux pays collaboreront dans le seul but de protéger leurs frontières.

  27. Ce n’est qu’en unissant nos forces que nous pourrions combattre le terrorisme. La collaboration entre le Mali et le Nigeria donnera un très grande coup de mécontentement aux terroristes, car la libre circulation entre les frontières est fini. La sécurité sera d’avantage élever dans les zones frontalières.

  28. L'union fait la force. J'encourage ces deux pays et j'exhorte les autres pays à interpréter l'initiative. Si possible même, les Etats africains doivent mettre en place une sorte d'OTAN dans leur continent.

  29. La collaboration frontalière entre ces deux empêchera beaucoup d’eux crime au environ des frontières respectifs des différentes pays. C’est patrouille mixte verra la sécurisation des personnes et de leurs biens contre toute sorte de danger permanente.

  30. L’Etat islamique est actuellement présent sur le continent africain et un seul pays africain ne peut pas faire face à cet EI. Donc si le Mali et le Niger ont décidé de faire front commun pour sécuriser leurs frontières, je crois que c’est une bonne chose.

  31. Ce n’est que main dans la main que les pays africains pourront faire face à la menace terroristes. Les terroristes de nos jours sont partout. Le Mali et le Nigeria pourront travailler ensemble dans le seul but de trouver ensemble au plutôt une solution de sortie de crise.

  32. Je trouve cet union salutaire et objectif, pour la lutte contre la terrorisme contre le terrorisme ce ne sont ni les pays concernés en se moment qui doivent être les seuls engager, tous les pays aujourd'hui son menacer par le terrorisme.

  33. La situation dans laquelle vivent les populations frontalière mérite une collaboration et/ou une coopération militaire entre les pays voisins pour lutter contre l’insécurité qui actuellement fréquente dans presque tous les pays africains.

  34. Le Mali seul ne peut pas faire face à la sécurité de ses frontières. Si tous les pays voisins arrivent à s’unir de la sorte, la sécurité sera au rendez-vous das les pays secoués par l’insécurité.

  35. C’est une bonne chose que le Niger et le Mali fassent front commun pour sécuriser leurs frontière. Comme on le dit très souvent: l’union fait la force.

  36. Nous saluons le Japon pour cette initiative et son investissement dans la sécurité sous-regionale. Le Mali et le Niger peuvent ensemble chasser les brigands des populations civiles de leurs sols.

  37. Aucun des deux pays ne peut seul assurer la sécurité de ses frontières. Donc la situation sécuritaire du Mali et du Niger veut que ces deux pays se réunissent et forment des opérations mixtes pour assurer la sécurité de leurs frontières. 😆 😆 😆 🙄 🙄 🙄

  38. C’est une bonne chose quand les deux pays voisins, le Mali et le Niger s’unissent pour sécuriser ensembles leurs frontières. J’encourage ces opérations mixtes et/ou conjointes.

  39. Si tous les pays de l’Afrique de l’Ouest s’unissent, on pourra facilement éradiquer le terrorisme dans la zone sahélienne. Comme nous le savons tous, ces bandits peuvent taper n’importe que pays et à tout moment.

  40. 🙄 🙄 🙄 🙄 Tous ensemble, nous pouvons lutter contre le terrorisme, cette initiative du Niger et Mali n’est pas à négliger. Pour en finir avec ces individus de mauvaise foi, il faut qu’on se donne la main.

  41. 😉 😉 😉 😉 😉 Enfin une bonne nouvelle, si ces deux pays arrivent à former une coalition. Ils pourront facilement lutter contre le terrorisme. Ensemble nous pouvons lutter contre la corruption.

  42. Le Mali tout comme d’autres pays de la sous-région fait face au terrorisme. Or, si nous nous donnons la main, nous pouvons tous ensemble lutter contre ce fléau et ainsi promouvoir un AFRIQUE sans terrorisme.

  43. Tous ensembles pour la lutte contre le terrorisme, de la même façon que le Mali et le Niger se sont donné la main. Je convie tous les autres pays africains à unir leurs forces pour faire face au terrorisme.

  44. 😉 😉 😉 😉 😉 L’Afrique est le continent le plus touché par le terrorisme si tous les africains forme une coalition. C’est sûr que nous pouvons faire un grand pas ensemble dans cette lutte.

  45. Vive un Afrique sans terrorisme, vive la coopération Mali-Niger contre le terrorisme. J’approuve cette initiative et j’exhorte en même temps tous les autres pays africains à suivre cet exemple.

Comments are closed.