Tahirou Bah altermondialiste devenu jihadiste : «Du désordre renaîtra l’ordre et l’espoir… Encore faut-il y croire et se battre…»

1

“Nous revendiquons les attaques de ce week-end. Nous sommes un groupe armé qui veut le changement de régime au Mali. Nous sommes laïcs”, a déclaré à l’AFP M. Bah, qui a dirigé un mouvement altermondialiste, “les Sans-voix”, ayant participé, il y a quelques mois, à un rassemblement contre la France. La déclaration de Tahirou Bah a été une grande surprise pour beaucoup de jeunes qui l’ont connu avec lesquels il a mené certaines luttes. Mais, pour ceux qui l’observent depuis un certain moment, ce n’est pas surprenant, car il a intégré le réseau des islamistes terroristes.

Ce que nous savons de Tahirou Bah

Tahirou Bah est avant tout un jeune malien instruit, car il est enseignant de son état, très actif dans les actions de la jeunesse malienne. Il prenait récemment part aux meetings de l’Association ‘Mali Te Tila’ sur l’esplanade de la Bourse du travail. Mais en réalité, nous avons connu et travaillé avec Tahirou Bah dans les années 2000 avec nos camarades du Mouvement politique Sadi qui deviendra par la suite le parti Sadi. Il faisait partie à l’époque des jeunes que le Dr. Oumar Mariko appréciait. Au fil des années, force est de reconnaître que Tahirou Bah était devenu trop ambitieux et voulait prendre le leadership dans les manifestations de jeunesse. Il se faisait appeler Che Guevara, le Che avec des discours à l’emporte-pièce et des mots durs poussant les autres jeunes à se minimiser.

Tahirou Bah a péché par finir. Il a compris que les choses ne sont pas faciles. Il s’est éloigné du parti Sadi où il était de plus en plus contesté. Cela fait plus 6 ans que Tahirou Bah n’est plus actif dans les instances du parti Sadi. Il a décidé alors de faire carrière dans la société civile, menant «des luttes sociales».

À la faveur des rencontres des altermondialistes, il y a eu la création du Mouvement des «Sans Voix», branche du Mali. Tahirou Bah, selon nos sources, a détourné des fonds de cette association qui devrait être la Voix des sans voix, NO VOX. Il a quitté cette association pour évoluer en solo. Lors de la présidentielle de 2013, il était proche de l’Urd et son candidat, Soumaïla Cissé, lui a donné un peu d’argent qui lui a servi à ouvrir une école privée à Kalaban-Coura ACI. Il a en tout cas mouillé le maillot pour Soumaïla Cissé lors de la présidentielle.

Il prendra après ses distances d’avec l’Urd pour mener seul des actions et c’est dans cette solitude qu’il s’est exprimé sur les réseaux sociaux au nom du Mouvement populaire pour la libération du Mali (Mpplm). Il nous avait contactés pour une émission sur Klédu afin de défendre ses points de vue dans l’émission «Débats politiques». Malheureusement, on n’a pas pu réaliser cette émission. Mais il y tenait, sachant que beaucoup de monde écoute cette émission.

Tahirou Bah sur les réseaux sociaux

On se demande combien de noms il a sur facebook, tweeter et autres. Récemment, dans une conversation, il nous disait qu’il était devenu chrétien et qu’il se nomme Pasteur Tahirou Joseph Bah. Mais, il a une autre adresse : Tahirou Bah simplement. Sur cette page facebook, avec sa photo en costume blanc, depuis le 16 juin 2015, il est écrit : «Absent»,  posté vers 23 heures. Après cette date, certains de nos camarades l’ont vu vers le Burkina Faso, un pays qu’il fréquente depuis l’éclatement de la crise au Mali. Cela se comprend, car il est en contact avec un autre Malien, enseignant de son état, qui est très proche des rebelles et qui faisait la navette entre Bamako, Ouagadougou et Niamey.

Du 3 juin 2015 au 16 juin 2015, nous avons recueilli quelques messages postés par Tahirou Bah sur sa page : «La politique en Afrique se résume en 4 coups… 1 coup de gueule, 2 coups de poing, 3 coups de pied, 4 coups d’État. Le reste est une peccadille et pure perte de temps… Alors je suis partisan des 4 coups…». C’est avec l’attaque de Misséni que les plus avertis ont compris qu’il a un lien avec les auteurs de cette attaque. Tôt le matin, au moment où les gens cherchaient à savoir ce qui se passait, voici ce qu’il avait posté : «Les Maliens doivent savoir la vérité sur l’attaque de Misséni dans le cercle de Kadiolo… J’insiste, je persiste et je signe, c’est ne pas une attaque jihadiste… allez-y savoir… L’attaque de Misséni, localité de Kadiolo, n’est pas une attaque jihadiste… J’ai eu des amis dans cette localité et j’ai échangé avec les ressortissants de Kadiolo et certains sont même de ce village… Ils ont tous affirmé que c’est un litige qui oppose les peulhs bergers aux autochtones, dans lequel les gendarmes sont impliqués dans le racket et l’extorsion de fonds… ».

D’un  autre côté, il soutient la signature de l’accord pour la paix par la Cma le 20 juin 2015. «Je soutiens entièrement et pleinement la signature complémentaire de l’accord du 20 juin au Mali…Vive la paix des braves ; à bas la guerre sale des pauvres…Le pouvoir est au bout du fusil… Selon le grand timonier chinois… mais la paix aussi est au bout du sacrifice… alors chers compatriotes, allons y vers cette paix… beyi také malila…. allah yé béyé fana… À qui faut-il faire la guerre?»

Toujours, essayant de faire des messages de paix, mais animé de mauvaise foi, il a dit à beaucoup de nos camarades qu’il ne veut pas de ce Mali, qu’il n’est pas contre les Maliens, mais différentes classes dirigeantes du pays de 1960 à nos jours. «Voilà une question à un million de dollars… Je dis ce que je pense… À l’aristocratie arabo-tourego-songhoi de mèche avec l’élite corrompue du sud… Les jeunes Maliens militaires se font tuer depuis 60 ans… Les Touaregs sont aussi tués depuis 60 ans… Malgré tout cela, personne ne fait une analyse révolutionnaire de la question… Cessez de vous entretuer au profit de l’élite… Faisons un front unique et débarrassons le pays de ces canards boiteux… Telle est ma position et j’entends me battre, y compris avec tous les moyens possibles… Vive la justice sociale et politique…». C’est son dernier message avant de poster : «Absent», le 16 juin 2015, soit 10 jours avant les attaques de Nara et de Fakola respectivement dans les régions de Koulikoro et Sikasso.

Le cas Tahirou Bah n’est pas une surprise, car il aime l’argent facile et pense qu’il peut faire bouger les choses et qu’avec son statut de secrétaire général du Mpplm, il aura quelque chose avec les dirigeants qui ont tendu la main aux groupes armés qui s’agitaient sur le terrain.

Kassim TRAORE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. haa le mali tout se fait et tout est possible …mais tahirou que je connais depuis segou n est pas celui dont vou parler non non et non …

Comments are closed.