Accords Maroc-UE : Rachida Dati : “Garantir la sécurité juridique”

0

. “J’appelle la Commission européenne, garante de la bonne tenue des accords commerciaux avec nos partenaires, à trouver une solution sans délai qui sécuriserait l’accord commercial de 2012 avec le Maroc, et qui permettrait de reprendre au plus vite les négociations pour un accord plus approfondi (ALECA)”, a souligné Rachida Dati, jeudi dernier dans un communiqué. La députée européenne a, par ailleurs, insisté sur le rôle du Maroc dans la coopération sécuritaire avec l’Union.

L’eurodéputée française, Rachida Dati a appelé, jeudi, la Commission européenne à garantir la sécurité juridique de ses accords avec le Maroc.
“J’appelle la Commission européenne, garante de la bonne tenue des accords commerciaux avec nos partenaires, à trouver une solution sans délai qui sécuriserait l’accord commercial de 2012 avec le Maroc, et qui permettrait de reprendre au plus vite les négociations pour un accord plus approfondi (ALECA)”, a souligné Rachida Dati dans un communiqué.
L’ancienne Garde des Seaux française a insisté sur la nécessité pour l’Europe de préserver ses relations de partenariat bâties de longue date avec le Maroc “partenaire stratégique de première importance pour l’UE”.
“Nous devons restaurer la confiance au plus vite entre le Maroc et l’Union européenne”, a-t-elle dit, exprimant son attachement à ‘la relation privilégiée qui unit le Maroc et l’Union européenne”.
Réagissant à l’arrêt du tribunal de l’UE sur l’accord agricole avec le Maroc, Rachida Dati a précisé que cette décision, si elle ne reflète aucunement la position de la Commission, du Conseil de l’UE et du Parlement européen, soulève toutefois de nombreuses inquiétudes quant à ses conséquences sur les relations entre l’UE et le Maroc”.
La députée européenne a, par ailleurs, insisté sur le rôle du Maroc dans la coopération sécuritaire avec l’Union.
“Dans un contexte sécuritaire alarmant, nous ne pouvons pas nous passer de l’aide précieuse du partenaire marocain face à la menace terroriste grandissante”, notant que ‘par sa position géographique et par sa stabilité, le Maroc est incontournable dans la lutte contre les menaces qui pèsent aujourd’hui sur notre sécurité”.
Et d’ajouter que ‘pour la France et pour l’Union européenne, le Maroc a vocation à être un allié stratégique”. Elle a, également, souligné l’importance du Maroc en tant que partenaire dans la crise migratoire.
“Face à une crise migratoire sans précédent, l’Union européenne doit travailler étroitement avec les pays du Sud de la Méditerranée.
“L’UE souhaite signer un accord de réadmission des migrants irréguliers avec le Maroc. Comment dès lors expliquer aux autorités marocaines que leur aide est indispensable sur la problématique migratoire, mais que pour autant les relations que nous engageons avec eux sont susceptibles d’être constamment remises en question ? s’est-elle interrogée.
L’arrêt du tribunal de l’UE sur l’accord agricole avec le Maroc a suscité une vive réaction de la part du gouvernement marocain mais également de plusieurs experts, politiques et décideurs en Europe et ailleurs.

PAS DE DECISION SUR LA SUSPENSION DES RELATIONS AVEC L’UE
Le gouvernement a démenti, jeudi, avoir l’intention de suspendre ses relations avec l’Union européenne (UE) suite à l’arrêt du tribunal européen relatif à l’Accord agricole entre les deux parties. “Il n’y a pas de décision sur la suspension des relations du Royaume avec l’UE, mais on s’oriente vers un cadrage et une régulation de nos relations avec l’UE et leur préservation dans le cadre du respect mutuel, tenant en compte les intérêts suprêmes de notre pays”, a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors du point de presse tenu à l’issue du Conseil du gouvernement. “Nos relations avec l’UE sont basées sur la transparence, le partenariat stratégique et le principe de gagnant-gagnant”, a ajouté M. El Khalfi. Dans ce contexte, le ministre a considéré que le recours présenté par le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE contre l’arrêt du tribunal est un “pas important pour corriger cette décision injuste et incompréhensible”.
B.KONE

NOËL DES ENFANTS 2015. L’AMSCID (Association Malienne de Solidarité et de Coopération Internationale pour le Développement), avec l’appui de son partenaire le Secours Populaire Français, a une fois de plus, ravivé le cœur d’une soixantaine d’enfants issus des familles défavorisées. C’était le mercredi 30 décembre 2015 à la Pyramide du Souvenir au cours de sa traditionnelle fête appelée Noël des Enfants.

L’AMSCID respecte la tradition
L’AMSCID a organisé le mercredi 30 décembre 2015 à la Pyramide du Souvenir, la 4ème édition de Noël des Enfants. C’était sous la présidence de M. Bassirou Diarra, président de l’association et en présence de plusieurs hautes personnalités administratives et communales et bien sûr des enfants venus en grand nombre.
Dans son discours, le Secrétaire permanent de l’association, M. Fatoma Francis Dembélé, a mis l’accent sur l’importance de la cérémonie qui réuni chaque fin d’année une soixantaine d’enfants en leur offrant du repas, des vêtements et beaucoup d’autres cadeaux. En effet, il s’agit de raviver le cœur des cœurs à cette période de fêtes de fin d’année. Pour l’année 2015, le choix des initiateurs s’est porté sur les enfants orphelins  du Centre Jigiyaso de Dialakoroba, les enfants orphelins de guerre (dont leurs parents sont tombés sur le champ d’honneur) et les enfants défavorisés de Baco-Djicoroni.
Poursuivant, le secrétaire permanent a appelé les Maliens de l’intérieur comme de la diaspora, à mettre en place une chaine de solidarité en faveur des enfants diminus. Car, dira-il, notre pays, le Mali, a besoin de tous ses enfants pour la construction de l’édifice nationale.
A travers cette manifestation, l’AMSCID veut créer un environnement d’épanouissement social et culturel pour les enfants issus des familles diminues et des orphelins de guerre. Solidarité, partage, entraide, partenariat, coopération et développement, tels sont, entre autres, le crédo, la conviction et l’orientation de l’Association pour l’édification d’un Mali uni et fort dans sa grande diversité.
Cette action de solidarité a été rendue possible grâce à l’appui d’un partenaire stratégique et historique de l’AMSCID, il s’agit bien du Secours Populaire Français. Une structure qui œuvre inlassablement depuis des années à côté de l’AMSCID à travers des actions de solidarité et projets pour l’amélioration des conditions de vie des populations.
En guise de cadeaux supplémentaires de fin d’année, l’Association Malienne de Solidarité et de Coopération Internationale pour le Développement envisage, dans les prochains jours, la mise en place d’un Club d’enfant  s appelé ” Copain du Monde “. Copain du Monde est le mouvement d’enfants du Secours Populaire Français créé en 1992 et présent dans près de 40 départements en France. Il existe aujourd’hui plus de 60 clubs d’enfants ” Copain du Monde ” à travers le monde.
Aux dires du représentant du Maire de la Commune III du District de Bamako, cette cérémonie, certes modeste, mais est pleine de significations car il s’agit de la cause des enfants issus des familles défavorisées. C’est pourquoi d’ailleurs, au nom du Conseil communal, M. Ousmane Camara a rassuré l’AMSCID de l’accompagnement de la mairie.
C’est dans la joie et l’allégresse que cette manifestation a pris fin avec des pas de danse des parents aussi bien des enfants en liesse totale.

Youssouf SANGARE

PARTAGER