La justice française autorise l’accès aux archives de Mitterrand sur le Rwanda

3

Le Conseil d’État a estimé que le chercheur François Graner avait « un intérêt légitime à consulter ces archives pour nourrir ses recherches historiques ». 

François Graner va pouvoir consulter les archives de François Mitterrand sur le Rwanda. Après cinq années de procédure, la justice française a donné son feu vert à ce chercheur, auteur de plusieurs livres sur la France au Rwanda. Ce dernier, proche de l’association Survie engagée contre la Françafrique, s’est réjoui d’une « très très bonne nouvelle ».

Lire aussi Rwanda – Paul Kagame, le grand entretien

Le Conseil d’État, plus haute juridiction administrative en France, a estimé que François Graner avait « un intérêt légitime à consulter ces archives pour nourrir ses recherches historiques et éclairer ainsi le débat sur une question d’intérêt public ». Les archives concernées comprennent notamment des notes rédigées par les conseillers du président et des comptes rendus de réunions du gouvernement. Elles sont couvertes par un protocole qui ne prévoit leur ouverture générale au public que 60 ans après sa signature, en 2055. Mais « la protection des secrets de l’État doit être mise en balance avec l’intérêt d’informer le public sur ces événements historiques », a souligné le Conseil d’État.

Accès d’ici à trois mois

En conséquence, la justice administrative a enjoint au ministère français de la Culture, qui s’était opposé à la demande du chercheur, de lui ouvrir dans les trois mois l’accès aux archives réclamées. « On n’attend pas de scoop de ces archives, dont certaines sont déjà connues », a souligné François Graner. « Mais on veut pouvoir faire un travail de fond, sérieux, serein, pour comprendre ce que chacun savait à ce moment » de l’Histoire.

Lire aussi Génocide au Rwanda : « On ne peut se satisfaire des seules accusations contre la France »

Les zones d’ombre sur le rôle de Paris avant, pendant et après le génocide des Tutsis au Rwanda – qui fit selon l’ONU au moins 800 000 morts d’avril à juillet 1994 – restent une source récurrente de polémiques en France, accusée d’avoir été complice ou d’avoir soutenu, avant et pendant le génocide, le pouvoir extrémiste hutu.

Déclassification en 2015

L’ancien président socialiste François Hollande avait annoncé en 2015 la déclassification des archives du fonds François-Mitterrand, mais leur accès est resté très limité, et la mandataire du fonds, Dominique Bertinotti, a souvent été accusée de verrouiller ces archives. L’actuel chef de l’État, Emmanuel Macron, a annoncé en 2019 l’ouverture des archives françaises concernant le Rwanda entre 1990 et 1994, mais à une commission d’historiens ad hoc.

Lire aussi Rwanda – Gal Bentégeat : « Avant même qu’elle se soit engagée, l’attitude de la France a été dénoncée »

La décision du Conseil d’État « est une victoire pour le droit mais aussi pour l’Histoire », s’est félicité l’avocat de François Graner, Me Patrice Spinosi. « Elle vaut pour le Rwanda, mais plus généralement pour toutes les archives présidentielles », a-t-il souligné, estimant que « le droit à l’information l’avait emporté ».

Lire aussi Rwanda : une commission d’enquête et beaucoup de questions

« Désormais, les chercheurs, comme François Graner, vont pouvoir avoir accès aux archives présidentielles du président Mitterrand pour faire toute la lumière sur le rôle de la France au Rwanda en 1994 et 1995 », a-t-il ajouté. Parmi les points les plus disputés figurent l’ampleur de l’assistance militaire apportée par la France au régime du président hutu rwandais Juvénal Habyarimana de 1990 à 1994 et les circonstances de l’attentat qui lui coûta la vie le 6 avril 1994, élément déclencheur du génocide.

Publié le 12/06/2020 à 16:47 | Le Point.fr

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA KOLO

    VOICI UNE DES MULTIPLES PREUVES QUE TOUTE RELATION AVEC LA FRANCE DOIT ETRE INTERDITE:

    In the early era of French colonialism in Mali, the French authorities appointed Muslim relatives of El Hadj Umar Tall as chiefs of the Bandiagara—despite the fact that the area has been a Dogon area for centutries.

    In 1864, Tidiani Tall, nephew and successor of the 19th century Senegambian jihadist and Muslim leader—El Hadj Umar Tall, chose Bandiagara as the capital of the Toucouleur Empire thereby exacerbating the inter-religious and inter-ethnic conflict.

    In recent years, the Dogon accused the Fulanis of supporting and sheltering Islamic terrorist groups like Al-Qaeda in Dogon country, leading to the creation of the Dogon militia Dan Na Ambassagou in 2016—whose aim is to defend the Dogon from systematic attacks.

    That resulted in the Ogossagou massacre of Fulanis in March 2019, and a Fula retaliation with the Sobane Da massacre in June of that year.

    In the wake of the Ogossagou massacre, the President of Mali, Ibrahim Boubacar Keïta and his government ordered the dissolution of Dan Na Ambassagou—whom they hold partly responsible for the attacks.

    The Dogon militia group denied any involvement in the massacre and rejected calls to disband.


    SOURCE : https://en.wikipedia.org/wiki/Religious_persecution#Persecution_of_Dogons

    CHOSE FLAGRANTE : L’ ARTICLE N’ EST PAS TRADUIT EN FRANCAIS.

    LA CAUSE?
    RÉPONSE:
    LA FRANCE CONTINUE Á UTILISER LE DJIHAD-TERRORISME-ISLAMISTE CONTRE LES PEUPLES INTEGRES DU MALI.

    DONC , CELA FAIT 150 ANS QUE LA FRANCE POURSUIT LA MEME STRATÉGIE DE CONQUETE, PAR LE TERRORISME ISLAMISTE INTERPOSÉ…!!

  2. MITERRAND N ETAIT QU UN FACISTE, UN AUTRE DES FRANCAIS ET EUROPEENS DU MOYEN ORIENT COMME DE SON NOM MI-TERRE-AND.

    DES FOUS SUPREMATISTES QUI PENSENT QUE LA VIE DU NOIR N EST RIEN, QU IL NE DOIT MEME PAS DECIDER DE SA VIE.

    • Il ne faut pas oublier le dossier de Thomas Sankara au Burkina Faso car Mitterand-Houphouet-Blaise est l’axe le plus convaincant dans ce crime contre une nation libre!

Répondre à MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA KOLO Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here