Le Maroc à l’OCDE à Paris : Faire du capital humain un facteur de production

0

 “La stratégie pour l’emploi à l’horizon 2025 marque une rupture avec les politiques actuelles et élargit les cibles sociales”, a déclaré le Ministre marocain de l’Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki qui intervenait, à Paris, lors de la réunion ministérielle de l’OCDE sur l’emploi et le travail.

 La stratégie nationale pour l’emploi à l’horizon 2025 marque une rupture avec les politiques d’emploi actuelles, centrées sur la primo-insertion des jeunes diplômés et s’appuyant sur les politiques actives de l’emploi et la législation du travail, a affirmé, à Paris, le ministre de l’Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki.

Cette stratégie ouvre un éventail plus large de cibles sociales et vise à mobiliser l’ensemble des leviers permettant de promouvoir l’emploi décent à travers une croissance riche en emplois productifs et de qualité et l’accroissement de la participation des jeunes diplômés, des jeunes déscolarisés précocement et confrontés à un travail précaire et des femmes soumises à l’inactivité et à la discrimination à l’emploi, a expliqué Abdeslam Seddiki qui intervenait lors de la réunion ministérielle de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur l’emploi et le travail. Avant d’ajouter qu’elle visait aussi à renforcer l’égalité dans l’accès aux emplois et à réduire les disparités territoriales d’emploi.

Le Ministre a également indiqué que cette stratégie visait la mise en cohérence de l’action publique économique et sociale autour de l’emploi qui devient une responsabilité transversale impliquant l’ensemble des acteurs de la société, tout en précisant que cette nouvelle approche repose sur l’implication de l’ensemble des secteurs ministériels, des corps élus de la nation, des partenaires sociaux, du secteur privé et de la société civile.

Parmi les axes prioritaires de cette stratégie, M. Abdeslam Seddiki a cité l’orientation des politiques macroéconomiques et territoriales vers la création de nouvelles opportunités d’emploi, la valorisation du capital humain, l’amélioration des programmes actifs de l’emploi et le renforcement de l’intermédiation sur le marché de travail, ainsi que l’amélioration de la gouvernance du marché du travail.

  1. Abdeslam Seddiki a par ailleurs insisté sur la nécessité de faire du capital humain un facteur de production stimulant une croissance économique génératrice d’emplois qualifiés et décents, plaidant pour la valorisation de la force de travail féminine et l’assurance d’une offre d’éducation et de formation de qualité tout le long de la vie et l’élargissement du champ de la protection sociale.

Dans ce cadre, les objectifs opérationnels sont définis parmi lesquels le renforcement de la lutte contre la déscolarisation des filles et une intervention spécifique des services publics d’intermédiation pour favoriser l’entrée des femmes en activité, a-t-il affirmé.

Il s’agit aussi de la promotion d’emplois de proximité et de services à forte intensité féminine, outre la mise en place d’actions d’appui à l’égalité de genre en milieu professionnel, et des mesures visant à améliorer la conciliation entre travail et famille ainsi que la sécurité dans le travail, a ajouté le ministre.

Sur un autre registre, M. Abdeslam Seddiki a indiqué que le cadre réglementaire du marché de travail au Maroc ne présente aucun biais discriminatoire lié au genre en amont et après l’accès à ce marché, rappelant que dans le système de l’enseignement et de la formation professionnelle, aucun texte de loi ne limite ou n’interdit l’accès des filles à la scolarisation ou une quelconque formation professionnelle.

Malgré ces acquis sur le plan réglementaire, certaines formes de discrimination liées au genre persistent dans les pratiques au quotidien et continuent d’engendrer des inégalités liées au genre en termes d’accès à l’enseignement et à la formation, de participation à l’activité économique et de conditions du travail, a déploré le ministre, notant que les politiques et programmes visant à améliorer le fonctionnement du marché du travail doivent tenir compte des différents besoins de l’ensemble des citoyens et des contraintes diverses auxquelles ils font face.

Par ailleurs et intervenant à la clôture de cette réunion ministérielle, le Ministre Abdeslam Seddiki a exprimé les remerciements du Maroc à l’OCDE pour le soutien et la confiance en le Royaume, choisi pour abriter le Forum international pour l’Emploi prévu en mars prochain à Marrakech.

Cette rencontre a réuni les ministres de plus de 40 pays membres de l’OCDE et de pays partenaires afin de procéder à un échange enrichissant d’idées et d’expériences sur les moyens à mettre en œuvre pour bâtir des marchés du travail plus résilients et inclusifs.

La veille de la réunion ministérielle, Abdeslam Seddiki a pris part à un Forum stratégique sur l’avenir du travail organisé dans l’objectif d’analyser les effets de la numérisation de l’économie sur le monde du travail et les implications sur les politiques de l’emploi et les compétences. A rappeler que le Maroc et l’OCDE ont renforcé leur partenariat à la faveur du programme-pays signé le 15 juin dernier à Paris entre les deux parties.

Fruit d’un long processus de coopération entre le Maroc et l’Organisation, cet instrument réservé à un nombre très limité de pays permettra de mieux insérer le Royaume dans les différents mécanismes et groupes de travail de l’Organisation.

 

B.KONÉ

PARTAGER