Renouveau démocratique au Burkina Faso: Que le Lt. Colonel Zida chasse le MNLA

4
Burkina Faso: situation toujours confuse et intenses tractations
Le lieutenant-colonel Isaac Zida, lors d’une rencontre avec des représentants de l’opposition burkinabè, le 2 novembre 2014 à Ouagadougou.
REUTERS/Joe Penney

Pendant que  le peuple Burkinabé tout  entier salue le départ de celui qui pendant plus de 27 ans a dirigé le Burkina Faso d’une main de fer avec à la clé la liquidation systématique de tous les opposants, les leaders du MNLA sont devenus des  orphelins. Depuis sa chute, les groupes armés qui combattent le Mali se demandent sur leur sort. Sans asile politique, ni avec de statuts de réfugiés, il n’est pas certain que les nouvelles autorités puissent continuer à les héberger dans des palaces 5 étoiles  pour des raisons surtout économiques. Mais surtout  du renouveau démocratique amorcé par le Faso.  

 

 

Le Mali à la Baraka, fulmine ce citoyen lambda, très remonté contre Blaise : «  avec le départ de cet assassin qui est derrière tous les malheurs  de la sous région, nous connaitrons enfin la paix ». Comme lui, ils sont nombreux ceux qui pensent la même chose. Les événements se sont accélérés à partir du mardi, suite à l’entêtement de celui qui est désormais  l’ex homme fort du palais de Kossyam de modifier l’article 37 de la constitution qui constituait  un verrou pour sa réélection. L’homme du 15 octobre 1987 pouvait encore sauver la face, s’il avait vite écouté son  peuple, mais, il pensait que ce peuple est toujours ce mouton de panurge qu’on peut manipuler à volonté. Mercredi, comme un château de carte  tout le système s’effondre, l’Assemblée Nationale où l’article devait être tripatouillé est tout simplement incendié par les manifestants.  Le président tente de jouer à l’apaisement mais le  peuple demande tout simplement sa démission, il se rend à l’évidence. Il finit sa course avec ses proches  dans une villa huppée du bélier de  Yamoussokro feu Felix Houphouët Boigny. La chute  du « Zigouilleur de Ziniaré » a été plutôt bien accueilli par des pays voisins comme le Mali. Depuis le déclenchement des hostilités  dans le nord du Mali, les leaders des  groupes armés ont établi leur quartier général dans le quartier huppé de Ouaga 2000, sous la protection du président Compaoré. Certains parmi eux logent même dans des suites présidentielles dans des hôtels cinq étoiles et parfois passent sous le nez des officiels Maliens en mission  au Faso. Lorsque Bilal AG Charif  a été blessé par les combattants du MUJAO, le président Compaoré a envoyé un hélicoptère pour le récupérer.

Au Burkina, même la population estime que les leaders des groupes armés  opposés au Mali sont persona non grata et qu’ils doivent aller se faire voir ailleurs. Le Mali n’est pas le seul pays à se plaindre des agissements de l’ex-dictateur Burkinabé. Selon, des observateurs  Ouest Africain avertis, il serait à l’origine de la déstabilisation du Liberia par le truchement de prince Johnson celui qui a infligé à Samuel Doe les pires sévices. Le président Maouya Ould Taya en son temps avait mis sur le compte du Faso les tentatives de coup d’Etat qui ont émaillé son régime. Blaise, dans sa turbulence va jusqu’à héberger les forces nouvelles qui combattaient le pouvoir de Laurent Gbagbo.  Tout comme le Colonel Kadhafi, Blaise ces dernières années a voulu se racheter en jouant au sapeur pompier, ainsi on l’a vu posé avec Laurent Gbagbo à Bouaké. Avec son nouveau manteau d’homme de paix, il sera dépêché par la CEDEAO, pour faire raisonner Moussa Dadis Camara l’ex  chef de la junte Guinéenne. Un officier qui est sous ses grâces à Ouaga.  Après la chute du président Amadou Toumani Touré, il sera le médiateur attitré de la CEDEAO, dans  la gestion de la crise Malienne avec Djibril Ypené Bassolé son ministre des affaires étrangères. Quand Tandja s’est entêté à prolonger son mandat dans le cadre du Tazartjé, il lui  conseillera de respecter la constitution. Sauf que le faiseur de paix chez les autres a oublié que lui aussi dirige des hommes et  qu’un jour il devrait partir. Celui qui pendant 27 ans a su étouffer par la terreur  tous les mouvements de contestation.  On, lui reproche la mort de son compagnon d’infortune Thomas Sankara , de la mort de son N02 Henry Zongo , de Boucary Lingani , du journaliste Norbert Zongo , du chanteur Black SO MAN.  Beaucoup au sein de la classe politique estime que Blaise devait passer devantla justice pour répondre de ses crimes. Le  fils de Zignaré, le fils adoptif de Felix  a oublié qu’avant des dictateurs pires que lui ont passé, tels que Idea Min  Dada le requin de Kampala qui s’amusait à donner ses ennemis aux crocodiles,  Papa  Mobotu qui  se faisait passer pour un ange au moment de l’ouverture de ‘’télé Zaïre’’ et Hitler qui entendait au nom de la solution finale exterminer le peuple juif. Blaise rejoint ainsi la longue liste des dictateurs qui ont été contraints d’abandonner  leurs pays à savoir  Ferdinand Marcos des Philippines, Jean Jacques Duvalier Baby Doc avec les tontons Macoutes qui semaient la terreur  en HAITI,   Mohamed  Siad Barré de la Somalie,  Hasting Kumusu Banda du Malawi.

En tout cas, le premier acte fort du Lieutenant Colonel Isaak Zida sera de ramener dans un vol charter la racaille du MNLA. Une action qui pourra faire du Mali son pays ami dans le soutien qu’il compte acquérir pour diriger la transition.

Badou S. Koba    

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. POUR CEUX QUI N’ONT PAS ENCORE SAISI LES NOUVELLES FORMES DE L’IDIOTIE PATHÉTIQUE. L’IDIOT EN FAIT C’EST CELUI QUI INCONSCIEMMENT FAIT PREUVE DE PROPOS ET D’ACTES INCONSISTENTS,….

    DERNIERES NOUVELLES DU FASO:
    Les partis et formations politiques de la majorité de l’ancien régime de Blaise Compaoré se disent “disponibles” à travailler avec les nouvelles autorités de la transition pour aboutir à des élections libres et transparentes.
    Dans un communiqué rendu public mardi, le Secrétaire national exécutif du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, de l’ ancien régime renversé), Assimi Kouanda a indiqué que tous les partis politiques qui soutenaient le programme de Blaise Compaoré sont prêts à travailler avec les autorités de la transition pour la reconstruction du pays.

    Selon lui, les partis politiques de la majorité marquent leur totale disponibilité à travailler avec les autorités de la transition […] dans un Etat de droit, où seul le peuple souverain confère à chaque parti qui ambitionne gérer le pouvoir d’Etat, sa juste place, à travers des élections libres, ouvertes, démocratiques et transparentes.

    LES PRÉVILEGES LES ONT RENDUS IDIOTS, IDIOTS Á JAMAIS … .
    JUGEZ-EN !!

  2. Ah oui la baraka du Mali on la connait !!! C’est de fuir toutes les responsabilités et de refuser tout quitte à revenir sur sa décision après!!!! Pauvre Mali qui attend les autres pour qu’ils lui fasse ce qu’elle n’a pas pu faire (chasser le MNLA)!!

    • Si le Mali n’avait pas chassé le Mnla… pourquoi ses dirigeants seraient-ils dans les hôtels de Ouaga ?

      Tout le monde chasse le Mnla…

      Ançardine les a chassés de Tombouctou… Non ?

      Le Mujao les a massacrés à Gao… et Blaise les as exfiltrés avec son hélico… Non ?

      Le GATIA vient de les chasser… ils ont trouvé le refuge au Burkina ! … Non ?

      A vrai dire… ces gens là sont nos frères égarés, perdus par leurs racisme… leur comportement féodal ! … Le monde a changé, vous savez ?

      il faut qu’ils reviennent à la maison et demandent pardon à la nation entière pour les crimes qu’ils ont commis…

      Revenez à la maison au lieu d’aller pourrir la vie chez les autres… Il n’y a plus personne au Burkina pour vous héberger et vous dresser contre le Mali !

      Le Mali est un pays béni ! …

      L’azawad n’est qu’un pâturage de la vaste région de Tombouctou où pousse l’herbe pour les chameaux ! 😀 😀 😀

Comments are closed.