35 C
Bamako
sam 31 Oct 2020 - 13:20
Accueil Monde

Trump qualifie l’enquête du « New York Times » sur ses impôts de « fake news »

1
750 dollars, soit 643,23 euros : c’est le montant de l’impôt sur le revenu qu’aurait payé le milliardaire Donald Trump en 2016, c’est-à-dire l’année de son élection à la présidence des Etats-Unis, puis autant en 2017. Au cours de dix des quinze années précédentes, il n’aurait même rien payé du tout, selon des révélations explosives du « New York Times », parues le dimanche 27 septembre.

Une situation invraisemblable que le quotidien explique par les pertes financières importantes de la Trump Organization, ainsi que par l’application de déductions fiscales sur ses résidences, son avion privé ou même ses frais de coiffeur dans le cadre de ses apparitions dans des émissions télé.

La bombe du « New York Times » sur les impôts de Trump lui sera-t-elle fatale ?La contre-attaque trumpienne ne s’est pas fait attendre : dimanche 27 septembre, ayant recours à sa parade habituelle, le président américain a qualifié les informations du quotidien de « fake news » :

« C’est complètement bidon. C’est inventé. »

Regardez sa réaction en vidéo :

« En réalité, je paye des impôts », a affirmé Donald Trump devant la presse. D’après lui, ses déclarations sont en train d’être contrôlées par l’IRS, le fisc américain, qui ne le « traite pas bien ».

Trump n’a payé que 750 dollars d’impôt sur le revenu l’année de son électionA ce jour, le chef d’Etat américain n’a jamais diffusé publiquement la moindre déclaration d’impôts, contrairement à l’usage en vigueur depuis les années 1970 pour les locataires de la Maison-Blanche.

SOURCE: www.nouvelobs.com

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. We will see if this is another of your base-less end-less fake news claims. Ce mec risquera d’aller en prison apres la presidence. Le prix du narcicisme est une vision inflatee du soi qui produit un complexe qui est sans doutes tres maladaptif. Connaitre sa juste valeur est d’importance capitale dans la vie d’un humain. On cassera toujours la gueule d’un gueulard pompeux… tout simplement une question de temps.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here