Lutte anti-terroriste : 12 suspects transférés à Bamako

1
Mali: beaucoup de questions en suspens après l'attaque de Sévaré
Les murs de l’hôtel Byblos de Sévaré criblé de balles après l’attaque armée, le 8 août 2015.
AFP PHOTO / STRINGER

Plusieurs arrestations ont été opérées à Mopti dans le cadre de la traque des jihadistes. Un suspect a été interpellé dans l’enquête de la prise d’otage de Sévaré, alors que 11 autres présumés jihadistes ont été arrêtés dans une autre affaire. Pour l’instant très peu d’informations filtrent sur ces interpellations. Selon des sources sécuritaires proches de l’enquête, certaines des personnes retenues pourraient avoir « un lien direct » avec Amadou Koufa, le prédicateur peuhl dont un lieutenant a  revendiqué l’attaque de l’hôtel « Byblos ».

Plusieurs arrestations ont été opérées à Mopti dans le cadre de la traque des jihadistes. Un suspect a été interpellé dans l’enquête de la prise d’otage de Sévaré, alors que 11 autres présumés jihadistes ont été arrêtés dans une autre affaire. Pour l’instant très peu d’informations filtrent sur ces interpellations. Selon des sources sécuritaires proches de l’enquête, certaines des personnes retenues pourraient avoir « un lien direct » avec Amadou Koufa, le prédicateur peuhl dont un lieutenant a  revendiqué l’attaque de l’hôtel « Byblos ».

A ce stade, les enquêteurs n’excluent aucune piste. Les 12 suspects interpellés par les forces armées sont retenus à la gendarmerie de Mopti. Après leur identification et les premiers interrogatoires, ils devraient être transférés à Bamako pour être à la disposition des services spéciaux.

Selon des sources sécuritaires, un des suspects pourrait être impliqué dans la prise d’otage de Sévaré. Quatre autres individus ont été interpellés dans une autre affaire, toujours en lien avec la lutte anti-terroriste. Tous sont soupçonnés d’avoir « des contacts directs avec Amadou Koufa », le leader du Mouvement de Libération du Macina, qui a revendiqué l’attaque de Sévaré. 7 autres sont soupçonnés d’être des « complices ».

Originaire de Mopti, Amadou Koufa est connu pour ses prêches, jugés « extrêmes », lors desquels il prône l’application de la Charia. Lors du déclenchement de la crise au Nord du Mali en 2012, il a rejoint le groupe jihadiste Ançar-Dine, dirigé par Iyad Ag Ghali.

« Les enquêteurs cherchent à voir si les 12 suspects ont un lien avec des réseaux ou entreprises terroristes », explique un responsable militaire que nous avons joint.

Vendredi, la prise d’otage dans un hôtel de Sévaré a causé la mort de 13 personnes, selon le bilan du gouvernement malien. Parmi les victimes, cinq terroristes ont trouvé la mort lors de l’assaut lancé par les forces spéciales maliennes.

Avec Studio Tamani

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.