Mali: le point sur le programme «désarmement, démobilisation, réinsertion»

4
Attaque meurtrière contre un convoi de soldats maliens dans le centre du pays
Des soldats maliens à Diabaly, dans le centre du pays. © REUTERS/Joe Penney
Après la réunion à Bamako des bailleurs de fonds sur le financement du programme DDR (désarmement, démobilisation, et réinsertion) vendredi dernier, le président de cette importante structure a rencontré la presse samedi 10 décembre dans la capitale malienne pour faire le point sur la somme déjà mobilisée, le mode d’emploi, et les combattants concernés par le volet « réinsertion » du programme DDR.

Après un premier tour de table, 25 millions de dollars ont été mobilisés pour le programme « désarmement, démobilisation et réinsertion » (DDR). Pour le président de la Commission nationale DDR, c’est une excellente nouvelle.

« Le fait que les partenaires, déjà avec le gouvernement du Mali, mobilisent 50% des ressources, sur un programme qui doit s’étaler sur 3-4 ans au maximum. Je crois que c’est une première », estime Zahabi Sidi Ould Mohamed.

Environ 10 000 combattants de différents groupes armés maliens signataires de l’accord d’Alger sont concerné par le volet « réinsertion » du projet. Ils seront dans un premier temps cantonné pendant 45 jours sur les 8 sites. La suite ?

« Une fois que le combattant vient, il va voir s’il veut faire carrière dans le corps habillé. Les autres options c’est la réinsertion dans la vie civile ou l’intégration dans la fonction publique », explique Zahabi Sidi Ould Mohamed.

Le programme prévoit également le financement de projets pour aider les populations locales victimes de violences. Et outre le nord, le centre du Mali abritera une antenne locale du programme DDR.

Par RFI Publié le 11-12-2016

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Mon frère, tu veux avoir du boulot au Mali? Prends les armes, seule chose rentable….

  2. c’est triste pour la région de kayes qui soutient fortement le budget de l’état à travers ses ressources minières et douanières sans compter ses impôts, dont la population n’a jamais pris des armes qui souffre aussi de chômage comme s’il faut forcement les armes pour être intégré dans la fonction publique de l’état. je pense que quand il s’agit de la justice, c’est la justice pour tous non pas pour une partie.
    les kayesiens ont immigré pour ramener le plu-valu à l’économie de son pays et sans compter ses efforts de développements communautaires à travers la construction des c.s.com, des écoles, des adductions d’eau potable et même la construction des routes. ses efforts ne doivent-ils pas inspirer les autres?????????????

  3. Chômeur Malien où vas – tu? je vais prendre des armes contre ma patrie pour pouvoir intégrer la fonction publique.

  4. Merci des efforts déployés pour la paix qui n’a pas de prix. Quel traitement allez vous accorder aux autres fils du pays chômeurs qui n’ont pas pris les armes et qui ont opté pour la paix en terme d’emploi? Ne serait-il pas mieux d’éliminer le concours de la fonction Publique au Mali sinon çà couve une discrimination car n’importe quel malien peut………. devinez le reste!

Comments are closed.