Mise en œuvre de l’accord pour la paix : Me Harouna Touré déplore la mollesse du gouvernement

29

Le porte-parole de la Plateforme des mouvements armés du Nord, Me Harouna Toureh, a ouvertement accusé le gouvernement malien de ne pas être suffisamment fort dans la mise en œuvre de l’accord. Il s’est exprimé samedi à Bamako, à l’occasion d’une conférence sur la paix. Cette rencontre a été organisée par le Parti pour la renaissance nationale (Parena), un parti de l’opposition. L’ensemble des mouvements armés et la classe politique malienne étaient présents à cette rencontre.

 

Dans un discours de plus d’un quart d’heure, Me Harouna Toureh a énuméré un certain nombre de points de blocage qu’il attribue au gouvernement malien. Selon lui, “il n’y a pas suffisamment de motivation et d’engagement” de la part des autorités maliennes.

Pour Me Toureh, “le gouvernement tarde à mettre en œuvre les mesures de confiance mentionnées dans l’accord de paix”. Il estime que “ces mesures doivent permettre l’installation de l’administration et le redéploiement progressif de l’armée régulière dans les zones encore sous contrôle des groupes armés”.

Tout au long de son discours, Harouna Toureh a tenu à rappeler à la classe politique malienne, “la nécessité d’être ensemble dans une gouvernance inclusive où opposition et majorité pourront faciliter l’instauration d’un climat apaisé”. Ce climat, poursuit-il, “est utile à la fois pour rassurer les populations, mais aussi la communauté internationale dont le soutien est qualifié d’historique”. Le porte-parole de la Plateforme a ensuite insisté “sur la bonne entente qui existe entre les mouvements CMA et Plateforme”.

Il s’agissait donc, pour le Parena, d’amener tous les acteurs à discuter de la mise en œuvre de l’accord et de faire des propositions pour le retour définitif de la paix au Mali.

Au micro de Studio Tamani, Me Harouna Toureh, porte-parole de la Plateforme, a déclaré que “l’accord est en péril, si l’accord est en péril, c’est le Mali qui est en péril. Le Mali a besoin d’être sauvé. Nous avons remarqué qu’il n’y a pas suffisamment de motivation. Il n’y a pas suffisamment d’engagement global bien pensé, bien réfléchi de la part du gouvernement du Mali, à aller de façon claire dans la mise en œuvre de cet accord. Et le Mali est absent du Nord. Ce que nous disons, vous qui êtes les hommes politiques qui avez cette capacité de parler de vous faire écouter. Je parle aussi bien de la majorité présidentielle que de l’opposition. Je vous demande de vous mettre ensemble, c’est pour dire qu’il faut que les Maliens se remettent ensemble. De faire un travail pas simplement de simple collaboration, mais d’implication et inclusivité permanente de façon à ce que cet accord qui est une chance pour nous puisse voir le jour. Et que le Mali soit sauf. Il faut que les Maliens aussi entre nous tous, on se pardonne, militaire, civil, jeune. C’est ensemble que nous sauverons le Mali”.

Au même moment, le secrétariat permanent du Comité national de coordination de la mise en œuvre de l’accord en partenariat avec le ministère de la Réconciliation nationale a organisé ce un atelier d’échanges. Il s’agissait de soumettre aux parties signataires un guide méthodologie de l’accord pour la paix et la réconciliation. Selon les organisateurs, le document doit permettre de mieux interpréter l’accord de paix.

L’ancien ministre, Lassine Bouaré a indiqué que “le guide explique pédagogiquement et didactiquement le contenu de l’accord, en proposant un outil permettant à quiconque de pouvoir administrer une formation articulée autour de ce dit accord. Plusieurs personnes sont curieuses de savoir ce qu’il y a dans l’accord. C’est pour satisfaire ces curiosités qu’il y a des initiatives de formation. Mais qui dit formation, bien sûr parle de nécessité d’avoir un instrument. On est à la phase de prise en compte des observations et des commentaires des uns et des autres. Parce qu’il s’agit d’un projet et qui a été réalisé et testé. Mais il ne saurait être définitif. Le processus de finalisation essaye d’intégrer nécessairement les commentaires des premiers acteurs que sont ceux qui sont parties prenantes au dit accord, pour intégrer justement leurs commentaires et leurs observations”.

Les mouvements armés dont la CMA et la Plateforme saluent cette initiative du gouvernement. Selon leur porte-parole, ce genre de partage d’informations permet de dissiper les malentendus entre les parties.

Mahamadou Djéry Maïga, leader du MNLA, a déploré toutefois, l’absence d’experts des mouvements parmi les concepteurs du présent guide méthodologique. “On a été convié par le ministère de la Réconciliation et par le secrétariat permanent pour l’application de l’accord de paix. C’était pour nous présenter un guide méthodologique sur lequel des experts ont eu à travailler ; le partager avec nous. Pour qu’on puisse aussi dire notre dernier mot sur le contenu. Nous, nous voudrons que tout soit par une manière participative. C’est-à-dire, quand le gouvernement prend l’initiative de faire un guide ou quel que soit ce qu’ils vont faire, qui concernera l’accord de paix, qu’on puisse associer les mouvements. Cela nous permettra de parler d’une même voix, créer la symbiose entre nous et ça évitera aussi des escarmouches entre nous. C’est ce que nous venons de les expliquer. On leur a dit que nous respectons quand même les experts qui ont travaillé sur le document. Parce que c’est un document précieux. C’est une manière d’enseigner l’accord de paix aux populations. Donc c’est une bonne chose”.

Avec Tamani

 

PARTAGER

29 COMMENTAIRES

  1. je demande à la population Malienne de se donner la main pour la bonne gestion de pouvoir de l’Etat, je crois que depuis la signature de l’accord de paix le Mali vivait dans une atmosphère pure, et cela a été un moyen efficace pour le renforcement de la sécurité du pays et un moyen efficace pour parvenir à une paix durable

  2. Je pense que l’accord d’Alger a été très apprécié par les acteurs, faute de quoi il ne serait pas signé par ceux-ci. Donc, arrêtez mon cher journaleux de nous dire le contraire.

  3. Ceci est un appel à l’endroit du peuple Malien. J’aimerais qu’il s’approprie cet accord et accompagner les acteurs dans leur mission. Ainsi, nous retrouverons la paix tant attendue.

  4. A l’unisson et à l’effort conjugué de tous c’est-à-dire les partis politiques, la Misahel et la population, nous pourrons parvenir à une application stricte de l’accord d’Alger qui favorisera la paix et la réconciliation tant souhaitée.

  5. Je pense à mon modeste avis que la paix tant souhaité ne saurait arriver que si nous nous donnions les moyens pour y parvenir. Cependant, pour y parvenir, toutes les parties signataires de l’accord de paix devraient y mettre du cœur dans sa mise en oeuvre. Lorsque l’on unit étroitement ces deux mots : paix et liberté. La paix nous donnera la liberté ; la liberté nous donnera la paix, et, par surcroît, la paix et la liberté donneront à tout le monde l’ordre, le travail et le bien-être. C’est par le maintien de l’ordre quand même qu’il faut assurer le triomphe de la liberté et le châtiment de l’impuissance.
    VIVE LA PAIX AU MALIBA!!!

  6. Pour ma part, je pense que tout accord connait quelque fois des difficultés dans sa mise en oeuvre. Mais, j’ai foi que cet accord est la panacée de sortie de crise que notre pays connait. J’aimerais que chaque partie signataire face preuve de sacrifice et responsabilité car le Mali est la chose commune et il y va de l’intérêt de tous.

  7. Je pense qu’il est plus difficile de faire la paix que la guerre. En effet, pour une paix durable, il faut le sacrifice et le courage de tout un chacun pour y arriver. Parce qu’il n’y a de paix durable que celle qui ne s’achète au prix d’aucune faiblesse. Par conséquent, je demande à toutes les parties signataires de l’accord d’Alger de s’y investir et d’éviter toutes actions tendant à freiner le processus de paix.
    VIVE LE MALI UN ET INDIVISIBLE!!!

  8. C’est une bonne initiative d’attirer l’attention des uns et des autres sur les blocages que connaissent l’accord mais toujours des conférences de presse c’est un peu trop car comme stipulé dans le paragraphe e) de l’article 1 de l’accord, les parties doivent recourir à la concertation et au dialogue pour la résolution des différends.
    Ça tout le monde le sait alors que Tiébilé arrête de nous distraire…

  9. Le gouvernement avec à sa tête le président ont fait assez de sacrifices pour que cet accord voit le jour et soit mis en application. Et il est conscient de ces blocages il faut qu’il y ait une compréhension de la part de la CMA et de la plateforme à l’égard du gouvernement pour que cet accord ne soit pas un de trop..
    Je pense aussi que l’accord a été expliqué à l’opposition après signature de ce fait je ne sais pas de quelle concertation parle encore le bélier.
    Tout ce qui doit avoir lieu c’est dans le cadre du CSA.

  10. Depuis l’arrivé d’IBK au pouvoir, son objectif est de maintenir la paix et renforcer la sécurité du pays, il faut que la population déplacé et même celle qui ne l’est pas comprenne IBK, car ce qu’il fait c’est pour que le pays retrouve la paix et la stabilité.

  11. La Plateforme et la CMA peuvent saisir le CSA car lui seul peut user de tous les moyens pour que l’accord soit mise en application mais ils savent très bien la situation économique du pays donc il n’y a pas de pression qui vaille parce que l’accord dans tous les paramètres de son application nécessite beaucoup de moyens financiers.
    Que Tiébilé évite de se lancer dans des polémiques qui mettront à mal l’accord acquis au prix de lourds sacrifices de la part de l’état.

  12. La volonté affichée des autorités de Bamako doit un être un gage de bonne foi de leur part. Que la plateforme et la CMA soient un peu patients. Ce sont des étapes et ils vont les franchir dans les conditions idéales. Il ne sert à rien d’entamer des actions que certaines personnes attendent pour mettre leurs plans sataniques en œuvre.
    Les acteurs engagés doivent parler de la même voix pour une réussite des accords.

  13. L’accord de paix connait des obstacles comme tout accord d’ailleurs mais il y a des avancées.
    Je pense donc qu’il est temps qu’on se donne la main, soutenir le président, nos forces armées, le gouvernement, leurs montrer à quel point ils peuvent compter sur la population, c’est sure que le Mali retrouvera le bonheur car avec l’accord de paix Plateforme,Gatia, Cma, Fama: c’est une famille maintenant!
    VIVE LA PAIX AU MALI

  14. Débout chers maliens soutenons nos forces armées, le gouvernement.
    Arrêtons les accusations inutiles. Restons un et indivisible, ensemble nous allons combattre tous les ennemis du Mali.
    Il est temps de voler de nos propres ailes, personne ne pourra venir sauver notre pays a part nous-même.

  15. Le souhait des autorités de ce pays est d’apporter la paix, la réconciliation et la cohésion sociale à leur population donc il ne faudrait pas douter de leur bonne foi et être un peu patient.
    Les autorités ont marqué leur engagement pour ces accords et je suis sûr qu’elles le tiendront.

  16. Les autorités maliennes ont toujours montrées leur ferme volonté de mettre en application ces accords qu’elles ont-elles-mêmes voulus.
    Tiébilé est sans ignorer que la mise en œuvre d’un tel accord nécessite beaucoup de moyens financiers matériels et humains donc contribuons tous à l’application de cet accord au lieu d’accuser les autres d’être de mauvaise foi.

  17. Certes l’accord est à sa phase d’applicabilité et tous les observateurs sont unanime que les conditions sont favorables pour aller à la paix. Donc arrêtez de mettre en mal la cohésion sociale que nous recherchons dans notre pays.

  18. C’est cette même opposition qui injurie le président à toutes les occasions
    IBK est pragmatique, il fait du tic au tac et passe à autre chose car les chantiers sont vastes alors de quoi à s’emmerder avec des petits messieurs

  19. C’est une opposition immature, irresponsable et sans visage donc de quoi peut-on attendre d’une telle opposition.
    Il faut avoir l’amour pour son pays sinon vouloir saboter une visite d’état

  20. Ibrahim Boubacar Keïta a tout mis en n’œuvre pour que cet accord puisse aboutir. Les différents belligérants doivent faire preuve de bonne foi et de responsabilité et respecter leurs engagements. Tous les acteurs sont appelés à donner le meilleur d’eux même pour que cette quête de la paix puisse aboutir.

  21. Il n’y a pas d’opposants au Mali seulement des assoiffés qui agissent à leur intérêt personnel non au nom du personnel. Le cas TIEBILE est fini avec IBK, il pense au développement du pays plutôt qu’à un homme qui n’en vaut pas la peine

  22. Une opposition qui cherche coûte que coûte à mettre des bâtons dans les roues du pouvoir. Ils voient le mal partout et n’ont jamais tenté d’apporter de bonnes initiatives, des propositions de gestions adéquates. Quoi pensez d’elle réelle ?

  23. Il ne faut jamais se venger, ni par les mots, ni pas les actes, il faut se venger en pardonnant.
    Voilà pourquoi depuis son accession au pouvoir IBK a multiplié les actions de paix et comme on le dit il est facile de faire la guerre que de faire la paix.

  24. Tous les maliens vous soutiennent dans cette lancée. Homme de conviction, Homme de paix. Merci les maliens ne se sont pas trompés. Nous félicitons et encourageons votre engagement inlassable pour la paix.

  25. Nous encourageons tous les partis prenants de cette crise. C’est le Mali qui gagne car nous voulons le développement dans l’ensemble du pays. Il est temps que nous nous donnions les mains pour le grand bonheur de tous

  26. Un gouvernement d’union de tous les partis signataires sera mis en place conformément aux accords de paix pour la satisfaction de tous.
    L’essentiel c’est d’établir la vérité et trancher avec cette commission donc cela concerne tous les maliens.IBK tient à la paix et il a mis tout à la disposition de ce comité pour mener à bien leur mission.

  27. Me Harouna Toureh, vigilance !! !!!!!!! 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯
    LE PARENA n’est pas un parti fréquentable. La conférence de la Paix organisé par ce groupement de personne n’a pas un objectif saint. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
    Le gouvernement ne manque pas de volonté, le gouvernement est certainement entrain d’attendre le moment opportun pour entamer le démarches pour KIDAL. Au lieu de se lancer les piques par médias interposés, vous devriez vous tenir la main. 😉 😉 😉 😉 😉 😉

  28. Les combattants des mouvements armes qui veulent joindre l armee national doivent proceder ainsi mais plus jamais de groupe arme operant a cote. Tous les combattants doivent etre sous le drapeau maliens ensemble combattre le terrorisme. Ceux qui refusent cette option doivent simplement foudre le camp, sachant toute personne ou groupe surpris avec arme en main sera qualifie de terroriste et juger ainsi.

  29. Bonjour
    Si je comprend Me Toureh, l administration doit etre deployee dans les regions, l armee aussi doit retournee progressivement malgre le refus des groupes armes de se cantonner. Nous n avons pas besoin de lire de menace de qui conque se soit ici. Nous voulons seulement un peu de pragmatisme.
    Si reellement la plateforme de Me Toureh est en attente et symbiose avec la CMA et autres rebelles, je pense tous aspirerons a cette paix definitive qui sera materialisee par le desarmement pure et simple de tout groupe arme sauf l armee nationale du Mali qui a le mandat de proteger le peuple et l integrite territoriale du Mali. Mais si on commence a ignorer ce concepte et tenter d accuser le gouvernement au lieu des rebelles, terroristes et autres bandits armes, alors je ne sais plus ou s arretera notre crise.

Comments are closed.