Processus de paix au Mali : La société civile soutient l’annulation par la cour constitutionnelle de la loi sur les autorités intérimaires

75

La loi sur les autorités intérimaires votée par l’Assemblée « constitue une menace pour l’intégrité territoriale et l’unité du pays », selon le Forum des organisations de la société civile du Mali (FOSC). La nouvelle loi consacre des groupes armés actifs comme acteurs légitimes et/ou légaux du développement territorial dans les régions du nord du Mali, et les modalités de désignation des autorités intérimaires excluant les partis politiques, amènent ceux-ci à se fondre dans les mouvements armés pour participer au pouvoir local, créant ainsi une situation de substitution des groupes armés aux partis politiques, souligne le FOSC dans une déclaration en date du 12 avril 2016, signé de son Président, Mamoutou DIABATE. « La position de faiblesse dans laquelle l’Etat se trouve sur le terrain, l’absence des partis politiques dans le mode de désignation des autorités intérimaires, créent une situation de domination des groupes armés, qui en fait, obtiennent ainsi toute la latitude d’imposer leurs choix dans la désignation desdites autorités », indique le Forum de la société civile. Toutes ces menaces, ajoutées au caractère ethnique de certaines régions concernées et de certains groupes armés dominants, qui continuent d’exprimer armes à la main leurs velléités sécessionnistes, constituent des opportunités certaines pour l’aboutissement du projet de partition du territoire, met en garde le Forum des organisations de la société civile, qui milite pour l’annulation par la cour constitutionnelle de la nouvelle loi sur les autorités intérimaires. Nous publions l’intégralité de cette déclaration de la société civile.

 

Déclaration du forum des organisations de la Société civile du Mali suite au vote de la loi portant modification de la loi n°2012-007 du 07 février 2012 modifiée portant code des collectivités territoriales au Mali

Soucieux de  jouer pleinement ses missions, de  veille citoyenne, de propositions et de contribution à la bonne gouvernance, le Forum des Organisations de la Société Civile (FOSC) du Mali s’est régulièrement investi dans la recherche de solutions à la résolution de la crise qui affecte notre pays depuis 2012.

L’évolution de la situation politico- sécuritaire au Mali en général, dans les régions du Nord en particulier, et le vote récent de la loi ci-haut citée suscitent interrogations, polémiques et inquiétudes.

Informées des tractations, pressions et chantages menées par les groupes armés auprès des populations et de leurs représentants ;

Sensibles aux réactions des populations des régions du nord, de la diaspora malienne  et des forces vives de la nation, exprimées par différents canaux ;

Nous, Forum des Organisations de la Société Civile du Mali :

  • Vu la constitution du Mali du 25 Février 1992 ;
  • Vu les résolutions du conseil de sécurité sur la crise sécuritaire au Mali ;
  • Considérant les conclusions du Forum national sur la « crise du Nord » du Mali, organisé par le COREN les 26 et 27 Avril 2013 au CICB à Bamako ;
  • Considérant les résolutions et recommandations issues des concertations régionales et nationales organisées par le gouvernement et les partenaires du Mali de 2012 à 2015 sur la crise sécuritaire dans les Régions du Nord.
  • Considérant les multiples déclarations et prises de positions du Forum et du collectif des acteurs de la société civile du Mali sur le processus d’Alger et l’accord pour la paix et la réconciliation qui en a résulté ;

Exprimons les préoccupations ci-après suite au vote de la portant code des Collectivités Territoriales:

La loi portant modification de la loi no 2012-007 du 7 février 2012, modifié, portant code des collectivités territoriales, se fonde sur les articles 97 et 98 de la constitution. Cependant nous notons qu’elle constitue une menace pour l’intégrité territoriale et l’unité du pays compte tenu notamment, du contexte particulier dans lequel elle intervient. En effet :

  • La nouvelle loi consacre des groupes armés actifs comme acteurs légitimes et/ou légaux du développement territorial dans les régions du nord du Mali
  • Les modalités de désignation des autorités intérimaires excluant les partis politiques, amènent ceux-ci à se fondre dans les mouvements armés pour participer au pouvoir local, créant ainsi une situation de substitution des groupes armés aux partis politiques
  • La position de faiblesse dans laquelle l’Etat se trouve sur le terrain, l’absence des partis politiques dans le mode de désignation des autorités intérimaires, créent une situation de domination des groupes armés, qui en faitobtiennent ainsi toute la latituded’imposer leurs choix dans la désignation desdites autorités
  • L’absence de l’Etat dans les zones concernées par la mise en placedes autorités intérimaires et le contrôle de ces zones par certains groupes armés toujours animés d’une volonté sécessionniste,peuvent constituer des facteurs de prolongation indéfinie de la période intérimaire.
  • La nouvelle loi autorise de fait l’occupation et la gestion d’une partie du territoire national par des groupes armés.

Toutes ces menaces, ajoutées au caractère ethnique de certaines régions concernées et de certains groupes armés dominants, qui continuent d’exprimer armes à la main leurs velléités sécessionnistes, constituent des opportunités certaines pour l’aboutissement du projet de partition du territoire.

En conséquence, le Forum des OSC :

  • Regrette l’adoption de la nouvelle loi à l’unanimité des 103 députés ayant pris part au vote malgré les conclusions des différentes écoutes effectuées par les commissions compétentes de l’assemblée nationale et le débat houleux et contradictoire qui a précédé le vote ;
  • Invite le peuple malien à rester vigilent et mobilisé pour le respect de l’intégrité du territoire, de l’unité nationale, de la forme républicaine et la laïcité de l’Etat ;
  • Salue le rejet de la loi par les partis politiques de l’opposition et leur initiative de saisine de la Cour Constitutionnelle aux fins de déclarer la nouvelle loi inconstitutionnelle et portant les germes de la partition du pays ;
  • Demande l’organisation d’un débat national sur la question ;
  • Engage la responsabilité de la Cour Constitutionnelle dans la préservation de l’indépendance et de l’intégrité territoriale du Mali ;
  • Demande au Président de la République de renoncer à promulguer la nouvelle loi.

Bamako, le 12 avril 2016

Pour le FOSC,

Le Président

Mamoutou DIABATE

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

75 COMMENTAIRES

  1. Les autorité intérimaires sont un préalables à la paix dans notre pays car c’est ce qui va permettre de rétablir la confiance pour que nous allions véritablement à la paix.
    Et je pense qu’il est important que le société civile doivent comprendre cela.

  2. J’appelle la société civile à une prise de conscience et mettre en avant les intérêts de notre pays.
    Elle doit surtout éviter de se laisser manipuler par des partis politique qui ne cherchent qu’à garder quelques Mairies,même si cela va contre la paix.

  3. la garantie de la sécurité du nord et la sauvegarde de l’unité nationale. On pense réellement que la paix triomphera au nord Mali.

  4. Avec la signature de l’accord de paix le pays va être sécurisé par les forces armées du nord et la situation sécuritaire deviendra stable.

    • Le gouvernement, l’opposition et la societe civile; tous jouent avec le peuple et nous ne sommes pas des jouets a votre merci.
      Organisez vous a faire une application de ces lois pour la paix et la securite. Certe il faudra des compris mais a quels Prix aussi???
      Vive Un Maliba Un et Indivisible.

  5. Nos remerciements vont toujours envers le Président de la république et son gouvernement pour les efforts qu’ils ont fournis pour la paix et la réconciliation au Mali.

  6. La situation du nord Mali est inquiétant la population devrait se donnée la main pour lutter contre l’insécurité’ du nord Mali.

  7. L’accord garantit la sécurité, la tranquillité, le renforcement de capacité. Merci IBK pour tout ce que vous avez fait pour le pays, ce moment est inoubliable pour le peuple Malien,

  8. La signature de ces accords permet le développement de toutes les activités que le Mali entreprendra. C’est une nouvelle démarche que la Mali va enfin vivre infiniment.

  9. Cet accord qui a été signé aujourd’hui renforce la capacité et garanti l’unité nationale. Le peuple Malien a n’est vraiment conscient, car on est au début de la fin de crise.

  10. La signature de l’accord de paix et la réconciliation est un moyen efficace pour le maintien de l’ordre et la sécurité dans le pays. Les différentes attaques dans les différentes localités sont l’œuvre des individus mal intentionnés qui veulent toujours nuire à la gouvernance d’IBK.

  11. Nous voulons seulement la paix rien que la paix, la population sait que l’accord de paix a été une véritable réussite de la part du gouvernement Malien.

  12. Évitons d’être prisonnier de l’opposition, il faut comprendre que ce projet de loi est bienvenu qu’il faut soutenir car cela permettra l’unification du pays et le retour de la paix, la réconciliation nation sera en marche. Sans cela nous ne pouvons parler de développement car la paix précède le développement.

  13. lorsque nous parlons du rejet de cette loi nous parlons ainsi du rejet des accords de paix d’Alger la société civil doit savoir que nous sommes engager pleinement dans le processus de paix et la mise en place des autorités intermédiaires est la solution pour que l’état soit présent partout dans le nord.

  14. Trop de dire sur ce projet de loi qui est sensé nous unis, il faut savoir que le retour de la paix n’arrange pas certaines personnes, le président IBK veut un mali unifié, réconcilié pour un développement propice. ce monsieur a une bonne vision pour le maliba, nous peuple malien se doit de le soutenir.

  15. notre gouvernement ne prendra aucune décision qui ne va pas être en faveur du peuple mali c’est en cela que nous devons penser. il faut comprendre que le projet de loi permettra à l’administration malienne d’être représentée partout au nord pour que l’on fasse les élections et nous aurons la paix.

  16. Il est temps pour nous les maliens de comprendre qu’il faut mettre nos différents de coté pour rejoindre la république pour lutter ensemble afin d’obtenir le gain positif qui viendra garantir la vie de la nation.

  17. qui vous parle de l’absence de l’état malien dans les zones concernées par la mise en place des autorités intérimaires car l’état aura son représentant dans chaque localité où seront les autorités et cela c’est pour organiser les élections dans les zones concernées.

  18. Je pense que l’état malien n’est pas en position de faiblesse car il joue pleinement sa partition pour le retour de la paix définitif. Il faut dire que le gouvernement oeuvre tout avoir cette paix à tout prix et nous devons le soutenir.

  19. le projet de loi concernant la mise en place des autorités intermédiaires permet à l’administration malienne d’être présente au nord et le processus de paix doit avancer pour que le mali est une stabilité pour que les maliens puissent se déplacer partout dans ce pays.

  20. il faut comprendre que nous sommes à un pas de la résolution de la crise et nous ne devons entacher le processus car beaucoup d’effort ont été fait pour en arriver là. il ne s’agit pas d’une menace pour le pays, nous devons encourager ces actions.

  21. Moi je ne comprends pas pourquoi là où il n’ y a pas de problème d’autre en font un problème car les autorités intermédiaires sont une éventualité de sortie de crise. Il ne faut pas voir cela comme un échec et que nous devons l’annuler.

  22. Le président est un homme de paix et de conviction. Il sait ce qui est de meilleur pour notre pays. Alors que la société civile sache que ces personnes sont de mauvaise foi. Ce sont des politicards véreux qui ne pensent qu’à leur intérêt car ils voient leur fauteuil menacé. C’est le Mali d’abord.

  23. C’une opposition qui cherche coûte que coûte à mettre des bâtons dans les roues du pouvoir. Ils voient le mal partout et n’ont jamais tenté d’apporter de bonnes initiatives, des propositions de gestions adéquates.

  24. Chaque situation a sa manière d’être résolue alors ils doivent comprendre que nous devons impérativement passer par là pour retrouver un état normal. Je pense que le thème ” intérimaire ” doit attirer l’attention de la société civile à s’allier du coté du gouvernement malien pour que nous retrouvons le plus vite possible la paix qui met en retard le développement du nord.

  25. Ces agissements montrent que ces personnes manquent d’objectivité et de vision pour notre pays. Ils ont tous pris part à la signature dudit accord et voilà que les pyromanes se prennent pour des victimes.Les autorités intérimaires sont circonstancielles car l’état aura un droit de regard sur le mode de gestion. Nous irons à la paix et les choses reprendront leur fonctionnement normal avec les nouvelles élections

  26. Le gouvernement ne va jamais accepter de partitionner le territoire mali au profil des groupes armés. L’adoption de cette loi est un préalable pour aboutir à la paix. Que l’opposition arrête de s’inciter la société civile à la révolte. Le pays n’a pas besoin d’une opposition sur l’application de l’accord dont elle a pris part à sa négociation

  27. La cour constitutionnelle est le garant de la constitution malienne alors elle doit comprendre que l’accord doit s’adapter au moment que vit le pays. La révision de notre constitution s’impose pour la mise en place effective de l’accord de paix.

  28. Que la société sache qu’on ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs ou du moins on ne peut avoir l’argent du beurre et le beurre en même temps. La paix est un sacrifice, un don de soi. Nous voulons à la paix alors je pense que c’est ensemble qu’on l’aura

  29. La société civile malienne ne doit pas se laisser manipuler par les opposants qui ne visent que leur intérêt. Les autorités intérimaires conduiront uniquement le processus de paix et de réconciliation et sont appelées à disparaître un jour.

  30. Les autorités intérimaires sont des prescriptions de l’accord d’Alger et le président doit le faire si nous voulons la paix dans le nord. Ces opposants nous disent ce que nous devons faire pour aller à la paix car on ne peut pas dire qu’un remède n’est pas bon et ne rien proposer.

  31. Le projet de loi instituant les autorités intérimaires n’est pas ce que les opposants en pensent. La constitution malienne n’est pas contre la mise en œuvre de l’accord de paix issu du processus d’Alger. ON est tous invités à comprendre la portée de cette loi pour ne pas la confondre à une certaine partition de ce pays.

  32. La loi sur les autorités intérimaires sera une bonne chose pour l’aventure de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger en 2015. Je suis pour la mise en place de ces autorités intérimaires et j’invite tout un chacun à être optimiste.

  33. Les autorités transitoires auront pour fonctions de conduire le processus de paix pour une bonne application de l’accord de paix. La constitution ne sera pas violée par ce projet de loi. Je soutiens l’idée de prêter attention à ce sujet.

  34. Si c’est une exigence pour que la paix puisse revenir dans ce pays que ces autorités transitoires seront déployées, nous sommes pour. La société civile malienne a été manipulée par les opposants.

  35. Toute chose montre que l’adoption de la loi sur les autorités intérimaires sera la solution pour le retour des services de l’Etat dans le septentrion malien en privé depuis plus de 2 ans. LA Cour Constitutionnelle n’est pas invitée à la fête.

  36. La société civile doit comprendre que la loi sur les autorités intérimaires vise à assurer le retour des services de l’Etat dans les régions du nord. Je crois que l’annulation de cette loi revient à rejeter l’accord de paix issu du processus d’Alger suite à une longue discussion.

  37. J’invite tous les maliens à comprendre l’adoption du projet de loi portant modification de la loi sur les collectivités territoriales. Il est prévu dans l’accord qu’a signé notre gouvernement que des autorités intérimaires chargées de conduire le processus de paix seront mise en place dans les régions du nord.

  38. La mise en place des autorités transitoires est une obligation pour le gouvernement malien qui veut du retour de la paix et de réconciliation nationale et qui est fidèle à ses engagements contenus dans l’accord qu’il a signé avec les groupes armés. Ces autorités transitoires représentent une disposition de l’accord de paix.

  39. C’est la manipulation de l’opposition qui incite la société à associer à leur lutte qui n’arrange pas la situation. La paix demande des concessions et l’état malien s’est inscrit dans cette logique. Nous devons faire confiance au gouvernement actuel qui n’acceptera jamais de céder une seule portion de notre pays.

  40. Les maliens doivent comprendre que les autorités intérimaires ne sont pas des autorités éternelles. Elles sont appelées à dissoudre après leur mission qui consiste à conduire le processus de paix et de réconciliation et d’organiser les élections dans les régions.

  41. Les autorités intérimaires auront à remplacer les élus en place et lieu et assurer la présence de l’Etat dans certains cercles, communes et autres préfectures qui n’en ont pas. Je demande à ce journaliste de ne pas faire comme si c’est la société civile qui veut de cette annulation alors que l’opposition.

  42. Il faut que la société civile accepte d’accompagner l’état malien. Si l’accord de paix a été pour le bien être de notre pays. C’est vrai qu’il y a des non dits dans cet accord mais nous demandons l’accompagnement de tous acteurs politiques pour que le Mali renoue avec la paix.

  43. Comme Vous l’aviez dit…
    Vive la République !!!
    Sinon les maliens doivent apprendre beaucoup de ce que veut dire une république.

  44. Sinon au Mali on souffre avec un petit problème de quartier on interpelle le président de la république, selon ses maliens tous leurs problèmes doivent être gérer par le président de la république en personne comme si des chefs de structures n’ont pas été choisie par eux même pour le bien fonctionnement de la nation.
    Arrêtons de nous accuser entre nous et pensons à apporter pour le Mali. Voilà ce qui doit être notre raison de citoyens.

  45. “Citoyennes et citoyens du Mali, il est nécessaire d’acquérir une bonne connaissance de la République et de ses valeurs, une culture républicaine et un comportement républicain pour être véritablement républicain, au service exclusif de la République. Soyons républicains, de toute notre âme, au nom de la justice et du bonheur de tous !“.
    Je suis totalement d’accord avec toi…

  46. La république est nous tous, nous devons agir pour la nation le Mali afin que nos descendant puce être fiers de nous et de ce que nous faisons. Au MALI nous avons tendance à mettre les fautes sur nos leaders, alors qu’en vrai démocratie, c’est nous qui choisissons nos leaders.
    A bon entendeurs….

  47. Voilà après une bonne lecture, je peux ressortir que la population malienne doit agir envers sa république, nous avons tendance à attendre ce que nous réserve notre gouvernement, alors c’est l’effort de tout un chacun qui peux faire une république forte.
    Il ne faut plus que nous attendions d’une centime de la part de notre gouvernement il faut les maliens se mettent à l’épreuve.

  48. Comme l’a dit le premier président des Etats Unis lors de son investiture, “Don’t ask what you’r country can do for you, ask what you can do for your country“.
    Traduction :
    “ne demande pas ce que peut te donner ton pays, demande ce que tu peux donner à ton pays…“
    Il faut que les maliens réalisent combien le pays a besoin d’eux.

  49. Ceci sont des choses que les maliens doivent être en mesure de connaitre.
    La République a besoin de la participation de chaque maliens, nous devons être là pour cette république pour notre moindre moyens de participation.

  50. Dans ce pays tous le monde est devenu politicien.La société civile veut qu’on annule la loi sur les autorités intérimaires sous prétexte que cela consacre la partition du pays.Je pense que quand on annule une disposition on doit la remplacer par une autre.Que la société civile nous donne donc des dispositions pour aller à la paix de façon pacifique autre que l’accord de paix.

  51. La société civile soutient l’annulation par la cour constitutionnelle de la loi sur les autorités intérimaires.C’est bien facile.Qu’est ce qu’elle propose pour qu’on retrouve la paix pour notre pays?

  52. La loi sur les autorités intérimaires s’inscrit dans le cadre de l’application de l’accord de paix qui a été signé au vue et au su de tout le monde.Maintenant que le gouvernement met en application les dispositions de l’accord certaines personnes se plaignent sans pourtant proposer une autre alternative pour qu’on aille à la paix.

  53. Le Forum des organisations de la société civile du Mali (FOSC) à tort sur toute la ligne c’est le cadre du retour de l’administration et de l’armée malienne sur toute l’étendue du territoire malienne. La mise en place des autorités intérimaires favorisera le retour de la Fama, de l’administration et aussi des services de base et de première nécessité.

  54. Forum des Organisations de la Société Civile du Mali (FOCS) doit savoir que le régime au pouvoir ne plongera jamais le Mali dans une affaire qui pourra porter atteinte à la constitution et à l’intégrité territoriale. Le gouvernement malien est conscient de d’enjeu, mais le gouvernement est obligé de faire des sacrifices pour sortie de cette crise. 🙂 🙂

  55. Il est hautement souhaitable d’accélérer la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation pour permettre le pays de retrouver la paix.C’est pourquoi cette loi sur les autorités intérimaires a été adoptée.Je pense donc que la société n’est pas dans son rôle là.Elle doit soutenir les actions de paix entreprises par le gouvernement et non le contraire.

  56. Tu as parfaitement raison, vue la crise qui persiste dans le septentrion malien le gouvernement malien est obligé de prendre des risques et se sacrifié pour que le pays tout entier puisse sortie de cette crise. C’est à la population en particulier à la société civile d’accordé sa confiance et son soutien au régime au pouvoir dans sa quête pour la paix et la réconciliation.

  57. Je pense que la FOCS doit en contraire sous tenir le gouvernement malien, elle doit faire confiance au gouvernement. Le gouvernement malien sait très bien se dont elle fait. C’est dans le cadre de la mise en pratique de l’accord de paix et de réconciliation, la constitution n’a point été atteinte, elle reste comme telle, l’assemblée national a fait ce dont de droit. 😐 😐 👿

  58. Je pense que c’est une bonne idée que les autorités de transitions soient nommées dans le septentrion malien. Le gouvernement de Mali ne fera jamais une chose qui ne va pas dans les intérêts de notre pays. Tout risque de répartition du pays a été écarté, alors le Mali ne peut se diviser à cause de cela.

  59. Le gouvernement, dans l’application de la disposition relative aux Autorités intérimaires, a cru bon de les étendre à tout le pays, en remplacement des délégations spéciales. Le texte de loi précise des dispositions particulières à prendre en ce qui concerne le Nord, ce qui a été fait par décret.Je ne sais pas donc qu’est ce qui dérange dans cette loi.

  60. Un accord qui privilégie l’unité nationale des différentes population et protège l’intégrité territoriale, la mise place de cet accord de paix et de réconciliation et en particulier la mise en place des autorités ne peut constituer d’un certain cause de la division territoriale. Soyons réaliste et objectif.

  61. Le plus important étant d’aller vers les élections en ce qui concerne les collectivités locales. Il convient de garder constamment en tête l’esprit de l’Accord et ce vers quoi nous devons aller pour son application rigoureuse, efficace et durable.Je pense donc que la société civile doit être plus éclairée pour savoir ce qui est bien pour la nation malienne.

  62. Les Autorités intérimaires sont une éventualité prévue par l’Accord, à envisager dans certains cas quand cela est nécessaire. La société civile était il contre la signature de l’accord de paix?non.Mais pourquoi c’est l’application qui leur pose problème?

  63. C’est le cadre de la mise en pratique de l’accord de paix que des autorités intérimaires devraient être nommés et cet accord de paix prime sur l’unification du territoire malien politiquement. C’est dans le cadre de la bonne application de l’accord de paix que le gouvernement malien se voit obliger de nommés des autorités transitoire.

  64. Je pense que nous devrions accorder notre confiance et soutenir le gouvernement malien, nous sommes tous du même côté qui reste celui du bien de notre pays. Le gouvernement veut le bien être de notre pays, l’affaire de la mise en place des autorités intérimaires par le gouvernement va directement dans les intérêts primordiale de notre pays.

  65. L’Accord d’Alger est un accord pour dessiner le Mali de demain, l’Etat de demain, fortement décentralisé et reposant sur les collectivités locales, prenant en compte les diversités et dirigées par des représentants légitimes, véritables partenaires de l’État pour conduire et mettre en œuvre les réformes induites par le texte.C’est pourquoi cette loi sur les autorités intérimaires a été adoptée.Vouloir l’annuler c’est anéantir le Mali de demain.

  66. C’est dans les intérêts primordiaux de notre pays que le gouvernement malien a opté pour la mise en place des autorités transitoire dans certains lieux du nord Mali. Cela fait partie de la mise en application de l’accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger. Le gouvernement malien comprend l’inquiétude de certain personne, mais il faut reconnaitre que la mise en place des autorités transitoire est avantageux dans la recherche perpétuelle de la paix et de réconciliation.

  67. Je pense certain région du nord ont vraiment besoin de la tutelle des autorités transitoires pour la résolution des affaires locales. Le peuple malien doit faire confiance au régime au pourvoir, le gouvernement est en train d’accomplir un acte salutaire et crédible. C’est le seul cadre de la mise en pratique de l’accord de paix et de réconciliation.

  68. La mise en place des autorités intérimaires va contribuer à rendre la vie au Nord normale et cordiale entre toutes les communautés qui y vivent. Il a surtout l’ambition de jeter les bases d’une meilleure prise en compte des diversités humaines et territoriales du Mali dans le fonctionnement étatique à travers des réformes institutionnelles et de gouvernance profondes, pour libérer toutes les énergies et ouvrir des perspectives de développement durable.Ceux qui veulent donc l’annulation de cette loi ne sont que des ennemis de notre pays.

  69. L’Accord de paix a été rédigé avec un esprit qu’il ne faut pas oublier. Il a pour ambition de bâtir la paix et la sécurité dans notre pays, fondement de tout vivre ensemble et de créer les conditions d’une réconciliation réelle entre les Maliens.C’est dans cette optique la loi sur les autorités intérimaires a été votée.La société civile si elle été responsable le saurait pourtant.

  70. Le Forum des organisations de la société civile du Mali (FOSC) a tort sur toute la ligne c'est le cadre du retour de l'administration et de l'armée malienne sur toute l'étendue du territoire malienne. La mise en place des autorités intérimaires favorisera le retour de la Fama, de l'administration et aussi des services de base et de première nécessité.

  71. demander l’annulation du projet de loi sans faire des propositions concrètes pour sortir de la crise ne sert à rien..

Comments are closed.