Lutte contre la corruption au Mali : AJCAD joue sa partition

82

Pour faire face Ă  la montĂ©e en flĂšche des cas de corruption, des jeunes ont initiĂ© un espace d’échange dĂ©nommĂ© «le CafĂ© Citoyen». Cet espace permettra aux jeunes de situer les causes de la corruption et les rĂŽles des structures de lutte contre ce flĂ©au.  

 

Dans le cadre de la lutte contre la corruption et la fraude, l’Association des jeunes pour la citoyennetĂ© active et la dĂ©mocratie (AJCAD), en collaboration avec OXFAM, a organisé  le premier numĂ©ro du «cafĂ© citoyens». C’était le 23 dĂ©cembre 2015  au Grand  hĂŽtel de Bamako en prĂ©sence d’Adam Dicko, prĂ©sidente de l’AJCAD, Famory KĂ©ita, conseiller juridique du VĂ©rificateur, et Dr. Abdoulaye Sall, prĂ©sident de Cri2002.

Ce premier numĂ©ro de «CafĂ© citoyens» a Ă©tĂ© un cadre d’échange entre  les jeunes et les membres  du bureau du VĂ©rificateur GĂ©nĂ©ral (BVG) dans le but d’évoquer le mandant, la mission, le rĂŽle, ainsi que les limites des actions du VG  et les prĂ©rogatives du gouvernement dans la lutte contre la corruption.

Dans son exposĂ©, le conseiller juridique du VĂ©rificateur gĂ©nĂ©ral, Famory KĂ©ita, a d’abord fait l’historique de la crĂ©ation et des missions du BVG au Mali. Selon lui, le bureau du VĂ©rificateur gĂ©nĂ©ral (BVG) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2002 par les autoritĂ©s maliennes pour servir d’outil efficace de lutte contre la corruption, la mauvaise gestion et la dĂ©linquance Ă©conomique et financiĂšre. Pour KĂ©ita, cette structure vise Ă  renforcer la confiance entre l’Administration et le citoyen. Il a notĂ© que le Bureau du VĂ©rificateur gĂ©nĂ©ral est une institution de contrĂŽle indĂ©pendante, crĂ©dible, exemplaire, fortement engagĂ©e et dĂ©terminĂ©e dans la promotion de la bonne gouvernance et des droits humains.

M. KĂ©ita a aussi indiquĂ© que la loi n°2012-009 du 8 fĂ©vrier 2012, prĂ©citĂ©e, indique le dĂ©tail des missions fondamentales du VĂ©rificateur gĂ©nĂ©ral qui s’articlaient autour de trois types de vĂ©rifications : une vĂ©rification financiĂšre qui concerne l’examen de la rĂ©gularitĂ© et de la sincĂ©ritĂ© des recettes et des dĂ©penses publiques ; une vĂ©rification de performance relative Ă  l’examen des structures publiques au regard des exigences d’économie, d’efficience et d’efficacitĂ© ; une vĂ©rification de suivi des recommandations qui examine la mise en Ɠuvre des recommandations formulĂ©es par des vĂ©rifications prĂ©cĂ©dentes».

Il  a également signalé que le BVG a détecté et publié dans les rapports de  2011 à 2013 beaucoup  de cas de fraude.  Selon lui, certaines personnes impliquées dans ces fraudes commencent à payer leur dette sous la supervision du procureur de la République.

Pour Adam Dicko, prĂ©sidente de l’AJCAD, son association est une organisation jeune  qui entend Ɠuvrer dans ce domaine pour informer la jeunesse sur la mission et le rĂŽle du bureau du VĂ©rificateur gĂ©nĂ©ral dans notre pays. Elle a promis la tenue prochaine d’un second numĂ©ro.

 D . Konta

PARTAGER

82 COMMENTAIRES

  1. POUR ELIMINER LA CORRUPTION -REVENEZ AUX SOURCES CULTURELLES,
    LA SOLUTION N’EST NI DANS L’ISLAM NI DANS LA CHRETIENNETE (RELIGIONS ABRAHMIQUES DEPRAVANTES)

  2. la corruption est musulmane et sourtout ABRAHAMIQUE!

    LA RELIGION MUSULMANE EST LA PREMIERE CAUSE DE LA PAUVRETE AU MALI, SANS CETTE RELIGION D’ALLIENATION ET DE MISERE CONTRE UN PARADIS (UNE PARADE DE DEBAUCHE ET DE FENEANTISE- APRES – VIE SOIT DISANT)
.

    LA RELIGION MUSULMANE ET TOUTES LES RELIGIONS ABRAHAMIQUES SONT LES PREMIERS MAUX A ELIMINER, APRES 
..LE PEUPLE ET LA NATION FLEURIRA
.

    LES BITON KROUBALI (INFLEXIBLE) SONI ALI BER, SOUNDJATA KEITA, FIHROUN ET AUTRES NĒTAIENT NI DES CHRETIENS NI DES MUSULMANS


  3. “Ce premier numĂ©ro de «CafĂ© citoyens» a Ă©tĂ© un cadre d’échange entre les jeunes et les membres du bureau du VĂ©rificateur GĂ©nĂ©ral (BVG) dans le but d’évoquer le mandant, la mission, le rĂŽle, ainsi que les limites des actions du VG et les prĂ©rogatives du gouvernement dans la lutte contre la corruption.”
    C’est bien que des jeunes qui sont l’avenir de ce pays puissent s’intĂ©resser Ă  cette lutte pour Ă©viter les mĂȘmes travers afin de pouvoir construire une sociĂ©tĂ© forte sans corruption. Bravo Ă  l’Ajcad pour avoir pris une telle initiative.

  4. Il faut saluer l’initiative de l’AJCAD et de l’OXFAM car au-delĂ  des institutions de la rĂ©publique il faut une implication des acteurs de la vie civile dans cette lutte contre ce flĂ©au qui a tant contribuĂ© Ă  mettre en retard notre pays. Nous devons tous prendre part Ă  cette lutte pour qu’elle soit plus efficace.

  5. Selon lui, certaines personnes impliquĂ©es dans ces fraudes commencent Ă  payer leur dette sous la supervision du procureur de la RĂ©publique. 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯
    Je crois qu’on doit montrer ces personnes au grand jour pour qu’on sache qu’il y a des actions concrĂštes qui sont posĂ©es dans ce domaine afin qu’ils puissent servir d’exemple aux autres.

  6. Nous; populations sommes les premiĂšres responsables de la corruption c’est pourquoi nous devons Ă©viter d’accuser les autres et nous remettre en cause car notre responsabilitĂ© Ă  tous est engagĂ©. Il faut que nous faisons tout pour payer normalement nos impĂŽts, mettre les papiers de nos vĂ©hicules Ă  jour pour Ă©viter de donner l’argent gratuitement aux policiers et aprĂšs les accuser d’ĂȘtre corrompu ou donner de l’argent aux agents des impĂŽts parce que nous avons des impayĂ©s.

  7. Je pense que l’intĂ©rĂȘt que l’Ajcad accorde Ă  la lutte contre la corruption est vraiment une bonne chose.Elle doit approchĂ© les instruments qui luttent contre ce flĂ©au qui mine notre sociĂ©tĂ© en l’occurrence l’Office central de rĂ©pression contre l’enrichissement illicite et le bureau du VG.
    Aussi au-delĂ  de la volontĂ© du chef de l’état il faut un engagement de tous les acteurs de cette lutte car il faut que ces derniers soit aptes Ă  mettre en Ɠuvre la volontĂ© de nos autoritĂ©s dans cette lutte.
    Je crois fermement en cette volonté et je crois que les choses vont bouger.

  8. Cette lutte contre la corruption doit ĂȘtre le combat non seulement de l’état mais la plus grande part revient au peuple qui doit se remettre et aussi changer de comportement car nous sommes les premiers Ă  crier au scandale pendant que nous sommes les premiers Ă  tendre un billet de banque au policier du carrefour quand il nous interpelle avec un vĂ©hicule sans papiers et devant le refus de se dernier nous lui forçons la main.
    Et aprùs on ira s’asseoir pour dire que tel ou tel est corrompu.
    Quelle a été ma part dans cette corruption???
    Tu me corromps, je te dĂ©nonce.Je te corromps tu m’envoies devant la justice.

  9. La corruption est un phĂ©nomĂšne d’une importance cruciale que l’on peut comparer Ă  une Ă©pidĂ©mie car elle se propage rapidement dans le systĂšme politico-Ă©conomique du pays. Pour freiner ce systĂšme dans notre pays, il faut un remĂšde trĂšs efficace sous formes de rĂ©formes qui doivent ĂȘtre durables pour rĂ©ussir. Pour ma part, je pense que cette lutte est certes difficile, mais possible. Si et seulement si, il y a un changement de mentalitĂ©.

  10. A mon humble avis, je pense que la corruption, nous sommes tous coupables et tous victimes. Pour arriver Ă  une Ă©radication de ce flĂ©au, il faut rĂ©duire les possibilitĂ©s de la corruption. En effet, l’un des moyens de diminuer la corruption est de rĂ©duire les bĂ©nĂ©fices et les coĂ»ts qui sont sous le contrĂŽle des fonctionnaires Ă  tous les niveaux de la hiĂ©rarchie administrative. La transparence des rĂšgles et l’introduction de la concurrence au sein de l’administration sont Ă©galement d’autres moyens. En appliquant ces moyens avec de la volontĂ© chez nos autoritĂ©s d’ailleurs chose rĂ©elle, je pense que nous y parviendrons.
    ABAT LA CORRUPTION ! ❗ ❗

  11. La corruption est un mal encrĂ© au sein de notre sociĂ©tĂ© depuis des dĂ©cennies et le pouvoir actuel mets tout en Ɠuvre pour Ă©radiquer ce flĂ©au.
    Cependant au delĂ  de la volontĂ© politique; il faut une volontĂ© des uns et des autres pour que ce mal puisse ĂȘtre juguler. Il faut que nous refusons de corrompre les autres et d’accepter aussi de recevoir ce que d’autres personnes nous donnerons illĂ©galement pour un bien ou un service.
    C’est seulement comme cela que nous arriverons Ă  vaincre ce flĂ©au

  12. A mon humble avis, je pense que la corruption, nous sommes tous coupables et tous victimes. Pour arriver Ă  une Ă©radication de ce flĂ©au, il faut rĂ©duire les possibilitĂ©s de la corruption. En effet, l’un des moyens de diminuer la corruption est de rĂ©duire les bĂ©nĂ©fices et les coĂ»ts qui sont sous le contrĂŽle des fonctionnaires Ă  tous les niveaux de la hiĂ©rarchie administrative. La transparence des rĂšgles et l’introduction de la concurrence au sein de l’administration sont Ă©galement d’autres moyens. En appliquant ces moyens avec de la volontĂ© chez nos autoritĂ©s d’ailleurs chose rĂ©elle, je pense que nous y parviendrons.
    ABAT LA CORRUPTION !!!

  13. Je pense que la lutte contre la corruption n’est pas le seul ressort du prĂ©sident de la rĂ©publique, mais de tous. AssurĂ©ment, nous sommes tous victimes et en mĂȘme temps tous coupables. Nous attendons beaucoup de cette nouvelle structure, mais elle seule n’arrivera pas. De ce fait, chacun doit ĂȘtre la police de l’autre.

  14. Je pense que dans cette lutte contre la corruption, nous devons tous nous impliquer du premier au dernier citoyen. La volontĂ© du prĂ©sident de la rĂ©publique de faire de la justice malienne une des plus crĂ©dible afin qu’elle puisse lutter contre ce phĂ©nomĂšne n’a jamais changĂ©. Il l’a affirmĂ© lors de la campagne et tient toujours Ă  cette promesse qui Ă©tait Ă  l’ordre du jour des consultations du conseil de gouvernement. Il faut donc accorder le temps nĂ©cessaire pour que ces reformes engagĂ©es puissent aboutir Ă  des rĂ©sultats concrets.

  15. La lutte anti-corruption est une lutte trĂšs complexe car elle est le fait de tous sans exception. Pour ce faire, il faut une volontĂ© commune sans laquelle nous ne parviendrons pas Ă  bouter ce phĂ©nomĂšne hors de nos frontiĂšres. Car, on aura beau prendre les mesures d’éradication sans une implication de tous, nous n’arriverons pas.

  16. Pour ma part, je pense que l’Etat prendra toutes les mesures possibles pour Ă©radiquer ce phĂ©nomĂšne. Mais, j’estime que ces mesures Ă  elles seules ne suffisent pas pour y parvenir. De ce fait, il faut un changement de comportement de tous.

  17. La corruption, tous coupables !
    En effet, la corruption est un phĂ©nomĂšne qui gangrĂšne notre sociĂ©tĂ©. Pour lutter contre ce flĂ©au, le prĂ©sident s’attĂšle Ă  mettre des stratĂ©gies en place afin de lutter farouchement contre celui-ci. Tous ces moyens sont bons pour y parvenir, mais je pense qu’il faut un Ă©veil de conscience et un changement drastique de comportement des uns et des autres. Faute de quoi, nous y irons de mal en pire.

  18. La gestion chaotique de l’argent du contribuable est imputable Ă  tous car qui dit corrompu dit corrupteur alors changeons tous de comportement car les autoritĂ©s de ce pays et en particulier le prĂ©sident font tout pour redresser cette sociĂ©tĂ© en proie Ă  la corruption et toute autre action dans cette lancĂ©e est Ă  soutenir .

  19. Je pense que la corruption sous l’ùre du prĂ©sident IBK a beaucoup baissĂ© et les indices en tĂ©moignent. Force est de reconnaĂźtre que beaucoup de mesures ont Ă©tĂ© prises quant Ă  traquer les acteurs et Ă  les punir. A mon humble avis, j’estime qu’il faut attaquer le mal Ă  la racine c’est-Ă -dire UN CHANGEMENT DE COMPORTEMENT.

  20. La corruption est un mal encrĂ© au sein de notre sociĂ©tĂ© depuis des dĂ©cennies et les autoritĂ©s font tout pour Ă©radiquer ce flĂ©au.C’est pour quoi cette action de l’AJCAD est louable car nous devons tous nous impliquer dans cette lutte afin que notre sociĂ©tĂ© se porte bien.

  21. Le flĂ©au de la corruption est une rĂ©alitĂ© qui mine notre sociĂ©tĂ© depuis belle lurette. En effet, depuis l’avĂšnement d’ IBK Ă  la magistrature suprĂȘme, le phĂ©nomĂšne a connu une nette amĂ©lioration mĂȘme si celle-ci n’est pas suffisante. Pour ce faire, je pense que l’on doit donner aux citoyens et aux utilisateurs particuliers, aux organisations du secteur privĂ© et aux autres groupes de la sociĂ©tĂ© civile les moyens de se faire entendre.

  22. Je pense qu’on aura beau prendre des mesures et crĂ©er des structures pour endiguer la corruption, cela ne la freinera pas. Nous arriverons Ă  lutter contre ce flĂ©au qui gangrĂšne notre sociĂ©tĂ© que si nous changeons de mentalitĂ©.

  23. Ce problĂšme de corruption doit ĂȘtre compris sous un angle Ă  deux composantes.
    Il faut comprendre que s’il y a corrompu c’est qu’il y a forcement corrupteur.
    C’est tout le monde qui doit donc prendre conscience pour Ă©radiquer ce flĂ©au dont nos sommes tous coupables.

  24. La lutte contre la corruption est une lutte de tout le monde et de tous les jours.C’est pour cette raison que je demande l’adhĂ©sion de tous les maliens pour endiguer ce flĂ©au.
    Le président IBK fait déjà sa part et nous devons tous le soutenir dans ce sens.

  25. Avec l’arrivĂ©e de IBK au pouvoir,nous pouvons dire que la corruption a beaucoup diminuĂ© au Mali.
    Nous sommes conscients qu’il reste beaucoup Ă  faire,mais les uns et les autre doivent savoir que le prĂ©sident a fait beaucoup et continue de faire ce qu’il peut.

  26. Parmi tous les prĂ©sident qu’a connu notre Mali jusqu’à prĂ©sent,IBK est celui qui eu le courage de se prononcer sur la corruption.
    Et depuis son accession au pouvoir,nous constatons avec fierté que ce phénomÚne qui tue les économies est fortement en train de diminuer chez nous.
    Personne ne peut donc s’asseoir pour critiquer le prĂ©sident concernant cette magouille.
    Merci président pour votre lutte


  27. Moi je pense que la corruption est un phĂ©nomĂšne mondial qui touche mĂȘme les pays dits dĂ©veloppĂ©s.
    Ce n’est donc pas un cas spĂ©cifique Ă  notre pays.
    Mais je pense que les chiffres avancés par cette institution pour notre pays sont un peu trop.

  28. Nous savons tous que depuis des lustres notre pays est en proie Ă  la corruption.
    Cette corruption ne ne fait fait que miner notre Ă©conomie.
    Le président IBK fait en ce moment tout ce qui est en son pouvoir pour y trouver une solution.
    Nous le saluons et l’encourageons dans cette voie


  29. Pour cette histoire de corruption,personne dans ce pays ne peut tenir IBK pour responsable.
    Il est venu trouver cette situation et c’est d’ailleurs lui qui se bat pour remĂ©dier Ă  cela.
    Nous pouvons que lui dire merci pour cela.

  30. Ibrahim Boubacar KeĂŻta a affirmĂ©, Ă  l’occasion des vƓux d’AĂŻd-el-Fitr, qu’il serait impitoyable dĂ©sormais. Ces propos montrent qu’il va entamer une guerre contre la corruption et ses auteurs. Et lors de la cĂ©rĂ©monie de la rentrĂ©e des cours et des tribunaux il a invitĂ© les magistrats Ă  agir dans le cadre de la lutte contre la corruption.
    Nous saluons cette initiative qui vient renforcer la confiance du peuple

  31. Il faut que les hautes autoritĂ©s prennent leurs responsabilitĂ©s. Quant il y’a trop de corruption c’est parce que ce sont les autoritĂ©s qui sont complices sinon quand les autoritĂ©s sont claires, la population sera claire aussi sans doute.

  32. Les autoritĂ©s seules ne peuvent pas combattre la corruption, il faut que la population aussi s’investisse dedans pour combattre ce flĂ©au. Ensemble combattons la corruption. Cette structure ne doit avoir aucune pitiĂ© pour ceux qui seront pris

  33. La corruption est devenue trĂšs prĂ©sente au sein de la sociĂ©tĂ©. Elle dĂ©veloppe une sorte de mĂ©canisme. Chaque fois qu’une personne rencontre des obstacles, que ce soit au niveau du travail ou au niveau personnel, elle rejette tout sur la corruption.

    Pour combattre et empĂȘcher que cette maladie ne dĂ©truise les cellules les plus compĂ©tentes de la sociĂ©tĂ©, la mise sur pied des rĂ©formes pertinentes s’avĂšre une nĂ©cessitĂ©.

    Dans cette lutte contre la corruption, la justice doit occuper la premiĂšre place, le premier rang car mĂȘme si la nĂ©cessitĂ© d’inculquer le devoir de probitĂ© ou d’intĂ©gritĂ© s’avĂšre un impĂ©ratif et que l’arsenal juridique existe, il est connu de tous qu’il est ineffectif, inadĂ©quat et inappliquĂ© – ou mal appliquĂ© – du fait de l’ignorance de ces textes par certains de ceux-lĂ  mĂȘme qui sont sensĂ©s les appliquer.

  34. Il revient aux mĂ©dias de dĂ©noncer avec constance cette tare, qu’ils battent campagne par l’écrit et le verbe, dans les journaux, la radio ou l’audiovisuel ; qu’ils Ă©talent au grand jour l’ampleur du phĂ©nomĂšne pour que personne ne puisse se voiler la face.

  35. Les 25 magistrats commandos en plus de cette structures doivent relever le dĂ©fis celui de la corruption car c’est une vraie gangrĂšne qui mine notre pays depuis la nuit des temps
    Merci l’AJCAD pour votre participation Ă  cette lutte

  36. Sans que l’on puisse mesurer l’ampleur vĂ©ritable de cette pratique en raison de son caractĂšre intrinsĂšquement secret, une vaste couverture mĂ©diatique consacrĂ©e Ă  la corruption permettra tout de mĂȘme d’espĂ©rer une sensibilisation croissante de l’opinion nationale sur cette problĂ©matique.

  37. Le constat que nous avons fait est aussi que la corruption n’aurait pu avoir d’effets aussi pervers sur le dĂ©veloppement des sociĂ©tĂ©s si au plan moral la sociĂ©tĂ© regardait d’un Ɠil plus culpabilisateur le corrupteur, comme elle le fait Ă  l’égard du voleur, par exemple.

  38. C’est dire que la corruption est un problĂšme complexe auquel il ne peut donc exister une solution simple ; mais c’est bien pour cette raison que la lutte contre la corruption doit constituer une prioritĂ© pour endiguer ce phĂ©nomĂšne qui, en se gĂ©nĂ©ralisant, fait du tort aussi bien Ă  ceux qui la pratiquent qu’au reste de la sociĂ©tĂ©.

  39. Si la corruption n’est pas rayĂ©e de notre systĂšme, nous ne pourrons jamais accĂ©der Ă  un vrai dĂ©veloppement donc le pays compte sur vous.
    C’est une lutte d’ensemble qui pourra Ă©radiquer de notre sociĂ©tĂ© ce flĂ©au qui met Ă  mal notre Ă©conomie

  40. PhĂ©nomĂšne complexe et multiforme, la corruption Ă©chappe de nos jours Ă  toute classification car si tout un chacun comprend ses manifestations dans son environnement personnel, elle tend Ă  la globalisation et constitue mĂȘme une culture et un mode de gestion.
    Si tous le monde Se donnait la main pour l’Ă©radication de ce fleau au Mali Nous seront trĂšs heureux

  41. Le ministre des finances a dĂ©jĂ  mis aux arrĂȘts des agents corrompus de la directions des impĂŽts. Nous attendons plus de vous les magistrats et de cette structure AJCAD qui a bien rĂ©flĂ©chi que la corruption n’est seulement de l’Ă©tat car on le dit souvent ” Si y’a corrompus c’est qu’il y a corrupteur” Donc c’est l’affaire de tous

  42. La sociĂ©tĂ© civile en occuRrence l’AJCAD peut influencer les caractĂšres relatifs Ă  la corruption pour la bonne gouvernance, les organisations de la sociĂ©tĂ© civile, les groupes de citoyen, les organisations non gouvernementales, la presse et les mĂ©dias, les syndicats, les associations de gens d’affaires, les groupes de rĂ©flexion, peuvent jouer un rĂŽle important dans la lutte contre la corruption. En contribuant Ă  l’argumentation de la sensibilisation, en exerçant les pressions sur les gouvernements en collaborant avec des organisations internationales en faveur de changement et en travaillant avec divers secteurs pour mettre en oeuvre des rĂ©formes novatrices en matiĂšre de lutte contre la corruption.

  43. Les Partis Politiques ont une grande responsabilitĂ© dans la lutte contre la corruption. Les principes Ă©tablis dans les partis ont un effet dissuasif pour freiner les manƓuvres frauduleuses. La responsabilitĂ© du secteur public, repose avant tout sur l’efficacitĂ© des sanctions et la capacitĂ© des institutions. les partis politiques qui ont leurs membres soit dans les gouvernements soit au Parlement ont intĂ©rĂȘt Ă  se lancer dans la campagne, par rapport aux structures mises en place dans les partis, exerçant un contrĂŽle immĂ©diat sur leurs membres.

  44. La corruption est un acte, un handicap majeur qui porte prĂ©judice au dĂ©veloppement des pays, pĂ©nalise les entreprises, introduit des dysfonctionnements dans le jeu des marchĂ©s et dans les mĂ©canismes de l’économie et, partant, prive donc l’Etat et les organismes publics d’importantes ressources financiĂšres.
    Nous encourageons l’AjCAD pour sa partition

  45. L’AJCAD a compris que la corruption minent la dĂ©mocratie et nuisent au dĂ©veloppement social, politique et Ă©conomique.
    Elle freine le dĂ©veloppement Ă©conomique, accroĂźt les coĂ»ts des entreprises, sape la lĂ©gitimitĂ© du Gouvernement et rĂ©duit la confiance du peuple. C’est pour cette raison que le prĂ©sident en a fait une lutte personnelle en crĂ©ant cette structure et et mandatĂ© ces les magistrats

  46. Cela ne doit pas nous Ă©tonner d’IBK. C’est un KANKELETIGUI quand il promet il le fait. Nous lui disons merci
    Les 25 magistrats doivent relever le dĂ©fis celui de la corruption car c’est une vraie gangrĂšne qui mine notre pays depuis la nuit des temps
    Donc nous devons comprendre que malgré la volonté politique, il faut une volonté citoyenne donc nous saluons les jeunes pour leur engagement

  47. L’AJCAD reconnaĂźt le rĂŽle de la sociĂ©tĂ© civile dans la lutte contre l’impunitĂ© en appelant les gouvernements Ă  augmenter la transparence, Ă  amĂ©liorer l’accĂšs du public Ă  l’information et Ă  encourager la participation du public au processus dĂ©cisionnel des gouvernements.

  48. Le gouvernement d’IBK est surprenant. Le Mali a connu la paix et le dĂ©veloppement grĂące Ă  eux.
    La question est de savoir pourquoi les gens critiques IBK et son gouvernement ?
    Le Mali a Ă©tĂ© sauvĂ©e de l’indignation et du chao par IBK.
    Le président IBK, est un président légitime et légalement élu avec 77,61% de voie, cela prouve que la population est avec lui.
    Nous remercions l’AJCAD pour cet engagement de la lutte contre la corruption

  49. Merci Ă  l’AJCAD, tant que la population malienne ne change pas de comportement et de mentalitĂ© la corruption restera toujours l’un des grands flĂ©aux au Mali. L’engagement du gouvernement seul ne suffira jamais. C’est ensemble(le gouvernement et la population) que nous vaincrons, l’union fait la force.

  50. La corruption n’est pas l’affaire du gouvernement seulement, si la population ne change pas de mentalitĂ© et de comportement la corruption continuera son parcoure. Il est temps que le peuple change, comme le chanteur ivoirien Alpha Blondy le dit « Tout change, tout Ă©volue, seul les imbĂ©ciles ne changent pas ». Heureusement pour le bien n’ĂȘtre du Mali l’AJCAD s’est engager Ă  faire changer de comportement.

  51. La pauvretĂ© est la souche de la corruption, la population est le noyau de l’Etat, la population doit ĂȘtre le plus active en matiĂšre de corruption. Nous devons enfin changer de mentalitĂ©. Ce rĂ©gime est le rĂ©gime de la lutte contre la corruption, la population doit aider le gouvernement dans sa lutte fatidique contre la corruption.

  52. Cette nouvelle initiative et engagement de l’AJCAD facilitera la lutte contre la corruption.Comme on le dit si bien « la charitĂ© bien ordonnĂ© commence par soit mĂȘme ». La lutte contre la corruption n’est l’affaire de du gouvernement seulement mais en grande partie de la population.

  53. Cette initiative est bonne pour le Mali. Je vais personnellement intĂ©grer cette association pour me rendre de plus en plus utile Ă  mon pays m’a donnĂ© tout et qui continue de me donner tout. Ce sont les citoyens maliens qui font le Mali et il appartient Ă  ces citoyens de veiller Ă  ce que ce pays soit un exemple de pays oĂč rĂšgne la bonne gouvernance.

  54. Pour combattre la corruption ont doit d’abord entamer la lutte contre la pauvretĂ©, c’est la base de la corruption. IBK conscient de cela quelque jours aprĂšs son investiture, il a augmentĂ© le salaire de tous les fonctionnaires des services publics de l’Etat.

  55. La population doit Ă©paulĂ© le gouvernement pour l’aboutissement de cette lutte rigide. Car ce sont les pauvres citoyens qui sont les victimes les plus touchĂ©s. Je pense que cela est plus pratique et technique que la jeunesse malienne grĂące Ă  l’AJUCAD s’engage dans la lutte contre la corruption.

  56. Le Mali ne connaĂźtra pas de bonne gouvernance tant que la corruption continue de gagner le terrain dans la gestions des affaire publiques. Les premiers responsables de la corruptions sont ceux qui donnent les dessous de tables. Et ces gens sont nous-mĂȘmes. Il est temps que nous nous consacrons Ă  une lutte contre ce flĂ©au (la corruption). C’est ce que ces jeunes soucieux de leur pays ont compris.

  57. On ne peut pas combattre quelque chose que l’on ignore. Pour que la lutte contre la corruption aboutisse, il faut des renseignements sur l’origine de celle-ci. ConnaĂźtre l’origine d’une chose avant de l’affronter revient Ă  gagner d’avance cette guerre. Toutes mes fĂ©licitations Ă  ces jeunes maliens.

  58. L’AJCAD est Ă  fĂ©liciter pour cette bonne initiative tendant Ă  expliquer le flĂ©au de la corruption aux jeunes afin qu’ils puissent s’en imprĂ©gner pour trouver des solutions adĂ©quates Ă  la lutte contre la corruption et la fraude.

  59. Cette avec le concours de tout le monde que nous pourrons combattre la corruption et cela les jeunes de l’AJCAD ont compris. Toute la population malienne soutienne leur lutte et les encourage car la corruption est l’une des flĂ©aux qui met Ă  retard notre pays.

  60. SecouĂ© par la corruption depuis plus de vingt ans, le Mali doit maintenant tourner cette page brouillonne de son histoire. Et pour ce faire tous les maliens doivent s’engager individuellement et collectivement dans la lutte contre la corruption. J’invite d’autres jeunes Ă  entreprendre des initiative de ce genre.

  61. Le fĂ©licite ces jeunes dynamique, car il apporte leur pierre Ă  l’Ă©difice nationale. La corruption est un flĂ©au que le gouvernement seul ne peut mettre fin. La population malienne Ă  son rĂŽle a jouĂ© dans la lutte contre la pauvretĂ©.

  62. La corruption est devenue un phĂ©nomĂšne social trĂšs rĂ©pandu au Mali. Aux temps de Modibo KeĂŻta et de Moussa TraorĂ© elle n’existait pas. MĂȘme si elle existait, elle n’était pas aussi dĂ©veloppĂ©e que ça. Pour que le Mali se dĂ©veloppe, il faut que nous nous engageons tous dans la lutte contre la corruption comme l’on fait ces jeunes. 😳 😳 😳 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  63. Il est agrĂ©able de voir que le gouvernement n'est pas orphelin dans la lutte contre la corruption. Adam Dicko, prĂ©sidente de l’AJCAD ont eu une majestueuse initiative d'Ă©pauler le gouvernement dans sa lutte contre la corruption. Cette initiative sous un autre angle mĂšne une autre lutte qui est la lutte contre le chĂŽmage et la pauvretĂ©. Merci Ă  l'AJCAD.

  64. Il est agrĂ©able de voir que le gouvernement n'est pas orphelin dans la lutte contre la corruption. Adam Dicko, prĂ©sidente de l’AJCAD ont eu une majestueuse initiative d'Ă©pauler le gouvernement dans sa lutte contre la corruption. Cette initiative sous un autre angle mĂšne une autre lutte qui est la lutte contre le chĂŽmage et la pauvretĂ©. Merci Ă  l'AJCAD.

  65. La maniĂšre dont la corruption a gagnĂ© du terrain dans notre pays, elle doit ĂȘtre combattue avec force, sĂ©rĂ©nitĂ©, et solennitĂ©. C’est ce que ces jeunes ont compris. Nous les encourageons pour cet acte patriotique qu’ils viennent de poser avec certaines structures de lutte contre la corruption, Ă  savoir le BVG.

  66. 8) C’est ce que j’appelle de la crĂ©ativitĂ©, notre pays a besoin de cet genre d’initiative pour avancer. Je soutient ces jeunes de l’AJCAD, je les encourage a menĂ© Ă  log terme leur initiative. La lutte contre n’est l’affaire du gouvernement seul mais de tout le monde. 8)

  67. AprĂšs 20 ans de dĂ©mocratie, le pays est toujours confrontĂ© Ă  un problĂšme de gouvernance. Les dirigeants ne sont plus des patriotes. Le gain individuel est prioritaire. Assez !!! Assez !!!! Les jeunes qui sont les premiers acteurs du dĂ©veloppement et de la gouvernance d’une nation doivent s’impliquer dans la gestion et lutter pour la bonne gouvernance. Qui dit bonne gouvernance dit forcĂ©ment une gouvernance sans fraude et corruption.

  68. L’un des maux dont souffre le Mali, depuis le rĂ©gime de Moussa TraorĂ© jusqu’à celui d’ATT, est la corruption encouragĂ©e par l’impunitĂ©. La corruption est un obstacle au dĂ©veloppement. Car les biens publics volĂ©s seront obligatoirement remplacĂ©s. On peut chasser la corruption de notre pays si nous unissons nos forces pour en faire une seule et entreprendre des initiatives comme celle de ces jeunes soucieux de leur patrie et de son dĂ©veloppement. 😳 😳 😳 😈 😈 😈

  69. L’un des maux dont souffre le Mali, depuis le rĂ©gime de Moussa TraorĂ© jusqu’à celui d’ATT, est la corruption encouragĂ©e par l’impunitĂ©. La corruption est un obstacle au dĂ©veloppement. Car les biens publics volĂ©s seront obligatoirement remplacĂ©s. On peut chasser la corruption de notre pays si nous unissons nos forces pour en faire une seule et entreprendre des initiatives comme celle de ces jeunes soucieux de leur patrie et de son dĂ©veloppement.

  70. J'encourage ces jeunes conscients du rÎle que la jeunesse est censée jouer dans un pays. Il faut que la corruption soit evincée de l'Afrique. Pratiquement tous les pays africains souffrent de la corruption qui n'est pas comptaible avec la bonne gouvernance.

  71. Nous encourageons cette bonne initiative de la jeunesse malienne. La corruption est un maux Ă  Ă©radiquer dans le monde.. Étant donnĂ© que notre pays est l’un des pays les plus touchĂ©s parla corruption, je suis pour des initiatives de ce genre. Pour pouvoir lutter contre un mal il faut connaitre ces origines d’abord. Et c’est ce que le cafĂ© citoyen a comme rĂŽle.

  72. Ensemble nous pouvons tous lutter contre la corruption, il suffit d’unir nos forces. Ce qu’il faut aussi comprendre est que cette lutte dĂ©pende de nous-mĂȘme et non de nos dirigeants. Bravo Ă  AJCAD.

  73. Une initiative trĂšs salutaire, je suis fier de la jeunesse de mon pays. A ce rythme, nos parents peuvent nous faire confiance et compter sur nous dans les jours Ă  venir. En tout cas bon vent Ă  cette association.

  74. 😉 😉 😉 😉 😉 L’avenir du Mali repose sur sa jeunesse, une jeunesse comme celle-ci est prometteuse pour un Mali de demain. 😳 😳 😳 😳 😳 La lutte contre la corruption nĂ©cessite la participation de chacun de nous. 😆 😆 😆 😆 😆

  75. En tant que jeune, c’est bien de participer Ă  la lutte contre la corruption. Je suis trĂšs ravis que la jeunesse malienne ait pensĂ© Ă  initier une telle chose. Vraiment toutes mes fĂ©licitations.

  76. J’ignore qui sont rĂ©ellement ces jeunes mais ils ont posĂ© un acte salutaire, si cette prise de conscience peut ĂȘtre continuelle et universelle partout dans notre pays. Je vous assure que le taux de la corruption va beaucoup s’abaisser.

  77. En réalité, notre pays a besoin des jeunes comme ceux-ci pour pouvoir se relever. Cette initiative est salutaire, les jeunes ont leurs parts à jouer dans cette lutte. Ainsi, nous pouvons facilement éradiquer ce fléau au Mali.

  78. De toute Ă©vidence, le taux de la corruption est beaucoup Ă©levĂ© dans notre pays. Mais cette implication de la jeunesse pourra ĂȘtre un moyen facile de lutter contre. J’encourage ces jeunes.

  79. VoilĂ  une jeunesse exemplaire, si d’ores et dĂ©jĂ  les jeunes ont eu cette pensĂ©e d’éradiquer la corruption. Les vieux doivent les soutenir et aussi contribuer massivement Ă  la lutte contre la corruption.

  80. L’Association des jeunes pour la citoyennetĂ© active et la dĂ©mocratie (AJCAD) a posĂ© un geste noble. Par contre, il est aussi nĂ©cessaire qu’elle ne baisse pas les bras, cette lutte est un combat de tous jours.

  81. C’est vrai que le Mali n’est pas le seul pays concernĂ© par la corruption. Mais nous sommes l’un des pas le plus touchĂ© par ce flĂ©au. Voir les jeunes s’impliquer dans cette lutte est un exemple Ă  suivre et Ă  saluer.

Comments are closed.